Quels placements dans quels comptes enregistrés?

Publié le 02/03/2016 à 09:18

Quels placements dans quels comptes enregistrés?

Publié le 02/03/2016 à 09:18

La première étape pour financer une retraite confortable est de vous assurer que vous mettez suffisamment d'argent de côté chaque année pour que votre bas de laine augmente au fil du temps. Il est important de cotiser autant que vous le pouvez, jusqu'au montant maximum autorisé pour les plans d'aide fiscale comme le régime enregistré d'épargne retraite (REER), le compte d'épargne libre d'impôt (CELI) et le régime enregistré d'épargne-études (REEE). De plus, il est essentiel de détenir les bons types de placements dans ces comptes, non seulement pour les avantages fiscaux que cela apporte, mais aussi pour des raisons fondamentales de placement.

Maintenant que le délai pour cotiser aux REER de 2015 est passé, c'est le moment de passer en revue le contenu de vos différents comptes afin de profiter au maximum des règles fiscales et de vous assurer que vos objectifs financiers à moyen et long termes peuvent être atteints.

La pensée classique veut que les REER, CELI et REEE devraient être des comptes qui détiennent des placements entièrement imposés comme les liquidités et les titres versant des intérêts. Dans l'idéal, les actions et les fonds d'actions, qui produisent des gains en capital et des dividendes imposés à des taux préférentiels, devraient être détenus dans un compte non enregistré. Mais bien sûr, il y a d'autres éléments à prendre en compte. L'un d'eux est le besoin de produire une bonne croissance à long terme, notamment au sein d'un REER, ce qui suppose d'y ajouter des actions.

Même avant d'examiner les implications fiscales et d'autres questions, vous devriez d'abord vous assurer que dans l'ensemble, quel que soit le compte, vous suivez la bonne stratégie pour vos objectifs et votre personnalité, dit Peter Guay, CFA et gestionnaire de portefeuille avec PWL Capital.

« Chaque investisseur devrait décider combien de risque il veut et peut accepter, ce qui détermine la répartition entre les placements à revenu fixe et les actions détenus dans son portefeuille, dit-il. Combien de croissance vous faut-il pour atteindre vos objectifs? Dormez-vous sur vos deux oreilles lorsque les marchés s'effondrent? Si vous n'êtes pas à l'aise pour prendre ces décisions vous-même, ayez recours à un conseiller. »

Une fois que vous avez déterminé votre niveau de risque, vous pouvez songer à votre répartition d'actifs, dit M. Guay. Du côté des actions, combien voulez-vous investir dans les marchés canadien, américain et international? Et du côté des obligations, voulez-vous viser les obligations gouvernementales ou les obligations de sociétés?

« Ce n'est qu'après que le risque et la structure ont été déterminés que vous devriez rechercher l'efficience fiscale et décider par exemple où vous voulez détenir les diverses portions de vos placements pour avoir le meilleur positionnement fiscal possible », dit M. Guay.

Voici quelques principes stratégiques de base pour investir dans les REER, CELI et REEE :

Utilisez les REER pour que le revenu totalement imposable fasse l'objet d'un report d'impôt

Avec les REER, vous investissez en utilisant vos dollars avant impôt, grâce aux déductions fiscales. Puis le capital croît sans être imposé jusqu'à ce que fassiez des retraits. À ce stade-là, vous payez des impôts sur le montant que vous retirez. Cela signifie qu'à la fois la portion du capital et celle du revenu (notamment les gains en capital réalisés) sont imposés l'année du retrait.

Du point de vue fiscal, il est logique de détenir des actifs qui génèrent des types de revenu entièrement imposables comme les dépôts de liquidités et les obligations, ainsi que des actions américaines et autres versant des dividendes. Toutefois, cela ne devrait pas vous empêcher de mettre des actions canadiennes dans votre REER (ainsi que votre compte imposable) au nom de la croissance à long terme.

