L'entreprise «parfaite», selon le partenaire de Buffett


Édition du 12 Avril 2023

L'entreprise «parfaite», selon le partenaire de Buffett


Édition du 12 Avril 2023

(Photo: 123RF)

EXPERT INVITÉ. L’entreprise «parfaite» existe-telle? Pour Charlie Munger, un des plus grands sages vivants du monde des affaires et de l’investissement, Costco Wholesale (COST, 491,80$US) se hisse au podium de la perfection.

«C’est une entreprise parfaite», a lancé le partenaire de Warren Buffett âgé de 99 ans, lors de la récente assemblée annuelle de sa société, Daily Journal (DJCO, 277,78 $US).

«Elle a un avenir merveilleux, elle a une culture merveilleuse et elle est dirigée par des gens merveilleux», mentionne sans détour Charlie Munger, ajoutant que jamais il ne vendra une action de l’exploitant de 850 magasins-entrepôts.

Il faut dire que le légendaire investisseur n’est pas tout à fait objectif, lui qui agit comme administrateur du détaillant depuis plus de 25 ans. Le milliardaire détiendrait directement 167 000 actions de la chaîne, une participation dont la valeur s’élève à 93 millions de dollars américains (M$US).

 

Une performance financière hors du commun

À l’instar de Charlie Munger, nous sommes de grands admirateurs de la chaîne américaine. Nous la suivons depuis de nombreuses années et vouons une grande estime à son modèle d’affaires exemplaire, caractérisé par un faible coût du capital et des avantages concurrentiels considérables.

Il serait trop long de décrire tous les atouts qui font de Costco une entreprise d’exception. Cependant, parmi ses principaux avantages, soulignons qu’elle engrange plus de la moitié de son bénéfice d’exploitation un an à l’avance sur la plupart de ses concurrents, grâce à l’abonnement annuel que les clients acceptent de débourser pour entrer dans ses magasins. La formule d’abonnement érige des barrières à la sortie pour sa clientèle. En effet, une fois abonné, le client a tout intérêt à y magasiner souvent pour amortir son coût d’adhésion.

La croissance annuelle du nombre d’abonnés, qui oscille entre 5 % et 7 %, s’est révélée assez stable dans le temps. Le taux de renouvellement des abonnements surpasse depuis longtemps le seuil des 90% en Amérique du Nord — il était de 93 % en 2022!

À un moment où l’inflation élevée étouffe les consommateurs, Costco continue d’offrir une solide proposition de valeur:elle tire avantage de son immense pouvoir d’achat pour remettre le maximum d’économies à ses clients. Son modèle est axé sur la rotation des stocks et sur la croissance du volume de ventes, plutôt que sur l’accroissement des marges bénéficiaires.

En effet, les marges bénéficiaires brutes sont plafonnées à 15 %, contrairement à 25 %, voire 50 % chez certains détaillants spécialisés. Tout excédent réalisable au chapitre de la marge bénéficiaire est repassé aux clients sous forme de prix plus bas.

Ce modèle d’affaires, jumelé à une exécution brillante, se traduit par une performance financière à long terme hors du commun.

Depuis 1997, année où Charlie Munger est devenu membre du conseil d’administration de Costco, l’entreprise a fait croître son chiffre d’affaires à un rythme annuel composé avoisinant les 10 %. Le bénéfice par action est passé de 0,73 $US par action à 13,14 $US l’action à la fin de l’exercice 2022, soit une croissance annuelle composée de 12,3 %. L’action a connu un parcours tout aussi brillant, ayant progressé de 15% par an au cours de cette période. Un investissement de 10 000 $US dans le titre en août 1997 vaudrait aujourd’hui 346 000 $US, exclusion faite des dividendes versés.

 

Même Amazon n’en est pas venue à bout

Cette performance financière et boursière est d’autant plus exceptionnelle qu’elle a été réalisée malgré les assauts incessants de rivales redoutables, dont Amazon (AMZN, 101,87 $US) et Walmart (WMT, 145,43 $US).

Lorsque Amazon a annoncé l’acquisition de la chaîne de supermarchés bio Whole Foods Market, en juin 2017, le titre de Costco a chuté, les investisseurs craignant que l’incursion du géant du commerce en ligne dans le secteur de l’alimentation ne vienne ébranler son château fort concurrentiel. Nous avions alors saisi une rare occasion d’acheter l’action à un prix raisonnable.

Près de six ans plus tard, force est de constater que les craintes initiales du marché n’étaient pas fondées. Entre 2017 et 2022, le chiffre d’affaires de Costco a progressé de 12% par an, et son bénéfice par action, de 16 %. Le nombre de membres totaux est passé de 90 300 à 118 900, soit une croissance annuelle de 5,7 %.

L’exercice 2022 de Costco a été marqué par une forte croissance de 14 % des ventes de magasins comparables. Cet indicateur clé du commerce de détail mesure la progression des ventes des établissements ouverts depuis un an. L’inflation a contribué à gonfler la croissance. Même si le rythme a depuis ralenti, la cote d’amour des clients de Costco semble loin de s’effriter.

 

Le grand défaut de Costco

Or, comme le souligne si bien Charlie Munger, une entreprise aussi exceptionnelle vient avec une grosse imperfection: son titre est tout sauf une aubaine en Bourse.

C’est d’ailleurs pour des raisons d’évaluation que nous avons cédé notre participation dans Costco il y a quelques années. Non sans regret, car nous demeurons convaincus que l’entreprise recèle un beau potentiel de croissance à long terme. La chaîne étend notamment sa présence à l’international, avec l’ouverture prochaine de magasins en Suède et en Nouvelle-Zélande.

Le titre se négocie présentement à 34 fois le bénéfice par action réalisé au cours des 12 derniers mois, abstraction faite de l’encaisse au bilan. Même si Costco mérite de se négocier à prime, son évaluation reflète largement le caractère exceptionnel de cette entreprise.

 

Divulgation: Les clients et employés de Medici détiennent une participation dans Amazon.

Sur le même sujet

Bourse: les gagnants et les perdants du 16 avril

Mis à jour à 18:30 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

Budget fédéral 2024: Ottawa veut encourager les régimes de retraite à investir au Canada

BUDGET FÉDÉRAL 2024. Ottawa veut inciter les régimes de retraite à investir au pays, mais sans y consacrer d’argent.

OPINION Bourse: les gagnants et les perdants du 15 avril
Mis à jour le 15/04/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne
Bourse: les gagnants et les perdants du 12 avril
Mis à jour le 12/04/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne
À surveiller: Bombardier, Cascades et Apple
12/04/2024 | Charles Poulin

À la une

Budget fédéral 2024: Ottawa pige 19,4G$ dans les poches des ultrariches et des entreprises

BUDGET FÉDÉRAL 2024. La mesure devrait servir à éponger le déficit de 39,8 G$ prévu pour 2024-2025.

Budget fédéral 2024: Ottawa veut encourager les régimes de retraite à investir au Canada

BUDGET FÉDÉRAL 2024. Ottawa veut inciter les régimes de retraite à investir au pays, mais sans y consacrer d’argent.

Ce budget écrit à l'encre rouge foncé ne fera pas que des heureux

EXPERTE INVITÉE. Les contribuables les mieux nantis passent à la caisse.