Des pistes pour faire lever votre portefeuille

Offert par Les Affaires


Édition du 24 Octobre 2015

Des pistes pour faire lever votre portefeuille

Offert par Les Affaires


Édition du 24 Octobre 2015

Facile d'investir «vert»

Maintenant qu'on sait davantage ce qu'est l'investissement responsable, par où commencer et qui choisir pour y investir ?

La charte trimestrielle fournie par l'Association pour l'investissement responsable et affichée sur son site Web est un bon point de départ pour dénicher des instruments gérés activement. Placements NEI - détentrice de la marque Fonds Éthiques -, Fonds Meritas, Fonds IA Clarington Inhance, Fonds Acuity (AGF), Fonds Phillips, Hagar & North - une division de RBC Gestion d'actifs - et Fonds ISR Summa Investors (Groupe Investors) sont des familles de fonds de placement réputées qui investissent selon le concept.

Nous avons demandé à quelques gestionnaires de nous faire des recommandations de différents outils.

Dans la catégorie «actions canadiennes», Vincent Tremblay, conseiller autonome affilié à SFL Placements, aime le fonds NEI Éthique spécialisé d'actions A. Ce fonds investit dans de petites sociétés canadiennes et cherche à tirer parti de la sous-évaluation des titres. «Certains titres détenus depuis longtemps sont désormais considérés comme des titres de grande capitalisation. Grâce à un rendement annualisé net de frais de 11 % sur 20 ans, ce fonds surpasse la médiane de sa catégorie par une marge de 1,4 %», dit-il. Le ratio des frais de gestion (RFG) se situe à 2,81 %.

Pour une exposition au marché américain, M. Tremblay préfère le Fonds multistratégique américain Éthique NEI (RFG : 2,54 %), qu'il compare au Fonds Fidelity actions américaines - Ciblé (RFG : 2,36 %). Pour la période s'échelonnant d'août 1995 à août 2015, le premier a offert un rendement annuel moyen de 5 %, par rapport à 4 % pour le second. «On ne peut pas dire que les fonds basés sur l'IR donnent de moins bons rendements que leurs pairs traditionnels», dit-il.

Les Fonds d'actions internationales Meritas et d'actions mondiales Jantzi RBC obtiennent aussi sa faveur. «Le premier investit jusqu'à 2 % de son actif dans le développement communautaire, pendant que le second n'est que peu exposé au Canada, contrairement à la moyenne de sa catégorie.» La deuxième possibilité se voudrait donc un heureux amalgame de sociétés américaines et mondiales pour diversifier un portefeuille.

Pascale Imbeau, conseillère en placement et vice-présidente, Valeurs mobilières Banque Laurentienne, privilégie le Fonds de dividende mondial Éthique NEI (RFG, 2,63 %). «La répartition géographique de ce fonds, 56 % en Europe et 38 % aux États-Unis, est appropriée dans le contexte économique actuel», dit-elle.

Dans le même ordre d'idées, le Fonds d'obligations mondiales à rendement global NEI (RFG, 2,13 %) est son choix de titres obligataires pour assurer une exposition mondiale. «Le gestionnaire du fonds, Amundi Asset Management, conserve un minimum de 75 % du fonds dans des titres cotés minimalement BBB et ne peut détenir aucun titre sous la cote BB. On se retrouve donc ici des titres de qualité», dit Pascale Imbeau. À la recherche d'un second choix en revenu fixe ? «Les fonds Phillips, Hagar & North sont très forte en gestion obligataire canadienne.»

Les fonds mutuels coûtent cher ; que penser des FNB responsables ?

Un expert s'insurge cependant contre le coût associé à ces solutions de placement. «Compte tenu des frais facturés, la majorité des fonds communs de placement auront une performance moindre que leur indice de référence sur une longue période. L'importance de faibles frais de gestion est primordiale», commente Ian Gascon, président de Placements Idema. Pour Annie-Pier Laplante, le ratio des frais de gestion n'est pas nécessairement le critère le plus important à prendre en considération en matière d'investissement. «Je préfère tenir compte du rendement net de frais qu'obtient l'épargnant.»

Des propos qui nous amènent à évaluer certains fonds négociés en Bourse (FNB) liés à l'investissement responsable (IR). François Têtu, de Valeurs mobilières Desjardins, le dit d'emblée : les FNB sont de bons instruments d'investissement. Il apporte cependant une nuance concernant l'hyperspécialisation de certains d'entre eux. «Les émetteurs multiplient actuellement l'offre de FNB disponibles, s'attaquant à des produits de niche. À défaut d'une demande suffisamment forte des investisseurs, certaines de ces nouveautés seront dissolues, fusionnées... Mieux vaudrait, peut-être, choisir un FNB qui ratisse suffisamment large», suggère-t-il.

L'iShares Jantzi Social Index (Tor., XEN), dont le RFG est de 0,56 %, appartient à ce type. Il reproduit l'indice Jantzi composé de titres canadiens d'entreprises qui démontrent de bonnes pratiques de gouvernance environnementale et sociale. Plusieurs des titres proviennent des secteurs bancaire et de l'énergie. «Lors de l'élaboration d'un portefeuille ISR [d'investissement socialement responsable], il est particulièrement important de faire attention à sa diversification, notamment en ce qui concerne l'exposition sectorielle. Il ne faut pas que les filtres IR exposent un portefeuille à des risques trop importants, entre autres dans le secteur financier», explique Ian Gascon.

L'offre américaine de FNB est plus complète que l'offre canadienne. L'un de ces fonds, à coût comparable (RFG : 0,50 %), soit l'iShares MSCI KLD 400 (NY, DSI) retient l'attention de Vincent Tremblay et de François Têtu. Ce fonds est composé de sociétés qui ont un impact positif ESG. «Selon une étude de Morgan Stanley4, celui-ci serait un excellent indice comparatif par rapport au S&P 500. D'ailleurs, l'indice MSCI KLD 400 a surperformé le S&P 500 par 45 points de base au cours des 25 dernières années. Le MSCI KLD 400 est donc une bonne solution de rechange au S&P 500 pour l'investisseur qui souhaite adopter une démarche IR par l'intermédiaire d'un FNB», explique Vincent Tremblay.

La thématique de l'énergie propre est parfois exigée de certains des clients d'Ian Gascon. Il se tourne alors notamment vers l'iShares Global Clean Energy ETF (NY, ICLN) pour construire un portefeuille socialement responsable. Près de 27 % du FNB est exposé à la Chine : il propose un ratio des frais de gestion raisonnable à 0,47 % et une exposition aux sociétés productrices d'énergie renouvelable - solaire et éolienne. Pour un second choix, on peut envisager le FNB indiciel PowerShares Cleantech Portfolio (NY, PZD), qui permet de s'exposer à des entreprises engagées dans les créneaux des énergies renouvelables, de la lutte aux changements climatiques ou de la diminution du gaspillage ou de la pollution, en contrepartie d'un RFG de 0,67 %.

À la une

La partie n'est pas encore gagnée pour Saputo

10:53 | Jean Gagnon

BOUSSOLE BOURSIÈRE. Il est un peu tôt pour affirmer que la faiblesse du titre de Saputo est maintenant chose du passé.

Un bon test pour mesurer la qualité de vos entreprises

EXPERT INVITÉ. Une façon simple de mesurer la qualité d’une entreprise est de consulter l’évolution de son titre.

Bourse: la Bourse de Toronto en baisse de plus de 250 points à mi-séance

Mis à jour il y a 8 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York évolue dans le rouge.