Titres de petite capitalisation: choisir les bons chevaux


Édition du 25 Octobre 2023

Titres de petite capitalisation: choisir les bons chevaux


Édition du 25 Octobre 2023

(Photo: 123RF)

Pendant que les géants du Web tirent les grands indices boursiers vers le haut, l’incertitude économique et la hausse des coûts de financement font mal à plusieurs entreprises à petite capitalisation, dont les titres battent de l’aile depuis des mois. Pas de panique, affirment trois gestionnaires de portefeuille spécialisés dans ce type de titres: c’est l’occasion idéale de réaliser de bonnes affaires, à condition de choisir les bons chevaux.

Difficile de trouver de bonnes nouvelles cette année en ce qui concerne les petites capitalisations, peu importe l’endroit où on porte son regard. Aux États-Unis, les deux indices qui couvrent les petites capitalisations sont en recul depuis le début de l’année (perte de 3,4 % pour le S&P 600 et recul de 1,7 % pour le Russel 2000, au 5 octobre). Pendant ce temps, le S&P 500 a enregistré un gain de plus de 11 %. Le portrait est moins contrasté au Canada, alors que le S&P/TSX petites capitalisations (fortement concentré dans le secteur énergétique) a trébuché de 6 % depuis janvier, tandis que le S&P/TSX a essuyé des pertes moindres (-2 %, toujours en date du 5 octobre).

Bien sûr, aucune comparaison n’est parfaite. Les indices de petite capitalisation ont parfois le défaut de ne pas contenir les entreprises qui performent très bien — et qui sortent donc de l’indice — ou encore d’être surexposés à certains secteurs de l’économie (comme c’est le cas avec celui de l’énergie au Canada). Dans une note publiée à la fin du mois de septembre, l’analyste Hugo Ste-Marie, de la Banque Scotia, faisait également remarquer que «sous la surface, tout ne va pas bien»pour le S&P 500, puisque la croissance est surtout générée par les «sept fantastiques»:Apple (AAPL, 178,28$US), Alphabet (GOOGL, 138,91 $US), Microsoft (MSFT, 328,62 $US), Amazon (AMZN, 129,86$US), Tesla (TSLA, 223,20 $US), Nvidia (NVDA, 459,20 $US) et Meta Platforms (META, 322,61$US).

Chose certaine, les petites capitalisations ont connu de meilleurs jours, constate Vincent Fournier, gestionnaire de portefeuille à Claret. «Si on regarde le S&P 600, il a atteint un sommet en novembre 2021 et il est sur une pente descendante depuis. L’indice n’enregistre pratiquement pas de croissance depuis ce moment, alors que c’est l’inverse pour les grandes capitalisations», dit-il. Le Russel 2000 et le S&P/TSX petites capitalisations ont d’ailleurs suivi une trajectoire similaire, à l’exception d’un soubresaut en avril 2022 dans le cas de l’indice canadien.

Au pays, l’écart entre les titres de petites et de grandes capitalisations s’observe d’ailleurs clairement lorsqu’on compare leur valorisation relative, notamment en s’intéressant au ratio cours/flux de trésorerie disponibles, signale le gestionnaire de portefeuille Gabriel Bouchard-Phillips, responsable de la stratégie canadienne à petite capitalisation à Van Berkom.

Selon ce ratio, les titres de petite capitalisation se négocient typiquement dans un corridor montrant un écart-type oscillant entre 0,8 et 1,2 par rapport à la valeur (de 1) des titres de grande capitalisation. «En ce moment, le ratio de 0,75 montre que les titres de petites capitalisations sont globalement sous-évalués, observe-t-il. À moyen et à long terme, il y a beaucoup de croissance à venir, mais à court terme, il y a pas mal de nuages qui assombrissent le portrait.»

 

Contexte difficile

Les déboires des petites capitalisations sur les marchés boursiers s’expliquent de plusieurs façons, soutient Philippe Côté, vice-président et gestionnaire de portefeuille à Eterna, où il s’occupe notamment du fonds de petites capitalisations. «Dans un contexte d’incertitude économique comme celui qu’on connaît ces jours-ci, les investisseurs vont se réfugier dans les grandes capitalisations, dit-il. Souvent, les premières actions à être vendues sont celles des petites capitalisations.»

La hausse des taux d’intérêt fait aussi mal aux entreprises de plus petite taille, qui doivent emprun-ter pour croître ou rester à flot, ajoute Philippe Côté. «Généralement, les petites capitalisations ont davantage besoin de financement, mais quand l’économie ne va pas bien, la porte du financement se ferme, rappelle-t-il. Dans bien des cas, les petites capitalisations sont des entreprises qui sont moins diversifiées et qui peuvent plus difficilement passer au travers des contextes économiques difficiles.»«Quand il y a un recul économique, l’appétit des investisseurs pour le risque diminue, ajoute Vincent Fournier. Et quand l’appétit pour le risque diminue, il y a moins d’intérêt pour les petites capitalisations, qui sont plus risquées que les grandes.»

