Gardez les titres individuels pour les comptes non enregistrés

Offert par Les affaires plus


Édition de Octobre 2022

Gardez les titres individuels pour les comptes non enregistrés

Offert par Les affaires plus


Édition de Octobre 2022

Par Institut de planification financière

(Photo: 123RF)

Un texte de Michel Lefebvre, Pl. Fin., planificateur financier à Financiste.ca

 

À VOS AFFAIRES. Au Québec, l’impôt des particuliers figure parmi les plus élevés au monde. Il est donc important de connaître les différentes options qui permettent de payer moins d’impôt et de les utiliser à son avantage. 

Les comptes enregistrés sont comme de petits abris fiscaux. Ils permettent de faire fructifier vos investissements à l’abri de l’impôt. On parle du compte d’épargne libre d’impôt (CELI), du régime enregistré d’épargne retraite (REER), du fonds enregistré de revenu de retraite (FERR), du compte de retraite immobilisé (CRI), de fonds de revenu viager (FRV), du CELI pour l’achat d’une première propriété (CELIAPP), du régime enregistré d’épargne-études (REEE) et du régime enregistré d’épargne-invalidité (REEI).

Afin de protéger votre épargne, ces comptes ne devraient jamais contenir de titres boursiers individuels ou spéculatifs. Dans l’étude «Do Stocks Outperform Treasury Bills?» publiée en 2018 dans le Journal of Financial Economics, l’économiste Henrik Bessembinder démontre l’asymétrie des rendements historiques des actions. 

Entre 1926 et 2018, en prenant en compte l’ensemble des actions de l’indice boursier CRSP (Center for Research in Security Prices), la base de données financière la plus complète aux États-Unis, il démontre que seulement 4 % des titres sont responsables de la totalité des rendements du marché. Donc, 96 % des actions ont collectivement rapporté moins que la moyenne des rendements mensuels des bons du Trésor, considérés comme des investissements sans risque!

De plus, un rapport de JP Morgan de 2021 démontre que plus de 40 % des titres composant l’indice Russel 3000 (un indice comprenant près de 98 % du marché américain qui regroupe les 3000 plus grandes entreprises à capital ouvert du pays) ont à un moment ou un autre connu une perte catastrophique de 70 % ou plus et n’ont jamais rattrapé le terrain perdu par la suite. 

En résumé, investir dans des titres boursiers individuels est risqué et la probabilité d’un rendement positif à long terme demeure faible. Un choix plus rationnel serait d’investir dans un portefeuille bien diversifié. Ainsi, vous pourrez réduire votre risque et espérer un profit à long terme.

Cela étant dit, certains d’entre vous choisissent tout de même d’investir dans des titres individuels. Dans ce cas, il est recommandé de protéger vos comptes enregistrés en gardant vos actions individuelles et vos placements spéculatifs dans un véhicule d'investissement non enregistré.

Lorsque vous subissez une perte dans un compte enregistré, vous perdez ces droits de cotisation à jamais. Vous amputez ainsi une partie de votre paradis fiscal qui aurait pu vous servir à faire de sérieux investissements et d'importantes économies d’impôt tout au long de votre vie. Puisque le risque de perte est élevé en investissant dans des actions individuelles, le mieux serait de le faire hors de vos comptes enregistrés.

Les détracteurs diront que si l’action choisie se dirige vers la lune, il est alors préférable que celle-ci se trouve dans un abri fiscal. Ce n’est pas bête... mais les probabilités que cela se produise demeurent très minces. Examinons deux scénarios : l’un de forte croissance et l’autre de perte totale, puis comparons les résultats entre le CELI ou le compte non enregistré.

1. Le scénario d’une forte croissance, très improbable (seulement 4 % des actions historiquement):  

Vous seriez très heureux d’avoir choisi d’investir dans votre CELI. Votre investissement vous rapporterait effectivement une belle somme à l’abri de l’impôt, alors que si vous aviez fait le choix du compte non enregistré, vous seriez imposés sur 50 % du gain en capital. Ce type de gain demeure tout de même avantageux fiscalement puisque vous ne seriez imposé qu’à 26,66 % sur le montant gagné (au taux marginal d’imposition le plus élevé au Québec). Ne pas payer d’impôt restera toujours plus intéressant, mais en payer peu demeure une bonne option.

 

2. Le cas, plus probable, d’une perte catastrophique sans rétablissement de votre investissement (40% des actions américaines du Russel 3000):

Dans ce scénario, le choix du CELI vous ferait perdre définitivement ces droits de cotisation. Par contre, si vous aviez choisi le compte non enregistré, vous subiriez une perte en capital qui pourrait être déductible d’impôt. Vous pourriez déduire cette perte contre un gain en capital des trois dernières années ou un gain futur. Une perte dans un compte enregistré ne peut donner droit à une telle déduction. Le mal bien fait fera bien moins mal!

En conclusion, il est irrationnel d’investir dans des actions individuelles ou dans un placement spéculatif, peu importe le type de compte. Cela étant dit, si vous choisissez de le faire, faites-le préférablement hors de vos comptes enregistrés. Gardez ces paradis fiscaux approuvés par le gouvernement pour y faire des investissements rationnels et diversifiés vous permettant d’espérer des rendements positifs à long terme!

Sur le même sujet

Points à surveiller pour laisser un héritage

Édition du 10 Avril 2024 | Dany Provost

À VOS AFFAIRES. Laisser un héritage peut demander une bonne dose de réflexion. Voyons comment bien vous préparer.

«Bye bye boss»: l'ABC du travail à son compte

12/04/2024 | Les étudiants en sciences comptables de l'UQO

Aimerez-vous être travailleur autonome (travailleur indépendant, c’est-à-dire travailler à son propre compte)?

À la une

Budget fédéral 2024: l'art de se tirer dans le pied

17/04/2024 | Daniel Dufort

EXPERT INVITÉ. Le gouvernement de Justin Trudeau «s’autopeluredebananise» avec son «budget mémorable».

Gain en capital: pas une surprise

17/04/2024 | Dany Provost

EXPERT INVITÉ. «Combien d’impôt ça va vous coûter de plus?»

L'industrie technologique mécontente des mesures sur les gains en capital

Mis à jour le 17/04/2024 | La Presse Canadienne

L'industrie technologique est mécontente des mesures sur les gains en capital.