Les stratégies de placements à revenu fixe: ce que 2018 nous a appris

Publié le 03/07/2019 à 10:00

Les placements à revenu fixe sont plus compliqués qu’ils ne le paraissent. Aussi ce degré de complexité est l’une des raisons qui expliquent pourquoi 2018 fut une année difficile pour plusieurs investisseurs. Malgré cette complexité, nous croyons que les titres à revenu fixe demeurent une composante essentielle d’un portefeuille diversifié. Or, dans certains cas, l’incapacité à comprendre leur fonctionnement peut mener un investisseur à prendre des risques inconsciemment, lesquels s’apparentent aux risques liés aux actions. Voici l’explication de ce qui s’est produit l’an dernier et des moyens d’éviter cette situation si des circonstances similaires se présentaient dans le futur.

Que s’est-il passé en 2018?
Dans les retombées de la crise financière de 2008, les taux d’intérêt sont demeurés à un bas niveau pendant près d’une décennie. Pour cette raison, des investisseurs ont involontairement pris des risques ressemblant à ceux qui sont associés aux actions en optant pour des titres à rendement élevé pour atteindre leurs objectifs de revenus. À cause de leur cote de crédit plus basse, ceux-ci se comportent davantage comme des actions et n’offrent pas la même stabilité dans un portefeuille que des titres à cote élevée.

Revenons maintenant à l’an dernier. Les taux d’intérêt, qui avaient commencé à monter en 2015-2016, ont poursuivi leur ascension et ceux qui avaient investi dans des placements à taux fixe ont dû remuer ciel et terre pour maintenir la valeur de leur portefeuille. De surcroît, de peur que la tendance se maintienne, les investisseurs ont continué d’acheter des titres orientés vers le rendement, tels que des obligations spéculatives.

Tout s’est déroulé sans anicroche jusqu’au quatrième trimestre de 2018. À cet instant, les préoccupations touchant l’économie globale ont précipité la liquidation des actions et des titres à revenu fixe à rendement élevé. Résultat? Les retours furent en grande partie décevants.

Puisque les placements à revenu fixe sont traditionnellement considérés comme étant sécuritaires, cette piètre performance en a pris plusieurs par surprise. Une combinaison de dynamiques du marché inhabituelles et d’incertitude politique sont en partie à blâmer, mais il y a d’autres éléments dont il faut tenir compte dans cette histoire. Chose certaine, une meilleure connaissance des titres à revenu fixe, de leur fonctionnement et des rôles qu’ils jouent dans un portefeuille est essentielle pour éviter ces types d’erreurs.

Comprendre le rôle des titres à revenu fixe
Selon Eric Dzuba, CFA, AVP, Construction de portefeuille chez Mackenzie, l’incapacité à comprendre les différences entre les catégories de titres à revenu fixe pourrait être l’un des facteurs déterminants des évènements de 2018.

Un placement à revenu fixe peut jouer trois rôles dans un portefeuille : il génère un revenu, aide à préserver le capital et réduit la volatilité du portefeuille. M. Dzuba a toutefois remarqué que ces trois éléments sont rarement au même niveau. La clé pour un investisseur est donc d’identifier lequel de ces trois objectifs il souhaite prioriser. Autrement dit, le revenu fixe n’est pas une solution « taille unique ».

Les titres à haut rendement sont tout indiqués pour répondre aux exigences des investisseurs soucieux de générer des revenus. Tandis qu’ils comportent un risque de crédit plus élevé, ils offrent un potentiel de revenu nettement supérieur aux obligations gouvernementales. Le Fonds d’opportunités en titres de créance mondiaux Mackenzie, par exemple, met l’accent sur la flexibilité en sélectionnant des obligations à haut rendement, et ce, en recherchant la meilleure valeur relative dans une variété d’environnements de marchés.

D’un autre côté, les titres comme les obligations gouvernementales sont potentiellement une méthode appropriée pour réduire la volatilité d’un portefeuille, et ce, bien que le revenu soit moindre et que le risque lié au taux d’intérêt soit plus élevé. Le Fonds canadien d’obligations Mackenzie détient des obligations gouvernementales de haute qualité avec une échéance prolongée, ce qui pourrait servir à minimiser la volatilité d’un portefeuille et contribuer à stabiliser les rendements lors des périodes où le marché des actions est incertain.

Ceci dit, une échéance prolongée va de pair avec un plus haut risque lié au taux d’intérêt. Les investisseurs préoccupés par la protection de leur capital pourraient vouloir favoriser des solutions telles que le Fonds de revenu à court terme canadien Mackenzie, car ce dernier atténue les risques liés au taux d’intérêt en se concentrant sur les obligations à court terme.

Les investissements à revenu fixe devraient être pensés comme étant un portefeuille dans un portefeuille, lequel requiert la même construction soignée que votre plan d’investissement global. Non seulement les différentes catégories d’actifs permettent d’atteindre des objectifs divers, mais elles sont adaptées à des dynamiques de marché diverses.

L’idée qu’une personne puisse « investir dans le revenu fixe » est une conception erronée potentiellement coûteuse que les conseillers financiers peuvent aider à dissiper. « Les investisseurs sont souvent très bien servis par un conseiller financier qui peut s’asseoir avec eux pour les aider à identifier leurs objectifs financiers et à évaluer leur tolérance au risque », soutient M. Dzuba.

L’équipe des placements à revenu fixe de Placements Mackenzie combine des opportunités globales, des recherches exhaustives et une gestion active pour fournir des solutions qui répondent aux besoins des investisseurs d’aujourd’hui.

Demandez à votre conseiller financier comment Mackenzie peut vous aider à atteindre vos objectifs en matière de placements à revenu fixe. 

________________________________________

Les placements dans les fonds communs peuvent donner lieu à des commissions, des commissions de suivi, des frais de courtage, des frais de gestion et d’autres frais. Veuillez lire le prospectus avant d’investir. Les fonds communs ne sont pas garantis, leur valeur varie fréquemment et leur rendement antérieur peut ne pas se reproduire. Le contenu de ce document (y compris les faits, les perspectives, les opinions, les recommandations, les descriptions de produits ou titres ou les références à des produits ou titres) ne doit pas être pris ni être interprété comme un conseil en matière de placement ni comme une offre de vente ou une sollicitation d’offre d’achat, ou une promotion, recommandation ou commandite de toute entité ou de tout titre cité. Bien que nous nous efforcions d’assurer son exactitude e

À la une

Climat : attention aux certitudes et aux peurs irrationnelles

24/08/2019 | François Normand

ANALYSE - Les certitudes des climatosceptiques et la panique de la «collapsologie» minent la lutte pour le climat.

10 choses à savoir cette fin de semaine

24/08/2019 | Alain McKenna

Voici 10 nouvelles parues cette semaine à (re)découvrir.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

24/08/2019 | lesaffaires.com

Que faire avec les titres de Stella-Jones, BRP et Bombardier? (Re)voici quelques recommandations d'analystes.