« Un REER devrait être utilisé comme instrument d'épargne à long terme, non pour des besoins à court terme, dit M. Guay. La liquidité n'est pas importante, à moins que l'on approche de la retraite ou de l'âge de 71 ans et que doivent commencer les retraits (par le biais d'un fonds enregistré de revenu de retraite, ou FERR). Par conséquent, vous pouvez faire un bon usage de placements qui fournissent une prime de liquidité, ce qui se produit lorsque vous avez un rendement attendu plus élevé parce que vous devez attendre le moment optimal pour vendre. Des exemples de placements de ce type pourraient être les obligations à rendement réel et les actions à petite capitalisation. »

Un REER doit être fermé à la fin de l'année de votre 71e anniversaire et le produit en être transféré à un FERR ou utilisé pour acheter une rente viagère enregistrée. Le report d'impôt est prolongé dans un cas comme dans l'autre jusqu'à ce que vous fassiez des retraits ou receviez des paiements.

Lorsque l'heure de la retraite approche, vous devriez songer à ajuster le portefeuille de votre REER de manière à ce qu'il contienne suffisamment d'actifs à faibles risques et de liquidités pour pallier les trois à cinq premières années de retraits de votre FERR, dit M. Guay. Les investissements qui conviennent dans ce segment sont par exemple un certificat de placement garanti, un dépôt à terme, un fonds commun de placement du marché monétaire ou une obligation gouvernementale à court terme. En détenant suffisamment d'avoirs liquides, vous ne serez pas forcé de vendre des actions ou des fonds d'actions à un moment peu favorable pour effectuer des retraits.

Les CELI peuvent financer des besoins à court terme

Parce que l'argent peut être retiré d'un CELI sans payer d'impôt du tout, cela peut être un bon placement pour économiser avec des objectifs à court et à long terme. Et si vous n'avez pas besoin de l'argent, il peut servir d'excellent moyen d'augmenter votre épargne-retraite.

Le type de placements détenu dans votre CELI est par conséquent fonction de vos objectifs. « En général, nous préférons détenir des placements qui fournissent un revenu élevé dans un CELI, dit M. Guay. Mais certains placements producteurs de revenu qui offrent des rendements comparables à ceux des actions peuvent aussi être un bon choix, par exemple les fiducies de placement immobilier (FPI), les actions de services publics et les obligations de sociétés à rendement élevé. »

Toutefois, si vous avez besoin des actifs d'un CELI pour atteindre des objectifs à court terme, comme une mise de fonds pour une maison, le financement de rénovations, l'achat d'un chalet, ou pour prendre des vacances, des investissements moins risqués avec une bonne liquidité sont préférables.

Faites attention à votre REEE à l'approche des études supérieures

Il y a deux types de REEE : les régimes autogérés individuels et familiaux, et les régimes collectifs. Ces derniers sont des fonds mis en commun selon l'âge d'un bénéficiaire, dans lesquels vous cotisez des montants déterminés. Les fonds sont investis par la fiducie du régime, et le produit est distribué en fonction de la valeur du bassin d'actifs d'une certaine tranche d'âge.

Un REER autogéré est aussi un instrument basé sur le calendrier d'études du bénéficiaire, mais c'est vous qui décidez comment vos cotisations sont investies.

« En général, le bénéficiaire commencera à effectuer des retraits à 18 ou 19 ans, dit M. Guay. Vous pouvez gérer le portefeuille de façon plus dynamique lorsqu'il est plus jeune, et à l'approche de ses années d'université, la combinaison d'actifs devrait devenir plus prudente pour augmenter la liquidité et diminuer la volatilité. Dans de nombreux cas, un fonds indiciel équilibré avec des frais de gestion modiques est un bon choix. Il faut éviter d'avoir un portefeuille de placements individuels avec de petites transactions inutiles. »

À suivre dans cette section

Comment investir au Mexique
Édition du 20 Juillet 2019 | François Normand

image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

Sur le même sujet

Le CELI de Claudette pour améliorer sa retraite

05/06/2019 | Daniel Germain

Quand le CELI a un effet magique sur la vie d’une retraitée. Étude de cas.

Rembourser l'hypothèque ou garnir le CELI?

16/01/2019 | Daniel Germain

Une lectrice doute que ce soit plus rentable d'investir un héritage dans un CELI plutôt que de rembourser l'hypothèque.

À la une

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

07:00 | LesAffaires.com et AFP

Aux États-Unis, certaines publications de résultat ont par ailleurs déçu, hier.

Titres en action: Ubisoft, Qualcomm, ExxonMobil...

Mis à jour à 07:08 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

Première: McConnell lance un accélérateur de finance de solutions

BLOGUE. Le fédéral a créé un fonds de 755M$ en finance sociale. Cet accélérateur aidera les organisations à y accéder.