Cryptomonnaies: un nouveau cas de sollicitation illégale

Publié le 27/07/2018 à 06:00

Cryptomonnaies: un nouveau cas de sollicitation illégale

Publié le 27/07/2018 à 06:00

Par Conseiller

Un ex-gérant de bar de Trois-Rivières a écopé de pénalités de 5 000 $ pour avoir sollicité illégalement des investisseurs sur Internet afin d’investir dans des cryptomonnaies.


La sanction a été imposée en mai à la suite d’une entente entre l’Autorité des marchés financiers (AMF) et l’intimé, a annoncé l’AMF cette semaine.


Jacques Simard a ainsi reconnu avoir appelé les internautes à lui confier des fonds pour les faire fructifier grâce à des investissements dans les cryptomonnaies par le biais de son site web www.mocaja.com, ainsi que la chaîne YouTube et la page Facebook du même nom.


«Ne mettez pas vos investissements entre de mauvaises mains», disait-il notamment sur son site web, alors qu’il s’adonnait lui-même à de la sollicitation illégale en toute connaissance de cause.


Il a notamment envoyé une vidéo à une enquêteuse de l’Autorité, opérant sous une identité fictive, dans laquelle il reconnaissait ne pas détenir le titre de courtier, mais disait vouloir régulariser sa situation bientôt, selon la preuve soumise par l’AMF.


Jacques Simard n’a pas reçu un sou du public investisseur dans cette affaire.


> Lire la suite sur Conseiller.ca


 


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

À la une

L'accès à la propriété: la quadrature du cercle

BUDGET FÉDÉRAL. Ottawa introduit un nouveau programme d’aide pour les premiers acheteurs et améliore le RAP.

Budget fédéral: des indices sur les thèmes de la campagne électorale

Sans surprise, le déficit atteint 14,9G$ pour l'année financière qui se termine et grimpera à 19,8G$ en 2019-2020.

Budget fédéral: l'aide au journalisme se concrétise

BUDGET FÉDÉRAL. La principale mesure demeure le crédit d’impôt de 25 % sur les coûts de la main-d’œuvre.