Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Le temps d’investir dans les titres «mal-aimés et sous-évalués»?

Morningstar|24 mai 2024

Le temps d’investir dans les titres «mal-aimés et sous-évalués»?

Les actions canadiennes ont un solide profil. (Photo: 123RF)

Il est temps de se tourner vers les actions «mal-aimées et sous-évaluées», comme les appelle David Sekera, stratège en chef du marché américain chez Morningstar. En effet, «la concentration sur les grandes entreprises technologiques est myope et vise le marché haussier de 2023», affirme David Polak, directeur des investissements en actions chez Capital Group, qui cite quelques chiffres surprenants concernant les «mal-aimés».

Parmi les grandes valeurs technologiques, observe David Polak, seules deux ressortent vraiment du lot : Nvidia (NVDA), avec un rendement supérieur à 250% depuis janvier 2022, et Broadcom (AVGO), avec 121%. Par rapport à eux, d’autres «sept magnifiques» affichent des résultats beaucoup plus banals. Par exemple, Meta (META) n’a gagné que 35,4% sur la même période et Microsoft (MSFT), 25%, tandis qu’Apple (AAPL) a rétrogradé de 3% et Tesla (TSLA) a chuté de 41%.

Dans la frénésie technologique, des noms comme Eli Lilly (LLY), ExxonMobil (XOM) et General Electric (GE) sont rarement apparus. Pourtant, depuis janvier 2022, Eli Lilly a grimpé de 218%, GE de 175% et ExxonMobil de 55%. «Nous voulons faire ressortir qu’il y a bien plus que les noms de la technologie, commente M. Polak. Oui, Nvidia a été un excellent titre, mais Eli Lilly et Exxon l’ont été aussi.»

 

Des conditions qui pourraient propulser les choses

Comme l’indiquent toutes les déclarations financières, les résultats passés ne garantissent pas les résultats futurs, mais les conditions restent favorables aux «mal-aimés». Le repli de 3,6% qui s’est produit au cours du mois suivant le record de mars «est sain», estime David Sekera. Même au niveau de prix actuels, le marché reste élevé, «mais pas surévalué», ajoute-t-il.

«Je m’attends à des rendements de l’ordre de 8 à 9% pour les investisseurs à long terme, poursuit M. Sekera. Le marché n’est pas aussi bon marché qu’en octobre dernier et il a déjà intégré des perspectives plutôt positives, mais nous ne sommes pas en présence d’une récession. Nous voyons surtout des éléments positifs : une économie qui ralentit, pas de récession à venir, une inflation toujours modérée et des baisses de taux d’intérêt. Cela dit, le marché est assez proche de sa juste valeur.»

M. Polak est d’accord avec ce diagnostic et ajoute : «Les entreprises dont la trajectoire de croissance des bénéfices est claire, qui ont un pouvoir de fixation des prix et qui sont capables de maintenir leur part de marché devraient pouvoir résister aux tempêtes potentielles» au quatrième trimestre 2023, 76% des entreprises du S&P 500 ont dépassé les prévisions de bénéfices, selon Capital Group, tandis que 63% d’entre elles ont enregistré des revenus supérieurs aux prévisions des analystes. Le système d’estimation de LSEG Institutional Brokers prévoit que les taux de croissance des bénéfices passeront de 5,2% au premier trimestre 2024 à 14,1% au quatrième trimestre.

 

Les actions semblent plus intéressantes en dehors des États-Unis

Les perspectives positives se maintiennent en dehors des États-Unis, en particulier sur les marchés émergents et pour les entreprises mondiales. Sur les marchés émergents, alors que les bénéfices ont chuté de 10,8% en 2023, LSEG prévoit qu’ils pourraient atteindre 18,5% en 2024 et 15% en 2025, dépassant ainsi les chiffres américains. Dans l’indice ACWI, la plupart des secteurs d’activité affichent des prix attrayants. Nombre d’entre elles se situent au niveau de leur ratio cours/bénéfice prévisionnel moyen sur 10 ans ou juste au-dessus, note Capital Group, à un moment où les banques centrales du monde entier s’apprêtent à assouplir leur politique monétaire et où les taux d’intérêt à plus long terme sont susceptibles de baisser.

 

L’IA semble «trop aimée»

MM. Sekera et Polak proposent de renoncer à l’hypnose de la technologie et de l’intelligence artificielle. Les valorisations supérieures des entreprises technologiques sont peut-être justifiées compte tenu de leurs solides bénéfices, en particulier de leur nouvelle piste de croissance dans le domaine de l’IA, mais M. Sekera conseille aux investisseurs de rester sceptiques. «De nombreuses entreprises parleront de l’IA, mais toutes n’auront pas de plan précis, ajoute-t-il. Je chercherai des plans spécifiques : quand une entreprise prévoit de construire une capacité d’IA, quand elle la déploiera et quand elle espère en tirer des revenus.»

Il est peut-être préférable de se tenir à l’écart du battage médiatique et de s’intéresser à d’autres secteurs «mal-aimés» qui présentent un potentiel substantiel. M. Polak cite l’énergie, les soins de santé et les produits industriels, tandis que M. Sekera privilégie les petites capitalisations en général, qui présentent une décote de 18% dans l’ensemble, et l’immobilier, «la catégorie la plus détestée dans la rue». Il reconnaît qu’il faut éviter les fiducies de placement immobilier (REITs) de bureaux urbains, mais d’autres secteurs qui ont été survendus restent intéressants, notamment ceux liés aux soins de santé et aux tours de téléphonie cellulaire. Bien que ses perspectives à long terme sur les prix de l’or soient baissières, il voit beaucoup de valeur dans les actions des mineurs d’or comme Barrick (ABX) et Newmont (NGT), qui se trouvent à des niveaux de remise.

 

Les actions canadiennes ont un solide profil

Selon Mike Archibald, vice-président et gestionnaire de portefeuille chez Placements AGF, les perspectives pour le Canada sont étonnamment positives. Ici, le potentiel de croissance ne réside certainement pas dans les valeurs technologiques. «Lorsque l’on recherche la croissance, dit-il on a généralement tendance à se tourner vers les actions de moyenne capitalisation, car les grandes capitalisations, comme RBC par exemple, ont une croissance plus lente.»

Le contexte mondial favorise les secteurs traditionnels du Canada, à savoir les ressources, les matériaux et l’énergie, voire les valeurs financières. «Nous sommes dans un environnement de réinflation où les matières premières devraient bien se comporter, affirme le gestionnaire d’AGF. Avec des ressources comme le cuivre, l’or et l’énergie, vous bénéficiez d’une couverture contre l’inflation, tandis que l’immigration est un levier pour le secteur financier, car les nouveaux arrivants ouvrent des comptes. Si un environnement d’inflation supérieure à la tendance persiste, le Canada offre l’une des meilleures opportunités ajustées au risque sur les marchés d’actions, principalement en raison de ses ressources.»