L’analyse macroéconomique et la position du Canada


Édition du 11 Mai 2022

L’analyse macroéconomique et la position du Canada


Édition du 11 Mai 2022

Par Martin Lalonde

Le Canada et les États-Unis sont les plus grands producteurs de céréales en Amérique du Nord; un avantage indéniable dans le contexte de la guerre en Ukraine. (Photo:123RF)

GESTION ALTERNATIVE. Les événements des dernières semaines ont complètement changé l’état de l’économie mondiale. Que ce soient les marchés des actions, des devises, des obligations ou des matières premières, tous les pans de l’échiquier financier planétaire ont été bouleversés par l’agression russe en Ukraine.

Il existe un type de fonds alternatifs qui est particulièrement intéressant dans ce type d’environnement:les stratégies Global Macro. Ces fonds cherchent à bénéficier d’occasions macroéconomiques, sans limitation de véhicules d’investissements ni de limitation géographique.

On a remarqué, depuis l’attaque initiale, que ces gestionnaires sont maintenant particulièrement actifs au Canada. Il est de mon avis que la demande pour les ressources de notre pays a grandement augmenté depuis le début des malheureux événements en Ukraine. Voyons ensemble pourquoi.

 

Un pays producteur et exportateur d’énergie

L’élément principal de la crise, pour plusieurs, est le lien étroit entre l’Europe et la Russie sur le plan énergétique, notamment en ce qui a trait à l’approvisionnement en gaz naturel. L’Allemagne et l’Italie sont, notamment, particulièrement dépendantes des exportations russes. Si l’Europe désire diminuer son importation d’énergies fossiles russes, la seule solution viable à moyen terme est le remplacement par des importations nord-américaines. Alors que les derniers développements canadiens en transport énergétique visaient surtout le Pacifique, il est impératif, à mon avis, de rapidement mettre en place un pipeline de gaz naturel de l’Ouest canadien se dirigeant vers une usine de transformation de gaz naturel liquéfié dans l’est du pays.

Évidemment, le prix des énergies fossiles a fortement grimpé et l’ensemble du secteur canadien de l’énergie en a fortement profité. L’une des plus intéressantes compagnies est à notre avis Crescent Point Energy (CPG, 8,55 $). L’entreprise se spécialise dans la production de pétrole léger et de gaz naturel. Avec une capitalisation boursière de près de 5 milliards de dollars, un ratio cours/ bénéfice de moins de 3 et un intéressant programme d’exploration, elle est certainement à surveiller.

 

Un pays producteur et exportateur de grains

Alors que la Russie, l’Ukraine et la Biélorussie sont considérées comme le grenier de l’Europe, il ne fait aucun doute que les plaines centrales des États-Unis et du Canada sont le grenier de l’Amérique du Nord. Les prix de toutes les céréales sont maintenant à leurs sommets historiques et le blé est possiblement celle qui a le plus explosé parmi les plus importantes. Je prévois que l’indépendance alimentaire deviendra un enjeu majeur pour la majorité des nations au cours des prochaines années.

Dans cette veine, je suis particulièrement optimiste à l’égard d’une entreprise de l’Indiana appelée Corteva (CTVA, 56,63 $US). Cette entreprise agit principalement dans deux secteurs:le développement de semences et la protection des cultures. La demande pour ses produits devrait augmenter fortement pour les raisons énoncées précédemment.

 

Un pays producteur et exportateur d’engrais

Le secteur de l’engrais est particulièrement intéressant. La potasse et le phosphate sont des produits miniers qui sont indispensables comme engrais dans les champs modernes. Les deux plus grands producteurs au monde sont le Canada et la Russie. Plusieurs pays voient actuellement l’approvisionnement en engrais comme le plus grand défi lié à la crise actuelle. On a vu notamment les représentants brésiliens faire le tour de la planète pour s’assurer de pouvoir couvrir leurs besoins critiques.

Le plus grand producteur d’engrais au monde est Nutrien (NTR, 126,81 $), entreprise canadienne qui est née de la fusion entre Potash Corporation et Agrium en 2018. Si les sanctions contre la Russie ciblent aussi le secteur des engrais, il est clairement établi que les producteurs des autres pays ne pourront satisfaire à la EXPERT INVITÉ demande mondiale et les prix devraient demeurer élevés pour une période prolongée.

En raison notamment de ces secteurs et du fait que nos banques sont historiquement conservatrices et solides financièrement, les Bourses canadiennes devraient continuer à voir des influx importants de capitaux. Il est de mon avis que le marché canadien devrait surperformer le marché américain des actions cette année.

Investissements Rivemont détient certaines des actions mentionnées dans le texte.


EXPERT INVITÉ
Martin Lalonde
MBA, CFA, est président-fondateur des Investissements Rivemont, une firme spécialisée en gestion privée traditionnelle et alternative.

 

 


Sur le même sujet

Europe: les «champions locaux» ont de meilleurs résultats

13/05/2022 | Morningstar

Comment ce fonds médaillé de MacKenzie navigue l’inflation et l’invasion russe, en insistant sur la culture d’entreprise

Transition énergétique: le pétrole n'a pas dit son dernier mot

21/02/2022 | Morningstar

Il y aurait de bonnes occasions dans le Fonds de ressources de sociétés canadiennes à petite et moyenne capitalisation.

À la une

Identité numérique: passage obligé par la plateforme «prime aux bogues»

Il y a 27 minutes | Nicolas St-Germain

En entrevue avec Les Affaires, Éric Caire a abordé certaines craintes liées à l'identité numérique dont la surveillance.

Soulignez-vous équitablement les bons coups de vos employés?

Il y a 27 minutes | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. La moindre apparence de traitement inéquitable suffit pour créer un sentiment d’exclusion chez certains.

Le PLC rejette une proposition du NPD pour amoindrir l'inflation

Il y a 2 minutes | La Presse Canadienne

Le NPD souhaitait que le gouvernement double le remboursement de la TPS et augmente l’Allocation canadienne par enfant.