Le portrait actuel correspond en quelque sorte à l’«effet montagnes russes»des petites capitalisations, illustre Vincent Fournier:quand les marchés financiers se portent bien, ces titres se vendent très cher, mais lorsque le contexte économique est défavorable ou incertain, ces mêmes actions peuvent descendre et devenir peu chères.

 

Occasions à saisir

Qui dit actions au plancher dit généralement occasions à saisir. À titre d’exemple, Gabriel Bouchard-Phillips évalue que les titres qui composent son fonds de petites capitalisations canadiennes se vendent à un prix 14 % moins élevé que la valeur intrinsèque qu’il leur attribue, alors qu’il observe habituellement un écart de plus ou moins 5 % dans un marché justement évalué. «Quand on se retrouve avec des escomptes de 10 % à 15 %, on parle d’occasions d’achat exceptionnelles», dit-il. «Il y a des occasions, acquiesce Philippe Côté, d’Eterna. La plupart des évaluations de titres à petite capitalisation sont très basses.»

Il peut donc être payant de dénicher ces jours-ci des actions à petite capitalisation sous-évaluées, qu’on peut payer à bas prix tout en profitant d’un grand potentiel de croissance, souligne Vincent Fournier, de Claret. «La beauté des petites entreprises, c’est que le plafond est beaucoup plus élevé que pour une grande entreprise, affirme-t-il. C’est beaucoup plus facile de faire croître une société qui possède 3% des parts de marché de son industrie qu’une entreprise comme Pepsi (PEP, 164,74$US), qui doit arracher des parts de marché à Coca-Cola (KO, 54,09 $US) pour grossir.»

Il faut cependant jouer de prudence, disent les trois gestionnaires de portefeuille. Les titres à petite capitalisation peuvent être plus lucratifs à moyen et à long terme que ceux à grande capitalisation, mais ils sont généralement plus risqués et moins couverts par les analystes. Le défi est donc de séparer le bon grain de l’ivraie. «La clé, c’est de faire ses devoirs, qu’on les fasse soi-même ou par l’entremise d’un professionnel, affirme Gabriel Bouchard-Phillips. Pour le commun des mortels, ce n’est pas facile de distinguer la saveur de la semaine de la société qui sera encore là dans 5, 10 ou 15 ans.»

 

Choix importants

Le gestionnaire de portefeuille principal chez Van Berkom met toutefois les investisseurs autonomes en garde contre l’achat d’un fonds indiciel s’appuyant sur le Russel 2000, le S&P 600 ou le S&P/TSX petites capitalisations, puisque ce type de fonds «ne peut pas discerner la réalité d’un engouement à court terme». «Je pense que nous sommes plutôt dans un marché propice à la sélection de titres», ajoute-t-il.

«Mon expérience m’apprend que les petits investisseurs qui se lancent dans les petites capitalisations jouent plus au casino qu’ils n’investissent. Ils ne veulent pas faire un coup de circuit. Ils veulent faire un grand chelem à chaque fois qu’ils se présentent au bâton», illustre Vincent Fournier, en pensant par exemple à celles et ceux qui espèrent doubler leur mise en l’espace d’un an.

Il est plus sage de choisir un fonds qui correspond à nos objectifs de placement ou de faire les analyses nécessaires soi-même et de viser un rendement intéressant, sans être astronomique, conseillent les trois spécialistes. Autrement dit, de frapper un double à chaque présence au marbre, plutôt que de tenter la longue balle à tout coup… en risquant de se faire retirer sur élan.

 

 

CONSEILS DE L’EXPERT

Il peut être payant de dénicher ces jours-ci des actions à petite capitalisation sous-évaluées

Vincent Fournier, gestionnaire de portefeuille, Claret (Photo: courtoisie)

«La beauté des petites entreprises, c’est que le plafond est beaucoup plus élevé que pour une grande entreprise. C’est beaucoup plus facile de faire croître une société qui possède 3 % des parts de marché de son industrie, qu’une entreprise comme Pepsi (PEP, 164,74 $US) qui doit arracher des parts de marché à Coca-Cola (KO, 54,09 $US) pour grossir.»

 

 

À SUIVRE: TROIS TITRES RECOMMANDÉS

Sur le même sujet

Bourse: les gagnants et les perdants du 19 avril

Mis à jour le 19/04/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

Les titres boursiers qui ont retenu l'attention cette semaine

19/04/2024 | Lesaffaires.com et Refinitiv

Voici les titres boursiers et rapports d'analystes qui ont retenu l'attention cette semaine.

À la une

Monique Leroux: notre productivité reflète notre manque d’ambition

Édition du 10 Avril 2024 | François Normand

TÊTE-À-TÊTE. Entrevue avec Monique Leroux, ex-patronne de Desjardins et ex-présidente du CA d'Investissement Québec.

Dette et déficit du fédéral: on respire par le nez!

19/04/2024 | François Normand

ANALYSE. Malgré des chiffres relativement élevés, le Canada affiche le meilleur bilan financier des pays du G7.

Budget fédéral 2024: «c'est peut-être un mal pour un bien»

19/04/2024 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Les nouvelles règles ne changent pas selon moi l'attrait des actions à long terme.