Danny St-Pierre: Dur, dur d'épargner!

Offert par Les affaires plus


Édition de Juin 2019

Danny St-Pierre: Dur, dur d'épargner!

Offert par Les affaires plus


Édition de Juin 2019

Par Claudine Hébert

(Photo: ­Patricia Brochu)

Le chef Danny St-Pierre, qui vient d'ouvrir son quatrième resto, le Capsa, a connu davantage de succès financiers que d'échecs. Mais ce sont ses revers qui lui ont appris la réelle valeur de l'argent.

Comment se porte actuellement votre situation financière ?

Elle se porte de mieux en mieux. Mais je suis passé très près de tout perdre. Je dois apprendre à me montrer plus prudent.

Pouvez-vous vous expliquer ?

Chef proprio, chroniqueur dans les médias (télé et radio), consultant... Depuis près de 15 ans, j'ai eu la chance de gagner de très bons revenus. À ce propos, devenir chef entrepreneur en 2005 a été mon meilleur investissement à vie. Les revenus que je pouvais gagner en deux semaines dans la cuisine d'un autre, je les gagnais désormais en deux jours. Mais, comme plusieurs qui commencent à faire de très gros sous, je suis tombé dans les pièges de la consommation. Je ne compte plus le nombre d'achats «niaiseux» que j'ai pu faire au cours de ces années. De beaux vestons achetés sur un coup de tête, des souliers payés plus de 300 dollars, le gros VUS Volvo... J'ai même remeublé ma maison à trois reprises pour être au goût du jour. C'est sans compter les quelque 20 000 dollars par année que je pouvais dépenser dans les bons restaurants d'ici et d'ailleurs.

Êtes-vous toujours attiré par ces pièges de la consommation ?

Beaucoup moins. Depuis près de deux ans, je n'achète désormais que des accessoires ou des produits essentiels, utiles et qui vont bien vieillir. J'ai également établi des règles pour les biens que j'ai accumulés au fil des années. Ce que je ne porte plus depuis au moins six mois prend maintenant la direction de Renaissance.

Quel a été l'élément qui a provoqué votre changement d'attitude ?

Bien que je travaille très fort, ce ne sont pas les succès qui me permettent de grandir en affaires. Ce sont les échecs financiers, ces claques en pleine figure, qui m'ont donné les meilleures leçons de vie. Et des claques, j'en ai eu deux bonnes !

Quelles sont-elles ?

D'abord, j'ai fait un achat très mal planifié en 2013. J'ai acheté une maison de style Mid-Century, à Sherbrooke (ville où j'ai ouvert mon premier resto, Chez Auguste), comme résidence secondaire. Je souhaitais la rénover à mon goût. Toutefois, elle était trop typée et surtout trop chère pour son secteur à la revente. Je croyais pouvoir l'habiter au moins 10 ans, je l'ai revendue à très grosse perte après deux ans.

Et l'autre leçon ?

L'autre échec est survenu l'an dernier avec la fermeture du restaurant Petite Maison, à Montréal. En 2015, j'ai acheté un immeuble sur l'avenue du Parc, dans le Mile-End, pour y ouvrir mon premier resto dans la métropole. Je n'ai écouté personne, ni même les conseils de mes amis. Les premiers mois, j'ai connu un très bon achalandage, le rayonnement dans les médias aidant. La situation a toutefois vite tourné au vinaigre. En plus d'être aménagé dans un demi-sous-sol, le resto ne bénéficiait pas d'un bon emplacement. Ma clientèle me reprochait le manque de stationnement. Au fil des mois, j'ai cessé de m'acharner, j'ai fermé avant qu'il ne soit trop tard. Heureusement, j'ai pu revendre l'immeuble à très bon prix, je n'ai donc pas perdu d'argent... mais j'ai encore perdu du temps pour épargner.


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février

Sur le même sujet

Plus qu'un restaurant, un agent de changement

11/10/2019 | Siham Lebiad

Bistro Le Coup Monté à Repentigny, un pionnier de sa région dans son combat pour l’environnement.

Restaurants Canada plaide pour la vente d'alcool pour consommation hors site

Une association de restaurateurs demande d'autoriser la vente d'alcool à tous les clients et à le livrer.

À la une

Élections fédérales: les grands enjeux économiques

11/10/2019 | Les Affaires

ÉLECTIONS FÉDÉRALES. Les Affaires vous présente des entrevues économiques avec six formations politiques.

Actifs échoués: les hydrocarbures canadiens sont-ils à risque?

12/10/2019 | François Normand

ANALYSE - Les énergies fossiles risquent de devenir l'équivalent des lignes fixes pour la téléphonie mobile.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

12/10/2019 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.