Comment pimenter vos rendements grâce à l'effet des devises

Publié le 07/11/2009 à 00:00

Comment pimenter vos rendements grâce à l'effet des devises

Publié le 07/11/2009 à 00:00

Par Marie-Claude Morin

Les fortes fluctuations sur le marché des devises attisent de plus en plus l'intérêt des investisseurs. Si on ne s'improvise pas cambiste du jour au lendemain, on peut néanmoins recourir à certaines stratégies pour accroître son exposition aux devises étrangères.

" Les devises sont devenues une classe d'actifs ces dernières années ", note Antoine Lajoie, directeur principal, change international et produits dérivés de la Banque Nationale.

Pour profiter de l'appréciation attendue de devises étrangères, les investisseurs individuels peuvent recourir à des stratégies directes (fonds négociés en Bourse reproduisant une devise) ou indirectes (fonds d'investissement, actions de multinationales, etc.). Ces stratégies conviennent mieux à l'investisseur individuel que la spéculation pure et simple, jugent les nombreux experts consultés.

Plutôt que de chercher LA meilleure devise, identifiez quelques devises qui profiteront du scénario de croissance mondiale le plus probable selon vous.

Par exemple, Martin Lefebvre, économiste principal au Mouvement Desjardins, privilégie les devises de pays riches en ressources naturelles (Canada, Australie, Nouvelle-Zélande, Norvège et Brésil). " Si la reprise mondiale dure, le marché retrouvera son goût du risque, ce qui nuira au dollar américain et profitera aux denrées ", explique-t-il.

De plus, ce seront probablement les premiers pays à augmenter leurs taux directeurs, ce qui accroîtra la valeur de leur devise.

De son côté, Gaétan Reid, vice-président, marchés mondiaux de State Street, favorise les pays émergents, moins susceptibles de maintenir leur devise au plancher pour stimuler leur économie. Le won coréen, le yuan chinois et le réal brésilien profiteront de la croissance à venir, quoique le réal se soit déjà beaucoup apprécié.

Allant à contre-courant, François Barrière, vice-président, marchés internationaux, de la Banque Laurentienne, suggère le dollar américain et la livre sterling. " Les États-Unis rebondiront plus facilement que l'Europe grâce à leur économie plus flexible. Quant à la Grande-Bretagne, elle suit le même cycle économique que les États-Unis. "

1 Les FNB sur indices boursiers

Certains fonds négociés en Bourse (FNB) reproduisent le rendement d'un secteur d'activité, de la Bourse d'un pays ou des Bourses d'une région. L'effet de change influera sur le rendement de ces FNB s'ils ne sont pas couverts, c'est-à-dire s'ils n'utilisent pas d'instruments financiers pour se protéger contre les fluctuations des devises.

" La plupart des FNB indiciels offerts au Canada sont complètement couverts, ce qui élimine toute exposition aux fluctuations des devises ", avertit Dan Hallett, président de Dan Hallett & Associates.

La plupart, mais pas tous. BMO Groupe financier, par exemple, lançait la semaine dernière un FNB actions internationales en dollars canadiens et un FNB actions de marchés émergents. Le premier est complètement couvert, mais le second, pas du tout, explique Rajiv Silgardo, chef des FNB chez BMO.

Aux États-Unis, les fournisseurs de FNB internationaux se protègent rarement contre l'effet de change, ce qui offre une exposition aux fluctuations de devises, dit M. Hallett.

Les investisseurs intéressés à cette stratégie devraient donc chercher un FNB non couvert et exposé à une devise prometteuse, tout en évaluant l'indice boursier de référence. Pour profiter de l'essor de la Chine, par exemple, Jean-René Ouellet, analyste principal au Groupe conseil portefeuilles chez Valeurs mobilières Desjardins, préfère le PowerShares Golden Dragon Halter USX China Portfolio (PGJ), plus diversifié, au iShares FTSE/Xinhua China 25 Index Fund (FXI), composé à 50 % de titres financiers.

2 Les FNB sur devises

Les FNB reproduisant une devise ou un panier de devises offrent une exposition directe aux effets de change.

" Ces FNB offrent une position semblable aux contrats à terme, mais sont plus simples à utiliser ", indique Antoine Lajoie, de la Banque Nationale.

Au Canada, deux FNB offrent une position qui amplifie (en les doublant) les fluctuations du dollar canadien : le Horizons BetaPro U.S. Dollar Bull Plus (HDU) et le Horizons BetaPro U.S. Dollar Bear Plus (HDD).

Aux États-Unis, Invesco PowerShares, Wisdom Tree Investments ainsi que Rydex Investments figurent parmi les principaux fournisseurs de FNB sur devises.

" Les investisseurs désireux de multiplier l'effet de change peuvent acheter des options sur un FNB ", suggère aussi M. Ouellet.

3 Les fonds obligataires

Moins risqués, les fonds obligataires internationaux non couverts ou gérant activement les devises peuvent profiter des effets de change. " En période de fortes fluctuations, les devises ont plus d'influence sur le rendement de ces fonds que les taux d'intérêt, lesquels sont assez stables ", note Dan Hallett.

Comme les fonds canadiens d'obligations internationales comptent beaucoup d'obligations américaines, l'effet de change huard-billet vert influence grandement leur rendement s'ils ne sont pas couverts.

4 Les fonds d'investissement gérant activement les devises

Les différentes familles de fonds communs peuvent gérer différemment leur exposition au marché des devises et modifier périodiquement leur stratégie à cet égard.

Plusieurs fonds d'actions internationales offerts au Canada ne se protègent pas contre les fluctuations du marché des change, selon M. Hallett, surtout lorsqu'ils sont exposés à diverses devises.

" Un nombre croissant de firmes tiennent compte du risque de change, nuance-t-il. Elles adaptent leur politique selon l'évolution du huard. "

Au sein d'une famille de fonds, certains gestionnaires plus aguerris peuvent toutefois miser sur une gestion active des devises.

Pour savoir si un fonds élimine les effets de change, consultez son rapport annuel. Le cas échéant, vous trouverez les instruments de couverture utilisés à la suite de la liste des titres contenus en portefeuille.

5 Les actions de multinationales

Les multinationales profitent ou souffrent de l'effet de change puisqu'elles sont présentes dans divers marchés. " Certains titres offrent une exposition peu risquée aux devises étrangères ", juge Bruce Kent, portefeuilliste chez RBC Dominion valeurs mobilières. Il suggère les européennes Nestlé, Diageo et GlaxoSmithKline, ainsi que les américaines Procter & Gamble, 3M et Johnson & Johnson.


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

À la une

Encore 6 trimestres avant le retour à la normale!

CHRONIQUE. C'est que les chiffres sur la reprise sont «trompeurs», selon une étude de Deloitte.

La stratégie de relance du Cirque du Soleil irrite ses créanciers

Il y a 28 minutes | La Presse Canadienne

Des créanciers ont l’intention de s’opposer à la convention d’achat intervenue entre l’entreprise et ses actionnaires.

Pourquoi les É-U veulent-ils taxer l'aluminium canadien?

Il y a 17 minutes | La Presse Canadienne

Les États−Unis menacent encore une fois de déclencher une nouvelle guerre tarifaire avec le Canada.