Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Assurance pour fraude des employés

WelcomeSpaces.io|29 mai 2024

Assurance pour fraude des employés

(Photo: 123RF)

LE COURRIER DE SÉRAFIN est une rubrique qui présente deux fois par semaine la question en finances personnelles d’un utilisateur, suivie de la réponse de Sérafin, intelligence artificielle spécialisée en finances personnelles québécoises. Le tout est accompagné d’un commentaire de validation ou un complément par un professionnel financier.

 

«Est-ce que je peux me procurer une assurance pour couvrir le risque de fraude de mes employés ? »

 

Les réponses de Sérafin

Oui, il est possible de s’assurer contre ce risque spécifique.  

La première étape serait de revoir votre police actuelle pour déterminer si vous avez déjà une certaine protection. Cherchez les sections de votre police faisant référence à la «malhonnêteté des employés», à la «couverture des délits» ou à d’autres termes similaires. Ces sections décrivent généralement l’étendue de la couverture pour les actes de fraude commis par des employés.

N’hésitez pas à contacter directement votre compagnie ou votre courtier.  Ils peuvent vous fournir des informations précises sur votre couverture et vous indiquer si votre police actuelle comprend une protection contre la fraude commise par des employés.

Si votre police actuelle ne couvre pas la fraude commise par un employé, renseignez-vous sur les options de couverture supplémentaires. De nombreux assureurs proposent des assurances contre la criminalité ou des garanties de fidélité comme protections supplémentaires contre de tels risques.

Avant de souscrire une assurance, évaluez les risques spécifiques à votre entreprise en termes de potentiel de fraude interne. Les entreprises dans certains secteurs ou avec certains modèles d’exploitation peuvent être plus exposées au risque de fraude.  Cette évaluation vous permettra d’évaluer votre couverture en place et, s’il le faut, elle vous guidera dans le type de couverture additionnelle à choisir.  Les principales couvertures sont :  

• Assurance contre la Malhonnêteté des Employés : Couvre les pertes financières dues à des actes de fraude, de vol, ou d’autres formes de malhonnêteté commis par les employés.

• Assurance Crime : Peut inclure la couverture pour les pertes dues à des actes de fraude, de vols, de détournements de fonds, ou d’autres actes criminels affectant les actifs de l’entreprise.

• Assurance Fiduciaire : Protège contre la perte d’actifs confiés à des employés ou à des tiers, comme dans le cadre de la gestion de fonds.

 

Négocier les Termes de la Police :

• Déterminez le montant de la couverture nécessaire en fonction de l’évaluation des risques et des actifs de l’entreprise.

• Examinez les exclusions et les conditions de la police pour vous assurer qu’elle répond à vos besoins spécifiques.

 

Mesure préventives : 

Bien que l’assurance offre une protection financière, il est tout aussi crucial d’implémenter des mesures préventives internes pour réduire le risque de fraude.

Ces mesures peuvent inclure des contrôles internes robustes, des audits réguliers, et des formations sur la sensibilisation à la fraude pour les employés.

Un avocat spécialisé dans le droit des affaires ou un consultant en gestion des risques peut également fournir des conseils sur la réduction du risque de fraude dans votre entreprise.

 

Consultation juridique : 

En cas de suspicion de fraude, il est conseillé de consulter des professionnels du droit pour s’assurer que vous prenez des mesures appropriées et efficaces, tant d’un point de vue commercial que juridique.

 

En résumé, obtenir une assurance adéquate pour couvrir le risque de fraude de vos employés nécessite une compréhension claire de vos besoins spécifiques, des options disponibles, ainsi qu’une approche proactive en matière de gestion des risques.  Consultez un courtier d’assurance pour vous aider à choisir la meilleure couverture pour votre entreprise.

 

Réponse de Charles-Antoine Carra, CPA

Les fraudes contre les entreprises se complexifient, se réinventent, se multiplient. Ces fraudes peuvent venir autant de l’externe (courriels frauduleux, commandes factices, etc.) que de l’interne par l’employé (entre autres : falsification de résultats, diffusion de secrets d’entreprise, appropriation de sommes). Parfois, c’est une combinaison alors qu’il peut s’agir de fraudes externes facilitées par un employé à l’interne. Vous n’avez qu’à penser aux cas tristement célèbres de la SAAQ et de Desjardins où le crime organisé s’y est infiltré grâce à un employé. Le vol de données personnelles est effectivement un visage très commun de la fraude en entreprise.

La fraude prend donc diverses formes, mais le résultat est le même : l’entreprise affectée perd des sommes et/ou une partie de, voire toute (Ashley Madison, par exemple), la confiance que le public lui accorde. Dans tous les cas, l’entreprise est affectée et son avenir peut ainsi s’assombrir.

En tant qu’entreprise, vous avez tout de même tout mis en place pour vous assurer qu’un employé ne peut vous frauder? Sachez que votre niveau de contrôle ne sera probablement jamais à niveau, car le fraudeur aura toujours un pas d’avance : c’est lui qui imagine le stratagème et déclenche son plan lorsqu’il se sait dans un angle mort. Un peu comme un bon vieil ado qui sort par la fenêtre de sa chambre lorsque vous vous y attendiez le moins…

Bref, l’assurance contre ce type de délit prend deux formes pour couvrir au mieux l’entreprise :

1-      L’assurance cyber :

TOUTES les entreprises devraient détenir une assurance contre les risques cybernétiques. TOUTES. L’assurance cyber permettra, entre autres, d’assurer non seulement l’entreprise à l’interne contre les effets néfastes d’une fraude, mais également contre les poursuites de l’externe (tiers lésés).

2-      L’assurance délit, crime ou autres noms similaires :

Cette assurance permettra, entre autres, de recevoir des sommes qui lui avaient été dérobées, non seulement par un employé sur diverses périodes, mais également par des tiers malfaisants.

Si votre contrat d’assurance actuel contient déjà possiblement une couverture pour ces deux risques, sachez qu’elle est généralement limitée et probablement insuffisante pour que vous puissiez être complètement protégé.

Les bonnes pratiques d’emploi demeurent toutefois l’allié numéro un de l’employeur. Un employé bien traité, bien rémunéré et qui entrevoit un futur brillant chez son employeur aura certainement moins envie de le frauder. Et lorsque la confiance et les bonnes pratiques d’entreprises ne suffisent pas, il y aura toujours l’assurance… à condition de l’avoir prise!

 

 

Vous avez d’autres questions de finances personnelles? Allez les poser à Sérafin et, qui sait, vos interrogations seront peut-être publiées ici!