Valeurs mobilières: discussions houleuses en vue

Publié le 13/01/2009 à 00:00

Valeurs mobilières: discussions houleuses en vue

Publié le 13/01/2009 à 00:00

Par La Presse Canadienne
Dans un document dévoilé hier, un groupe d'experts mis sur pied par le ministre des Finances, Jim Flaherty, recommande la création d'une commission pancanadienne des valeurs mobilières, en remplacement des organismes provinciaux et territoriaux.



Hormis l'Ontario, toutes les provinces s'opposent à des degrés divers à une telle commission de réglementation unique; et parmi ses plus farouches détracteurs, le Québec trône certainement en tête de liste.



Avant même la sortie du rapport, le premier ministre québécois Jean Charest a clairement indiqué qu'il s'opposerait à la centralisation, par Ottawa, de la réglementation financière.



"Là-dessus, on n'a pas changé d'idée", a-t-il lancé en point de presse. Pour lui, cela ne fait pas de doute que c'est le gouvernement du Québec qui a compétence dans ce domaine.



Le groupe de sept panélistes, dirigé par l'ancien président de l'Institut des fonds d'investissement du Canada, Tom Hockin, propose l'établissement d'un organisme national qui aurait le mandat d'appliquer une loi unique au Canada. L'objectif serait de renforcer l'application de la loi, d'éliminer les doublons et de mieux répondre aux besoins des investisseurs.



"Etant donné la tourmente qui a secoué les marchés des capitaux mondiaux récemment, il ressort encore plus clairement que le Canada doit se doter d'un organisme unique", a indiqué M. Hockin.



La "structure fragmentée" constitue une lacune importante du régime canadien, à son avis, alors que pratiquement tous les pays développés disposent d'une commission nationale unique. Avoir un seul interlocuteur faciliterait la collaboration sur le plan international, croit-il.

L'opposition des provinces



La mise sur pied d'un tel organisme ne sera pas de tout repos, conviennent néanmoins les experts du panel.



Ils suggèrent d'abord au gouvernement fédéral de laisser aux provinces le choix de se joindre ou non à cette commission unique; puis, dans un second temps, de permettre aux compagnies de se retirer des organismes provinciaux de réglementation pour adhérer à la commission pancanadienne.



Ultimement, le groupe propose qu'en "dernier recours", le gouvernement fédéral envisage d'imposer "unilatéralement" le régime national unique, ce qui serait cohérent avec son pouvoir constitutionnel, selon lui.



Ce n'est pas l'avis de la ministre des Finances du Québec, Monique Jérôme-Forget, qui s'est toujours vivement opposée à une commission nationale, en martelant que la réglementation des valeurs mobilières relevait de la compétence des provinces.



Dans un mémoire à l'intention du panel, l'Autorité des marchés financiers (AMF) avait pour sa part soutenu que la présence d'organismes de réglementation dans les 13 provinces et territoires favorisait le dépistage de fraudes. Elle avait qualifié "d'inutile" toute centralisation.



D'autres provinces, notamment l'Alberta, s'inquiètent également de la centralisation croissante des pouvoirs à Toronto, où sont actuellement concentrées 80 pour cent des inscriptions en Bourse.



Le ministre Flaherty a pour sa part affirmé lundi que la création d'une commission nationale des valeurs mobilières est "un exercice nécessaire, mais volontaire". Il répondait ainsi à une question des journalistes concernant l'opposition exprimée par le Québec et l'Alberta.



Le sujet pourrait donc rebondir à la rencontre entre le premier ministre Stephen Harper et ses homologues provinciaux qui s'ouvre jeudi à Ottawa. Le conflit pourrait monopoliser une partie importante des discussions, alors que plusieurs, aux quatre coins du pays, espèrent que cette rencontre se soldera par des actions concrètes pour stimuler l'économie.



Le porte-parole du Bloc québécois en matière de Finances, Jean-Yves Laforest, juge que M. Harper aurait dû demander au panel d'attendre après cette rencontre avant de dévoiler son rapport.



"Plutôt que de travailler à préparer un plan de relance adéquat (...), j'ai l'impression que (M. Harper) va semer la division", a-t-il soutenu.



Autres recommandations



Outre sa proposition principale de centraliser la réglementation, le panel recommande un tribunal d'arbitrage indépendant comme il en existe actuellement un au Québec.



Il suggère d'autre part l'adoption d'une approche fondée sur les "principes" plutôt qu'une réglementation qui s'empêtre dans les détails.



Le groupe souhaite par ailleurs la création d'un comité d'investisseurs indépendants qui aurait le mandat de faire valoir ses préoccupations au nouvel organisme de réglementation pancanadien.



Une ébauche de loi à l'intention du gouvernement a été rédigée, reprenant les recommandations émises par le groupe d'expert.

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

À la une

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

BILAN. Quels sont les titres qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine?

La marge de sécurité: un concept intemporel

BLOGUE INVITÉ. La «marge de sécurité». Les 3 mots les plus importants dans l'investissement, selon Warren Buffett.

Six manières de réduire vos erreurs d'investissement

BLOGUE INVITÉ. C'est simple, moins vous avez à prendre de décisions, moins vous commettez d'erreurs.