Payer ses dettes ou investir?

Publié le 03/03/2023 à 07:35

Payer ses dettes ou investir?

Publié le 03/03/2023 à 07:35

Par Institut de planification financière

(Photo: 123RF)

EXPERT INVITÉ. Devriez-vous rembourser vos dettes pour laisser respirer votre budget ou investir pour profiter des baisses récentes sur les marchés financiers? La question est si bonne que même une intelligence artificielle comme ChatGPT ne pourrait vous donner une conclusion formelle en 600 mots.

Pourquoi ne pas analyser la question comme le ferait un planificateur financier ou une planificatrice financière? Cela vous donnera une idée de sa complexité. Par la suite, vous serez en mesure de mieux comprendre l’importance d’avoir un professionnel pour vous accompagner.

 

Êtes-vous protégé?

Si la question de savoir si vous devriez payer vos dettes ou investir vous empêche de dormir la nuit, c’est certainement parce que vous avez déjà bien planifié les autres aspects de vos finances personnelles. Non? Avant même de vous demander que faire avec vos surplus budgétaires, vous devriez avoir établi votre fonds d’urgence. Il s’agit d’un montant équivalent à 3 à 6 mois de votre coût de vie, mis à l’abri dans un produit liquide et accessible en tout temps. Avez-vous aussi pris le temps de vous protéger adéquatement, ainsi que votre famille, en cas de décès ou d’une invalidité prolongée?

 

Connaissez-vous bien votre situation financière?

Avez-vous dressé un budget exhaustif? Savez-vous où est passé chaque dollar à la fin du mois? Il ne servirait à rien d’essayer de remplir d’eau un vase percé. Avez-vous fait le bilan de vos actifs (biens et investissements) et de vos passifs (dettes)? Vous constaterez que sur papier, le remboursement d’une dette ou l’investissement dans un actif produira le même résultat sur votre valeur nette. Pourtant, à court terme, le remboursement d’une dette peut permettre de libérer des liquidités dans votre budget mensuel. L’investissement inclut un aspect de risque. Bien que l’objectif soit la croissance à long terme ou un revenu régulier, le résultat est rarement garanti et l’impact sur votre bilan peut être négatif avec le temps.

 

La situation familiale et légale

Êtes-vous marié? Si oui, sous quel régime matrimonial? Certaines dettes, comme l’hypothèque de la résidence familiale et certains investissements, comme le REER, font partie du patrimoine familial des couples mariés. En cas de séparation, ils seront partagés selon les règles de partage du patrimoine familial. Pour les autres biens, leur partage se fera selon les règles de votre régime matrimonial, et cela devrait être pris en considération.

Quant aux conjoints de fait, en cas de séparation, chacun d’eux demeure seul propriétaire des biens qu’il ou elle a acquis avant et durant la vie commune. Il n’y a aucun partage, même si les biens servaient à l’usage de la famille. Ils devraient donc signer une convention de vie commune afin de rendre officiels et conscients leurs choix dans la séparation des biens du couple.

La planification dans le but d’optimiser le patrimoine au décès peut ajouter une couche de complexité à cette question.

 

Avez-vous pensé aux impôts?

Selon votre situation, il est possible qu’une cotisation supplémentaire à vos REER ou au CELIAPP vous fasse bénéficier de programmes sociofiscaux qui feront de l’investissement une option plus rationnelle que le remboursement d’une dette. Il en va possiblement de même pour le professionnel ou l’entrepreneur incorporé. Le remboursement anticipé d’une dette peut jouer à la fois sur le coût supplémentaire en impôts dans l’année du retrait et sur les besoins diminués en liquidités pour les années subséquentes. Un bon calcul s’impose.

 

Quel est votre profil d’investisseur?

Si vous avez un profil d’investisseur très prudent, la réponse ne sera pas la même que pour le spéculateur agressif. L’investissement dans un produit à revenu fixe n’est pas rationnel lorsque l’on emprunte. Vous êtes alors en position d’emprunteur et de prêteur simultanément et cela est rarement à votre avantage. Les taux offerts sur les emprunts sont souvent bien supérieurs à ceux offerts sur vos produits à revenu fixe.

Vous comprendrez qu’aucune réponse définitive ne peut être apportée dans cet article, ni dans aucun autre. La réponse reste très individuelle. La question mérite certainement une réflexion avancée et, peut-être, l’accompagnement d’un professionnel ou d’une professionnelle.

La réponse parfaitement rationnelle, celle qui vous donnera le meilleur résultat mathématique, existe peut-être au bout d’un savant calcul et le planificateur financier ou la planificatrice financière peut certainement vous en donner un aperçu personnalisé.

Cependant, sachez que le rôle du professionnel est aussi de vous accompagner dans une prise de décision raisonnable, pas seulement rationnelle. Si le remboursement de vos dettes vous procure un plus grand sentiment de liberté, une meilleure qualité de sommeil et l’impression d’avoir le contrôle sur vos finances, alors aucun calcul ne pourra justifier de choisir d’investir. Les regrets sont rares chez les gens qui vivent sans dettes. Parfois, être raisonnable est la seule solution rationnelle.

 

Michel Lefebvre, Pl. Fin.

 

Sur le même sujet

Le passage au T+1 est beaucoup plus important qu’il n’y paraît

24/05/2024 | John Plassard

EXPERT INVITÉ. Le règlement sur les transactions de titres américains va passer à un seul jour ouvrable le 28 mai.

Les matières premières en feu

22/05/2024 | John Plassard

EXPERT INVITÉ. De nombreuses matières ont grimpé en flèche ces derniers jours.

À la une

Ce projet de loi affectera toutes les entreprises

24/05/2024 | François Normand

ANALYSE. Le projet de loi sur l’énergie que Pierre Fitzgibbon déposera d’ici le 7 juin sera structurant pour le Québec.

Électricité: un manufacturier sur trois en manque

23/05/2024 | François Normand

Près de 75% des entreprises des secteurs manufacturier et industriel retardent des projets ou des investissements.

Bourse: les résultats des 7 magnifiques au 1T

24/05/2024 | lesaffaires.com

D'Apple à Nvidia, qui a dépassé les attentes ou déçu les marchés.