Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Cotiser au CELIAPP pour maximiser son épargne retraite?

WelcomeSpaces.io|08 mai 2024

Cotiser au CELIAPP pour maximiser son épargne retraite?

(Photo: Jakub Żerdzicki pour Unsplash)

LE COURRIER DE SÉRAFIN est une rubrique qui présente deux fois par semaine la question en finances personnelles d’un utilisateur, suivie de la réponse de Sérafin, intelligence artificielle spécialisée en finances personnelles québécoises. Le tout est accompagné d’un commentaire de validation ou un complément par un professionnel financier.

 

«Je cotise déjà le maximum chaque année à mon REER. Même si je suis locataire et que je ne veux pas acheter de maison, est-ce possible de cotiser aussi le maximum à mon CELIAPP et de transférer le 40 000 au bout de 15 ans à mon REER même si mon plafond de cotisation est à zéro?»

 

Les réponses de Sérafin

La stratégie de cotisation à votre CELIAPP, suivie d’un transfert à votre REER dans 15 ans, présente une opportunité distinctive de maximiser votre épargne pour la retraite tout en optimisant votre situation fiscale. Voici comment cette approche peut être bénéfique:

Avantages fiscaux et stratégiques

Report d’imposition: en transférant les fonds de votre CELIAPP à votre REER, vous reportez l’imposition jusqu’au moment du retrait du REER, potentiellement dans une tranche d’imposition inférieure à la retraite.

Déduction fiscale: la particularité du CELIAPP est que les cotisations sont déductibles d’impôt, ce qui réduit votre revenu imposable dès l’année de cotisation.

 

Capacité de cotisation et planification REER

Excéder le plafond des cotisations inutilisées: l’un des avantages les plus significatifs de cette stratégie réside dans le fait que le transfert de votre CELIAPP vers votre REER vous permet d’excéder le plafond des cotisations inutilisées au REER sans impact négatif. Cela signifie que vous pouvez potentiellement augmenter votre épargne retraite au-delà des limites habituelles du REER grâce aux contributions initiales dans le CELIAPP.

 

Stratégie de placement et timing

Optimisation de placement: envisagez des investissements judicieux au sein de votre CELIAPP pour maximiser votre épargne avant le transfert, en tenant compte de vos objectifs financiers à long terme et de votre tolérance au risque.

Timing de transfert: un conseiller financier peut vous aider à déterminer le moment optimal pour effectuer le transfert, en fonction de votre situation financière, des conditions de marché, et de vos projections fiscales à la retraite.

 

Conseil professionnel

Il est crucial de consulter un conseiller financier pour élaborer une stratégie sur mesure. Ce dernier vous aidera à naviguer entre les options de cotisation, les impacts fiscaux, et à planifier efficacement ce transfert dans le cadre de votre plan global de retraite.

En conclusion, la cotisation au CELIAPP suivie du transfert au REER constitue une stratégie avancée permettant d’accroître considérablement votre épargne retraite en exploitant au maximum les avantages fiscaux disponibles, le tout sans impacter négativement votre plafond de cotisations REER inutilisées. C’est une approche proactive vers une planification financière réussie qui maximise l’utilisation de vos dispositifs d’épargne à long terme.

 

Réponse de Patrick Lagrange, planificateur financier

Le CELIAPP est une solution fiscale de premier ordre pour un premier acheteur. Il peut quand même être une solution fiscale intéressante si l’on ne désire pas acheter une propriété. Une cliente pharmacienne est venue me rencontrer dernièrement. Elle travaille pour une agence et a actuellement 25 ans. Elle en profite pour travailler au maximum jusqu’à l’âge de 32 ans afin de réaliser un but, l’achat d’une pharmacie. Avec un salaire de 300 000$, elle a mis en place le CELIAPP afin d’obtenir un retour d’impôt supplémentaire en plus de cotiser au maximum à son REER. Son plan est simple. Accumuler un fonds de retraite le plus rapidement possible pour profiter de l’intérêt composé le plus longtemps possible et accumuler une mise de fonds nécessaire pour l’acquisition de son entreprise. Une fois propriétaire, elle prévoit se verser un salaire qui représente son coût de vie afin d’accélérer son remboursement de prêt. Un salaire d’environ 80 000$. C’est à ce moment que nous planifierons le transfert du CELIAPP vers le REER, car actuellement, elle épargne 53,31% en impôt en cotisant au CELIAPP et REER. Lorsqu’elle sera propriétaire, son taux marginal d’impôt sera à 36,12%. Une fois le CELIAPP transféré et son prêt d’entreprise remboursé, elle pourra augmenter à nouveau son salaire pour profiter de la vie et augmenter ses cotisations à son REER ou fonds de pension.

Le CELIAPP peut être une bonne option, mais il en existe plusieurs autres. Ici on parle de la bonne allocation d’actif.

Utiliser son CELI comme épargne à long terme peut devenir un outil performant pour l’investissement jusqu’à la retraite. Très souvent, le CELI est utilisé comme fonds d’urgence et investi avec de faibles rendements. Avec le CELI on ne paie jamais d’impôt, voilà une belle occasion de considérer le CELI comme un véhicule d’investissement fiscalement avantageux vis-à-vis les autres régimes. Par exemple, pour un investisseur, pourquoi ne pas considérer investir la portion croissance dans le CELI et suivre une stratégie plus prudente dans le REER. Puisque dans un CELI aucun impôt ne sera à payer dans le futur, c’est là que nous devons avoir les plus gros gains de notre portefeuille.

Si l’investisseur est un propriétaire d’entreprise, il peut en profiter pour cotiser à un Régime de Retraite Exécutif, RRE. Ainsi, il pourra effectuer un rachat de service passé et profiter des cotisations d’équilibre tout en obtenant les déductions à même son entreprise. Ainsi, il pourra y investir 1 500 000$ de plus que dans un REER et économiser 500 000$ en frais et impôts supplémentaires.

Si tous les régimes fiscaux pour épargner sont maximisés. Il reste toujours la possibilité de mettre en place un plan successoral qui viendrait aussi bonifier la retraite.

Comment? En utilisant une police d’assurance vie participante.

En plus de l’augmentation potentielle de la valeur de votre assurance vie à chaque année, votre valeur de rachat augmente également. Par exemple, l’investisseur a 35 ans et est en mesure d’épargner personnellement ou par son entreprise 700$ par mois pour souscrire à une assurance vie participante de 300 000$ payable durant 20 ans. À 75 ans, il aura accès à une valeur de rachat de plus de 700 000$. Cette valeur peut servir à venir bonifier la retraite. Si la personne le désire, l’assureur pourra verser les participations en rente au lieu d’augmenter l’assurance. À ce moment, la couverture d’assurance sera de 1 000 000$ au lieu de 300 000$ et générera potentiellement des participations de 25 000$ par année.

En conclusion, il est important de calculer l’ensemble du portefeuille après impôt et les rendements aussi. Il est complexe de savoir ce qui est le plus fiscalement avantageux aujourd’hui et à la retraite. On ne peut y arriver avec une simple calculatrice ou un tableau Excel. C’est donc important d’utiliser des outils de projections combinés qui optimisent les régimes fiscaux, l’accumulation et les décaissements pour créer la plus grande richesse possible année après année jusqu’à 95 ans si l’on veut.

 

Vous avez d’autres questions de finances personnelles? Allez les poser à Sérafin et, qui sait, vos interrogations seront peut-être publiées ici!