L'épargne-retraite devient hors de portée pour les jeunes adultes canadiens

Publié le 05/07/2022 à 16:55

L'épargne-retraite devient hors de portée pour les jeunes adultes canadiens

Publié le 05/07/2022 à 16:55

Par La Presse Canadienne

79% des Canadiens âgés de 18 à 34 ans affirment qu’épargner pour la retraite coûte trop cher. (Photo: 123RF)

TORONTO — Jason Francone, 24 ans, a toujours été plutôt habile avec son argent.

«Les coupons sont mon deuxième prénom ; les rabais sont dans mon ADN», assure-t-il.

Mais il n’excelle pas seulement dans l’art de la chasse aux aubaines. M. Francone épargne également d’autres façons et s’efforce de créer de la richesse depuis son adolescence.

Mais la montée en flèche de l’inflation, un marché du logement en ébullition, des hausses de taux d’intérêt et un marché boursier en difficulté, combinés au fait qu’il bondit d’un contrat d’aménagement paysager à l’autre ces dernières années, laissent M. Francone nerveux quant à ses objectifs financiers à long terme, comme la retraite.

Jason Francone, 24 ans, a cessé de verser des dépôts mensuels dans ses comptes d’épargne et de placement pour apaiser certains de ses soucis financiers. (Photo: La Presse Canadienne)

«L’inflation et d’autres pressions économiques ont certainement été un très gros fardeau et une distraction pour mes économies», souligne-t-il.

M. Francone croit que sa capacité à épargner pour sa retraite sera une préoccupation importante jusqu’à ce qu’il trouve un emploi plus stable. Entre-temps, il a cessé de verser des dépôts mensuels dans ses comptes d’épargne et de placement pour apaiser certains de ses soucis financiers.

Même si un changement peut sembler à des années de se réaliser, épargner pour la retraite est une priorité absolue pour 26% des Canadiens âgés de 18 à 34 ans, selon un récent sondage du régime de retraite ontarien Healthcare of Ontario Pension Plan (HOOPP). Cependant, 79% des répondants de ce groupe d’âge affirment qu’épargner pour la retraite coûte trop cher, 35% disent n’avoir encore rien épargné pour la retraite et 37% affirment n’avoir rien épargné au cours de la dernière année.

Des experts en finances personnelles estiment que le climat économique actuel se traduira probablement par des difficultés financières pour de nombreux jeunes adultes, quelle que soit la prudence avec laquelle ils ont géré leur argent, mais le contexte ne fera pas nécessairement dérailler leur chemin vers la retraite.

«Je pense que cela va certainement les ralentir, mais tout dépend de la durée de ce cycle économique», observe la planificatrice financière Jackie Porter.

Elle évoque l’impact de la récession de 2008 sur les millénariaux plus âgés, dans la tranche d’âge de 35 ans à 42 ans, et comment certains d’entre eux n’ont que récemment réussi à se relever financièrement. La récession de 2008 a duré environ sept mois au Canada et 18 mois au sud de la frontière.

«Les jeunes Canadiens devront épargner entre 8 et 12 fois leur revenu s’ils veulent prendre leur retraite à 65 ans», calcule Mme Porter.

L’accès aux programmes de retraite et d’avantages sociaux en milieu de travail est essentiel pour aider les jeunes adultes à s’engager sur la bonne voie vers une retraite confortable, ajoute-t-elle. Selon Statistique Canada, 35,7% des principaux soutiens de famille âgés de moins de 35 ans ont accès à un régime de pension enregistré parrainé par leur employeur.

M. Francone n’a pas eu accès à ces programmes parce qu’on ne lui a proposé que des contrats d’aménagement paysager de courte durée et dit qu’il est très difficile d’accéder à la liste d’employés à temps plein, où il pourrait participer à des programmes d’épargne.

«Bien que j’aie gagné beaucoup d’argent, je n’ai jamais vraiment été initié à mettre de l’argent de côté pour la retraite ou une pension, ou même à avoir des avantages», explique-t-il.

Une propriété comme plan de retraite

L’accession à la propriété est une autre partie de l’équation de la retraite, car elle a souvent été un véhicule utilisé pour la financer. Le sondage du HOOPP a révélé que l’épargne en vue de l’achat d’une maison ou d’une propriété était au premier rang d’une liste de priorité pour 48% des répondants âgés de 18 à 34 ans.

Pour M. Francone, qui vit actuellement à la maison avec ses parents en raison du coût élevé du loyer, posséder une propriété est «extrêmement important».

«Même si cet objectif et l’idée [d’acheter une propriété] pourraient être plus éloignés que prévu à cet âge, cela n’a toujours pas changé son niveau d’importance, assure-t-il. C’est important que je vive dans un endroit qui m’appartienne, comme ça je peux avoir le plein contrôle de mon avenir.»

L’influenceuse en finances personnelles Ellyce Fulmore a une vision un peu différente de l’accession à la propriété et ne pense pas que les jeunes adultes doivent se précipiter sur le marché.

Elle soutient qu’une maison n’est pas toujours le grand investissement que tout le monde en fait en raison de tous les coûts attendus et inattendus impliqués. Il existe aussi un risque de devoir revendre à perte.

«Une maison ne devrait pas être un plan de retraite», estime-t-elle.

Mme Fulmore a reçu de nombreuses questions de la part de son auditoire, en grande partie de la génération Z et des plus jeunes millénariaux, au sujet de l’épargne et de l’investissement pour la retraite.

«Je pense que la plupart des gens de mon groupe d’âge ressentent la pression de commencer à investir pour leur retraite, à mettre de l’argent de côté, mais aussi à ne pas savoir par où commencer, explique-t-elle. Les finances étant plus serrées en ce moment, c’est un fardeau supplémentaire de stress en plus de se demander quelle est la bonne chose à faire.»

Pour aider à naviguer dans le climat économique actuel et à maintenir les ambitions de retraite sur les rails — d’autant plus que la possibilité d’une récession augmente —, Mme Fulmore exhorte les jeunes adultes à donner la priorité à un fonds d’urgence et à le garnir autant que possible. Elle suggère d’y stocker entre 9 mois et 12 mois de dépenses, dans un compte d’épargne à intérêt élevé.

Elle pense également que les jeunes adultes devraient conserver leur plan financier existant, malgré tout ce qu’ils entendent.

«Ce qui est important, c’est de continuer à faire ce qu’on peut, plutôt que de suivre un premier instinct qui conseillerait de tout arrêter complètement», affirme Mme Fulmore.

Sur le même sujet

Le président de Postmedia, Paul Godfrey, quittera son poste

Il sera remplacé au début de 2023 par Jamie Irving, un membre actuel du conseil d’administration.

Les fonds de pension vont de l’avant avec l’investissement durable, malgré la politisation

22/07/2022 | Morningstar

Les détenteurs d’actifs considèrent le facteur ESG comme «un élément de base des placements plutôt que comme un créneau»

À la une

Bourse: Wall Street clôture en ordre dispersé en attendant l’inflation

Mis à jour le 08/08/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Toronto a légèrement augmenté lors d’une journée plutôt calme du côté des négociations.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

08/08/2022 | Refinitiv

Voici les gagnants et les perdants du jour.

À surveiller: Héroux-Devtek, BCE et Canadian Natural Resources

08/08/2022 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Héroux-Devtek, BCE et Canadian Natural Resources ? Voici quelques recommandations ...