Les étudiants québécois pensent qu'ils auront moins de dettes

Publié le 13/08/2013 à 07:39, mis à jour le 13/08/2013 à 07:40

Les étudiants québécois pensent qu'ils auront moins de dettes

Publié le 13/08/2013 à 07:39, mis à jour le 13/08/2013 à 07:40

Par lesaffaires.com

Photo:Bloomberg

Les étudiants québécois pensent qu’ils auront moins de dettes que leurs confrères canadiens, selon un sondage effectué pour le compte de la Banque de Montréal (BMO).

En moyenne, les étudiants québécois estiment qu’ils contracteront une dette de 13 800 $ à la fin de leurs études. C’est la somme la moins élevée parmi toutes les régions du Canada. En moyenne, les Canadiens croient qu’ils augmenteront leur passif de 26 297$.

À travers le pays, les femmes ont tendance à s’imaginer plus endettées que les hommes. Elles prévoient s’endetter de 30 210$, contre 22 465$ pour les hommes.

Les Québécois sont aussi les plus sereins lorsqu’on les questionne les finances et leur avenir professionnel. Parmi les répondants, 15% trouvent que le paiement de leurs études est un élément stressant, contre 28% dans le reste du pays.

Ils ont meilleur espoir de trouver un emploi une fois le diplôme obtenu. Seulement 12% des répondants sont stressés à l’idée de chercher un emploi, contre 24% au Canada.

À suivre dans cette section


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

À la une

Bourse: Wall Street termine sans direction, digérant les données sur l'emploi

Mis à jour il y a 25 minutes | LesAffaires.com et AFP

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street termine la séance sans direction, digérant le rapport mensuel américain sur l'emploi.

Titres en action: Magna International, Sun Life, Héroux-Devtek, Goldman Sachs...

Mis à jour le 07/08/2020 | AFP

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.

COVID-19: Second Cup ferme davantage de cafés

Second Cup tente de s’ajuster au coup porté par la pandémie de COVID−19.