Info REER: Quel est le meilleur moment pour commencer à cotiser?

Publié le 18/02/2014 à 08:53, mis à jour le 18/02/2014 à 15:11

Info REER: Quel est le meilleur moment pour commencer à cotiser?

Publié le 18/02/2014 à 08:53, mis à jour le 18/02/2014 à 15:11

Les planificateurs financiers sont unanimes : il faut commencer à cotiser à son REER le plus tôt possible dans la vie. Faut-il rappeler la « magie des intérêts composés », qui assure à la fourmi un capital retraite plus impressionnant que celui de la cigale ?

De façon générale, cette règle est inattaquable, mais les finances personnelles doivent être gérées au cas par cas. Or, la règle « le plus tôt sera le mieux » ne s’applique pas à toutes les situations. Par exemple, à ses débuts sur le marché du travail, un jeune diplômé gagne le salaire le plus bas de sa carrière. Il n’a peut-être pas besoin de cotiser au maximum à son REER dès le départ, compte tenu du fait qu’il n’a pas un revenu imposable élevé.

Il pourrait donc reporter ses droits de cotisation à plus tard, lorsque son revenu gagnera en importance... et qu’il aura, le cas échéant, remboursé rapidement sa dette d’étudiant!

Avec la collaboration de Gilles Drouin et Thomas Cottendin

Lire aussi:

Info REER: Comment connaître le montant que vous êtes en droit de cotiser?

Info REER: Que faire avec les déductions inutilisées?

Info REER: Jusqu'à quelle date peut-on cotiser ?

Info REER: Combien puis-je contiser à mon REER

Info REER: Le pacte avec le fisc

Info REER: Que procure le REER

À la une

La start-up de Sherbrooke qui veut commercialiser un médicament

03/03/2024 | Emmanuel Martinez

«Les gens pensent que l’argent coule à flots pour les start-ups, parce qu’on nous montre des exceptions.»

La start-up qui voulait faire économiser 1G$ en soins à l'Amérique du Nord

01/03/2024 | Émilie Parent-Bouchard

Une start-up de Sherbrooke propose des solutions aux victimes d'un traumatisme crânien qui doivent être opérées.

Pas de démondialisation, à l’exception des semi-conducteurs

01/03/2024 | François Normand

ANALYSE. Aucun «ralentissement durable» de la mondialisation, mais on observe une incertitude techno-géopolitique.