Cinq faits peu connus sur les REER

Publié le 06/10/2022 à 17:08

Cinq faits peu connus sur les REER

Publié le 06/10/2022 à 17:08

Bien que des millions de Canadiens épargnent pour la retraite chaque année, beaucoup d’entre eux ne savent pas comment exploiter au mieux leurs REER si ce n’est en y conservant de l’argent. (Photo: 123RF)

Les longs confinements et le travail à domicile pendant la pandémie de COVID-19 ont créé la parfaite occasion d’épargne pour les gens de tous revenus. Il n’est pas surprenant que les Canadiens aient mis de côté le chiffre ahurissant de 50,1 milliards de dollars (G$) dans des comptes REER en 2020, soit un bond de 13,1 % d’une année sur l’autre, selon les dernières données de Statistique Canada.

Bien que des millions de Canadiens épargnent pour la retraite chaque année, beaucoup d’entre eux ne savent pas comment exploiter au mieux leurs REER si ce n’est en y conservant de l’argent.

En fait, certaines fonctionnalités moins bien connues et mal comprises améliorent l’utilité des REER et ouvrent de nouvelles avenues qui peuvent être utilisées pour réaliser ses objectifs d’épargne.

Voici quelques approches atypiques qui peuvent rehausser le niveau de votre épargne et stimuler vos prestations de REER.

 

Le régime d’accession à la propriété

Ceux qui veulent acheter leur première propriété peuvent recourir au régime d’accession à la propriété, qui permet aux utilisateurs de retirer jusqu’à 35 000 $ de leur REER chaque année pour l’achat de leur premier logement. Les conjoint(e)s de droit ou de fait peuvent chacun(e) retirer jusqu’à 35 000 $ par an également, c’est-à-dire que les conjoints auront accès à 70 000 $ au total. Le montant emprunté à votre REER dans le cadre du régime d’accession à la propriété devra être reversé intégralement à votre REER dans les 15 ans.

Non seulement cela a l’avantage de verser des arrhes non encore imposées, mais si l’on peut grouper son épargne REER avec d’autres sources de fonds, on a une bonne chance d’accumuler assez d’argent pour un acompte de 20 % du prix d’achat de son logement et d’éviter de payer une assurance hypothécaire.

 

L’argent est serré? Essayez ceci.

Si l’argent liquide n’est pas facilement accessible, des cotisations en nature sont possibles. En d’autres termes, les investisseurs peuvent transférer des actions, des obligations ou des fonds communs de placement détenus dans un véhicule de placement non enregistré à leur compte REER comme cotisation en nature.

Toutefois, pour ce qui est des impôts, vos titres seront traités comme si vous en avez disposé et déclenche l’impôt sur les gains en capital. Cela veut dire que tous vos gains seront imposables au moment du transfert, mais qu’une perte ne sera pas déductible. ¨Peut-être est-il prudent de vendre le titre concerné et d’en cotiser le produit en liquide à votre REER à moins que la perte ne soit négligeable. Dans un cas comme dans l’autre, songez à demander l’avis d’un expert avant de vous prononcer.

N’oubliez pas que si vous finissez bel et bien par vendre, vous devrez attendre au moins 30 jours avant de racheter ces titres de façon à ne pas générer une perte apparente, règle destinée à empêcher les investisseurs de profiter fiscalement de leurs pertes en capital.

 

REER pour conjoint(e)

Habituellement, le ou la conjoint(e) qui gagne plus que l’autre peut partager avec l’autre jusqu’à la moitié de son revenu de pension dès l’âge de 65 ans. Les REER pour conjoints sont donc une excellente façon de réduire l’imposition générale de la famille au cours de la retraite en fractionnant son revenu. N’oubliez pas quand même que les cotisations à un REER pour conjoint(e) sont déduites du total du plafond de cotisation règlementaire du ou de la conjoint(e) dont le revenu est supérieur, aussi convient-il de surveiller vos cotisations à un REER ».

L’autre avantage d’un régime pour conjoint(e) est qu’il n’arrivera à échéance (même si le partenaire cotisant a plus de 71 ans), que lorsque l’autre partenaire aura lui aussi atteint l’âge de 71 ans. En d’autres termes, si vous ne pouvez pas cotiser à votre REER parce que vous avez plus de 71 ans, vous pouvez encore cotiser à celui de votre conjoint(e) de droit ou de fait jusqu’à ce que cette personne ait elle aussi atteint ses 71 ans, et vous pourrez ainsi continuer à tirer profit de la déduction fiscale autorisée.

 

Les cotisations excessives au REER

De nombreux épargnants ne savent pas que le gouvernement les autorise à verser une cotisation dépassant de 2 000 $ le plafond réglementaire de leur cotisation au REER sans encourir de pénalité fiscale.

Cette clause est conçue pour créer une zone-tampon pour le cas où, pour une erreur de calcul de vos cotisations, vous enfreindriez involontairement la règlementation des REER.

La limite de cet excès de cotisation procure une façon légitime d’économiser des fonds supplémentaires dans son REER qui peuvent augmenter sur la base d’une imposition différée, même si elles ne seront pas déductibles de votre revenu de l’année courante.

Cela dit, les cotisations excessives pourront être déduite au cours d’une année ultérieure à condition que votre cotisation réelle soit inférieure au plafond autorisé. C’est particulièrement utile si vos flux de trésorerie sont irréguliers, ce qui vous permet de cotiser alors que vous disposez de l’argent nécessaire.

Mais faites bien attention : une pénalité fiscale de 1 % par mois s’applique aux cotisations excessives ayant dépassé 2 000 $, aussi convient-il que vous ne dépassiez pas ce montant.

 

La rentrée scolaire

Vous pouvez utiliser les fonds de votre REER pour financer votre éduction ou celle de votre conjoint(e) de la même façon que pour le régime d’accession à la propriété, dans le cadre du Régime d’encouragement à l’éducation, qui vous laisse retirer de l’argent d’un REER pour financer votre éducation.

À condition qu’elle soit remboursée au REER dans les 10 ans, le retrait ne sera pas considéré comme un revenu, et ne sera donc pas sujet à une retenue d’impôt.

Du moment que vous-même ou votre conjoint(e) de droit ou de fait êtes inscrit(e)s dans un programme à plein temps, vous pourrez retirer jusqu’à 10 000 $ par an pour un maximum de 20 000 $ libres d’impôt de votre REER. Voici des informations complémentaires sur les dispositions du Régime d’encouragement à l’éducation permanente, comment accéder à vos fonds de REER, quelles en sont les diverses conditions, et comment en effectuer le remboursement.

Si vous comptez taper dans votre REER pour d’autres raisons que pour obtenir un revenu-retraite, peut-être serait-il bon de consulter un professionnel de la finance, qui déterminera si vous répondez aux conditions requises et quelles sont vos options.

Sur le même sujet

Choisir la bonne année pour être fiscalement pauvre

24/11/2022 | Thomas Gaudet

BLOGUE INVITÉ. Les contribuables ont vécu des turbulences financières cette année.

REER et CELI: une question de bénéficiaire

Édition du 09 Novembre 2022 | Dany Provost

À VOS AFFAIRES. Quelle est la grande différence entre des investissements personnels faits au...

À la une

Bourse: Toronto retraite de plus de 250 points

Mis à jour à 18:54 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street termine en baisse, le spectre de la récession plane.

À surveiller : Dollarama, Goodfood et Boyd Group

Que faire avec les titres de Dollarama, Goodfood et Boyd Group?

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

Mis à jour à 17:34 | Refinitiv

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.