Stratégies pour réduire les effets de l’inflation

Publié le 01/04/2022 à 13:23

Stratégies pour réduire les effets de l’inflation

Publié le 01/04/2022 à 13:23

Par Institut québécois de planification financière

(Photo: Eduardo Soares pour Unsplash)

EXPERT INVITÉ. Dans une récente chronique, j’abordais l’importance de l’inflation en finances personnelles. En théorie, un niveau d’inflation stable, relativement faible et prévisible est tout à fait approprié et démontre un niveau sain d’activité économique. Une augmentation drastique et soudaine de l’inflation comme celle que l’on vit depuis un certain temps représente pour beaucoup un choc à absorber au niveau financier. Voyons quelques stratégies qui pourraient aider dans un contexte d’inflation soudainement élevée.

 

Revoir ses finances personnelles

Pour débuter, notez que cet article ne tient pas compte des mesures que pouvait contenir le récent budget du gouvernement du Québec.

À court terme, une promotion ou un changement d’emploi pourraient améliorer les conditions de travail et de rémunération, ce qui aiderait à compenser les effets de l’inflation. Évidemment, ce n’est pas toujours possible et les promotions ou changements d’emploi ne se présentent pas de façon régulière! Un conseil plus accessible à tous est de jeter un coup d’œil à sa situation financière afin de voir s’il y a des moyens de l’améliorer.

- Les dettes: il vaut mieux prioriser le remboursement des dettes avec les plus hauts taux d’intérêt. De plus, bien que les taux d’intérêt des comptes d’épargne pourraient augmenter avec les prochaines hausses du taux directeur de la Banque du Canada, ces taux sont presque toujours inférieurs à ceux d’un prêt ou d’une carte de crédit. Dans ce cas, il est préférable d’utiliser ces sommes de manière plus efficace, c’est-à-dire pour réduire la dette.

- L’hypothèque: parce que son taux d’intérêt est généralement inférieur à celui des autres dettes, il pourrait être possible d’utiliser une petite partie de l’équité pour rembourser une dette avec un taux d’intérêt plus élevé. Ainsi, le montant total de dette demeure sensiblement égal, mais la charge d’intérêts diminue.

- Les impôts: la fin de la saison des impôts est à nos portes ; c’est un bon moment pour faire une petite revue de sa situation fiscale. Les déclarations de revenus contiennent une multitude d’informations, il pourrait être intéressant de les faire analyser par un professionnel, qui pourrait y déceler des lacunes ou des stratégies auxquelles on n’aurait pas pensé, et ainsi réduire sa facture d’impôt. Évidemment, tout dépend de sa propre situation, mais on pourrait vérifier son admissibilité et la possibilité d’utiliser divers crédits et déductions d’impôt basés sur l’âge, sur la situation personnelle et familiale ou sur le statut de travailleur, entre autres.

Stratégies d’investissement

Certains produits financiers et stratégies d’investissements peuvent potentiellement tirer parti d’un environnement inflationniste, tout en conservant un objectif d’investissement à long terme et une tolérance aux risques appropriée.

- Les revenus fixes: il faut se rappeler que généralement, l’inflation amène les banques centrales à augmenter leurs taux directeurs, ce qui affecte négativement la valeur des obligations sur le marché. Le fait de détenir des obligations à plus courte échéance peut amoindrir cet effet. Une autre possibilité serait de diversifier ses obligations en optant par exemple pour des obligations corporatives, des obligations mondiales ou des obligations ajustées à l’inflation.

- Les actions: certains secteurs d’activités sont moins affectés par un niveau plus élevé d’inflation. Une stratégie de rotation des investissements entre divers secteurs pourrait être appropriée. Aussi, des titres financiers octroyant des revenus, comme des dividendes, pourraient mieux s’en sortir en période d’inflation élevée.

- Les classes d’actifs moins traditionnelles: on peut investir dans d’autres classes d’actifs, comme l’immobilier, les commodités et les produits de base. Ces classes d’actifs peuvent parfois réagir de manière plus synchronisée avec l’inflation, mais avec une volatilité potentiellement plus élevée. Encore ici, il est important d’établir sa propre stratégie d’investissements adaptée à sa tolérance aux risques.

Planification de la retraite

Dans une optique à plus long terme, l’inflation peut affecter la planification de la retraite de deux façons: l’augmentation du coût de vie et des revenus plus limités à la retraite. Il y a quelques stratégies et conseils à garder en tête:

- À l’approche de la retraite ou au début de celle-ci: il est opportun de revoir ses objectifs et sa tolérance au risque afin de s’assurer que la répartition d’actifs est appropriée. Il est important de bien planifier les premières années de la retraite en gardant une partie de ses avoirs en liquidités ou dans des investissements sensiblement conservateurs desquels puiser les retraits. Cela étant dit, il est primordial de conserver un horizon à long terme pour l’ensemble du portefeuille, car la retraite pourrait durer plus de 25 ans.

- À la retraite: la grande majorité des personnes n’auront plus de revenus d’emploi et devront donc couvrir leur coût de vie à partir des revenus de programmes publics, de fonds de pension et de leurs investissements. Les programmes tels que le Régime de rentes du Québec (RRQ) et la pension de la Sécurité de la vieillesse (PSV) permettent un report de prestations dans le temps moyennant une bonification substantielle des versements. Reporter la demande de rente du RRQ et de la PSV pourrait donc être une stratégie à envisager.

- Le budget: il est important de déterminer le montant de dépenses fixes qui ne sont pas compressibles, c’est-à-dire la partie touchant le logement, l’épicerie, les services d’utilité publique, etc. Ensuite, on pourrait opter pour l’achat d’une rente viagère indexée pleinement ou partiellement à l’inflation pour couvrir ces dépenses à la retraite. Cette rente, en plus des prestations du RRQ et de la PSV, permettrait de combler la partie fixe du coût de vie durant la retraite. La partie variable du coût de vie pourrait être couverte par les retraits provenant des investissements. Cette stratégie offre une plus grande tranquillité d’esprit puisque les paiements de la rente sont garantis.

En résumé, il est important de garder en tête les multiples conséquences d’une inflation élevée et soudaine, tout en se rappelant que diverses stratégies peuvent être possibles afin de s’en protéger, même si bien souvent ce n’est que partiellement.

Salomon Gamache, LL. M. Fisc., Pl. Fin., CLU, CIM, FCSI

Sur le même sujet

À la une

Énergir songe à produire elle-même du gaz renouvelable

Le cas échéant, Énergir s’allierait à un partenaire dans le monde municipal ou agricole pour cette nouvelle activité.

À surveiller: Cogeco Communication, Minière Osisko et WSP

Que faire avec les titres de Cogeco Communications, Minière Osisko et WSP? Voici quelques recommandations d’analystes.

La Banque du Canada hausse son taux directeur de 50 points de base

La décision de mercredi marquait la septième augmentation consécutive depuis le mois de mars.