Investir dans l’adaptation au changement climatique


Édition du 20 Mars 2024

Investir dans l’adaptation au changement climatique


Édition du 20 Mars 2024

(Photo: 123RF)

INVESTISSEMENT RESPONSABLE. Vous allez bientôt entendre parler d’adaptation climatique. Il s’agit de l’industrie qui se consacre à rendre nos infrastructures résilientes en ce qui a trait au réchauffement de la planète.

Malgré tous les efforts déployés par les entreprises pour freiner le réchauffement de la planète — le climat continuera de se réchauffer pendant encore un siècle au moins. La température mondiale devrait augmenter de 2,5 à 4,5 degrés Celsius d’ici 2100.

L’année 2023 a été la plus chaude jamais enregistrée, et les hausses constantes de température présenteront des risques accrus d’incendies de forêt, de sécheresse, d’inondations et de ce que les scientifiques appellent la «submersion marine». Cela ne signifie pas que nous devons cesser d’essayer de réduire les émissions de gaz à effet de serre, mais que nous devons adapter nos vies au réchauffement climatique, ce qui crée des occasions pour les investisseurs.

 

Trois grands aspects de l’adaptation au climat que les investisseurs devraient prendre en compte

Certes, Home Depot (HD, 370,24 $US) et Lowe’s (LOW, 239,23 $US) sont souvent citées comme des entreprises qui profitent de l’adaptation au climat, car les personnes qui doivent effectuer des travaux sur leur maison après un événement tel qu’un ouragan s’approvisionnent souvent chez les détaillants de matériaux de construction.

Il existe toutefois d’autres manières encore plus intéressantes d’investir dans l’adaptation aux changements climatiques.

 

1. Le chauffage, la ventilation et la climatisation (CVC).

Davantage de systèmes de climatisation seront nécessaires pour maintenir le confort des bâtiments dans des zones qui n’en avaient pas besoin auparavant. Les étés plus longs amèneront les gens à remplacer leurs climatiseurs plus souvent. Ces besoins seront aussi stimulés par l’infonuagique et l’intelligence artificielle, qui nécessitent, pour fonctionner, de grands parcs de serveurs qui ont d’importants besoins de refroidissement.

 

2. L’eau.

Les incidents liés à la sécheresse et à la pénurie d’eau risquent de se multiplier. Par exemple, la Nouvelle-Orléans a récemment déclaré l’état d’urgence en raison des menaces qui pesaient sur l’eau potable de la ville, après que de l’eau salée se soit déversée dans le fleuve Mississippi, frappé par la sécheresse. Des capitaux supplémentaires seront consacrés au traitement de l’eau, à la filtration, aux pompes, aux compteurs et aux canalisations.

 

3. Ingénierie.

Les villes, les administrations et les industries doivent rendre leurs infrastructures plus résistantes au réchauffement climatique. Alors que tous les ports du monde sont confrontés à la montée des eaux, les gouvernements devront renforcer leurs systèmes d’alerte aux catastrophes et de défense contre les inondations. «Tout ce qui concerne les infrastructures est une occasion d’intégrer l’adaptation et la résilience au climat», déclare Julie Gorte, vice-présidente principale responsable de l’investissement durable à Impax Asset Management.

 

Quelle est la taille du marché de l’adaptation climatique ?

Le Forum économique mondial évalue à 2000 milliards de dollars américains le marché de l’adaptation climatique d’ici 2026. Certes, l’augmentation des températures pourrait réduire la croissance économique, mais les dépenses consacrées aux mesures d’adaptation au climat peuvent compenser ce phénomène.

Selon Chris Goolgasian, directeur de la recherche sur le climat à Wellington Management, cette estimation est trop faible. «Il s’agira de multiples de 10 000, 20 000 ou 30 000 milliards de dollars. Prenons l’exemple de la loi américaine sur la réduction de l’inflation (IRA –Inflation Reduction Act) de 750 milliards de dollars, votée en 2022 et qui promeut les énergies renouvelables. Les dépenses étaient initialement proposées à plus de 1000 milliards de dollars. «Une grande partie de la réduction concernait les dépenses d’adaptation.»

En revanche, le directeur s’attend à ce que de nouvelles initiatives législatives soient mises en place par les différentes autorités, notamment pour protéger les infrastructures alimentaires, empêcher l’érosion des côtes et renforcer les bâtiments et les infrastructures. En 2022, par exemple, la Floride a adopté une exonération de la taxe de vente sur le renforcement des habitations afin d’aider ses citoyens à renforcer leurs maisons, par exemple avec du verre résistant aux ouragans. La Ville de Toronto offre aussi des subventions aux propriétaires pour qu’ils protègent leurs maisons contre les inondations des sous-sols en installant, par exemple, des clapets antirefoulement et des pompes d’assèchement.

