L'imposition des dividendes américains est désavantageuse

Publié le 27/03/2010 à 00:00

L'imposition des dividendes américains est désavantageuse

Publié le 27/03/2010 à 00:00

Les dividendes sur les titres américains sont déduits de 15 % à la source. Est-ce à dire qu'il est moins intéressant d'investir dans les titres américains pour obtenir des dividendes ? Y a-t-il un rajustement fiscal au Canada ? Si deux titres, l'un canadien, l'autre américain, versent un dividende semblable, lequel sera le plus avantageux ?

- Gilles

En effet, il est moins intéressant d'investir dans les titres américains si votre but est d'obtenir des dividendes.

Toutefois, ce n'est pas en raison de la retenue fiscale que vous mentionnez, mais plutôt en raison de la méthode d'imposition.

Vous avez raison en ce qui concerne la retenue à la source de 15 % sur vos dividendes venant d'entreprises américaines. Cependant, souvenez-vous qu'il n'y a pas de retenue à la source dans les comptes enregistrés comme le REER (il y en a toutefois une dans le CELI).

Par contre, cette retenue vous est presque totalement remboursée par l'intermédiaire du crédit pour impôt étranger. Ce crédit est un mécanisme qui sert à éviter la double imposition.

C'est l'imposition différente des dividendes qui désavantage les dividendes américains. Après impôt, le rendement de votre titre canadien sera supérieur en raison du crédit d'impôt offert pour les dividendes.

Le dividende de votre titre américain sera imposé comme un revenu d'intérêt, soit à 45 %, si vous êtes au taux d'imposition marginal. Par contre, le dividende d'une société canadienne sera imposé à environ 30 %. Cela signifie que si vous recevez 1 $ de dividendes, il vous restera après impôts 0,55 $ s'il vient d'un titre américain, et 0,70 $ s'il vient d'un titre canadien.

Cela ne s'applique pas si les titres sont détenus à l'intérieur du régime enregistré d'épargne-retraite (REER).

À la une

TotalEnergies étudie une cotation en actions à New York

Il y a 58 minutes | AFP

Mais pas une «cotation principale», selon le PDG du groupe pétrolier français Patrick Pouyanné.

Les bonnes (et moins bonnes) raisons de démissionner

EXPERTE INVITÉE. Avant de démissionner, il est recommandé d’en parler avec les bonnes personnes

Malade, vaut-il mieux rester chez soi ou aller au bureau?

MAUDITE JOB! «L'autre jour, j'étais malade comme un chien. Je suis quand même allé au bureau. Ai-je eu raison ou tort?»