 

Autres thèmes liés à l’adaptation au climat

Quels sont les autres domaines à surveiller ? Nous avons vérifié auprès des investisseurs.

- Matériaux de construction. Tony Tursich, gestionnaire de portefeuille chez Calamos Investments, spécialisé dans les actions durables, favorise ce domaine. Il privilégie le Groupe Kingspan (KGSPY, 91,02 $US), une société irlandaise de matériaux de construction qui a innové dans le domaine des panneaux isolants pour les bâtiments à haut rendement énergétique et des toitures à haute isolation qui intègrent des panneaux photovoltaïques. «Elle est exposée à une croissance à long terme», explique-t-il. Kingspan collecte et gère notamment les eaux de pluie et procède actuellement à la vérification des systèmes de collecte des eaux de pluie de la ville de Sydney, en Australie. Le gestionnaire de portefeuille aime également Saint-Gobain (SGO.PA, 69,69 euros), qui fabrique du verre résistant au feu et aux chocs.

- Experts en efficacité. Tony Tursich aime aussi Prologis (PLD, 134,66$US), une fiducie de placement immobilier spécialisée dans la location d’entrepôts à des clients tels qu’Amazon et qui fabrique des panneaux solaires. Elle aide ainsi à accroître l’efficacité de ses entreprises clientes et à réduire leur consommation d’énergie.

- Production d’électricité. La croissance de la demande d’électricité aux États-Unis stagne en raison des gains d’efficacité au chapitre des appareils électroménagers et de l’éclairage. Cela va changer à cause de l’augmentation des besoins en chauffage et en climatisation et de la montée en puissance des véhicules électriques. «Nous revenons à la tendance», déclare Matt Breidert, gestionnaire de portefeuille à Ecofin, qui aime Constellation Energy (CEG, 168,11 $US), qui exploite le plus grand parc de centrales nucléaires des États-Unis. Ironiquement, selon lui, une victoire des républicains à la Chambre des représentants et au Sénat américains lors des élections de 2024 pourrait même avantager l’entreprise, car ils pourraient freiner la croissance de l’énergie solaire et éolienne.

- Les obligations vertes. C’est-à-dire les obligations qui permettent d’effectuer des rondes de financement pour des projets liés au climat. «L’adaptation au climat devient une partie intégrante des initiatives de lutte aux changements climatiques», déclare David Zahn, responsable des titres à revenu fixe durables chez Franklin Templeton. En effet, de nombreux pays bordant l’océan Indien ou l’océan Pacifique ont «dépassé le stade de l’atténuation», affirme-t-il. Selon les Nations unies, les coûts d’adaptation dans les pays en développement pourraient atteindre 300 milliards de dollars par année d’ici 2030. À l’heure actuelle, seuls 21 % des fonds climatiques fournis par les pays riches pour aider les pays en développement sont consacrés à l’adaptation et à la résilience.

Un exemple américain détenu par le fonds négocié en Bourse Franklin Municipal Green Bond (FLMB, 24,11 $US) est une obligation à 5 % d’Alameda, en Californie, qui a permis d’obtenir un montant de 17,5 millions de dollars américains pour des remblais, une digue et d’autres améliorations visant à protéger le district contre une élévation du niveau de la mer de 2 m (7 pi). Une autre obligation à 4 % émise par la Metro Flood Diversion Authority du Dakota du Nord est utilisée pour financer la conception, la construction et l’entretien du Fargo-Moorhead Metropolitan Area Flood Risk Management Project, qui comprend un canal de dérivation des eaux pluviales de près de 50 kilomètres.

«Le réchauffement climatique se produit», affirme David Zahn. Selon lui, qu’elle le veuille ou pas, la population mondiale doit s’y adapter.

Sur le même sujet

La volonté, les moyens et l'audace des financiers canadiens

COURRIER DES LECTEURS. «Il s'agit d'un appel à utiliser notre volonté pour financer le changement et changer le monde.»

OPINION

À la une

Ce projet de loi affectera toutes les entreprises

24/05/2024 | François Normand

ANALYSE. Le projet de loi sur l’énergie que Pierre Fitzgibbon déposera d’ici le 7 juin sera structurant pour le Québec.

Électricité: un manufacturier sur trois en manque

23/05/2024 | François Normand

Près de 75% des entreprises des secteurs manufacturier et industriel retardent des projets ou des investissements.

Bourse: les résultats des 7 magnifiques au 1T

24/05/2024 | lesaffaires.com

D'Apple à Nvidia, qui a dépassé les attentes ou déçu les marchés.