Comment évaluer sa tolérance au risque?


Édition de Avril 2020

Comment évaluer sa tolérance au risque?


Édition de Avril 2020

Par Didier Bert

(Photo: Les Affaires)

LA QUESTION À 100$. En matière de placements financiers, chaque investisseur devrait connaître sa capacité à assumer du risque. Cependant, chacun a tendance à surestimer sa tolérance quand les marchés financiers se portent bien… et à se montrer trop impatient quand ça va mal.

Au fil du temps, la longue durée du marché haussier de 2009‑2020 a fait oublier à certains investisseurs la notion de risque. En quelques jours, les nouvelles au sujet de la COVID-19 ont plongé les marchés dans la peur. Les réactions ont varié d’une personne à l’autre. Certains ont tout vendu, d’autres, au contraire, ont profité de la baisse pour faire des achats. Comme quoi, la tolérance au risque varie d’une personne à l’autre.

On peut tout de même trouver une définition universelle du risque à la Bourse. Le risque, c’est perdre de l’argent qu’on n’aura pas la possibilité de récupérer ; c’est pour cela qu’on devrait parler d’intolérance aux pertes, résume Denis Preston, planificateur financier et chargé de cours à HEC Montréal. « La tolérance au risque d’un investisseur est sa capacité à absorber une forte baisse sur son horizon de placement, précise-t-il. Quelle perte puis-je assumer quand ça baisse alors que ça va remonter ? » L’intolérance aux pertes peut se résumer à cette question : « Dormirez-vous aussi bien si la valeur de vos actifs baissait de 40 % ? »

Un retraité qui compte sur ses investissements pour alimenter son train de vie pourrait avoir une tolérance au risque bien inférieure à un jeune professionnel en début de carrière. Ce dernier aura le temps de voir la valeur de son portefeuille remonter avant d’avoir à puiser dans son épargne. Pour le retraité, une perte en capital peut devenir une catastrophe qui l’empêcherait de financer ses dépenses quotidiennes.

Pour chacun de ces deux investisseurs, c’est l’horizon de placement qui détermine leur capacité à composer avec le risque. Si le jeune investisseur projetait d’acheter un logement avec ses placements six mois plus tard, son horizon de placement serait court : il n’aurait pas intérêt à adopter une stratégie d’investissement trop risquée, car il n’aura plus le temps de récupérer la valeur de ses actifs. 

Les émotions, plus fortes que tout

À cette différence entre les situations personnelles s’ajoute l’aspect émotionnel. « Quand les marchés vont bien, on a tendance à surestimer notre tolérance au risque, explique Sandy Lachapelle, planificatrice financière indépendante, qui souligne qu’on a davantage de mal à discerner ce qui pourrait affecter nos placements. Mais quand les marchés dégringolent, on réduit grandement notre tolérance au risque. « Cela peut aller jusqu’à la sous-estimer. C’est le cas des investisseurs qui vendent leurs actions, paniqués qu’ils sont par une chute des marchés financiers. » Tout le monde voudrait acheter quand le prix est bas, mais très peu de gens le font, ajoute Denis Preston. Plus ça baisse, plus les gens sont tentés de vendre, parce qu’ils se laissent guider par leurs émotions. Et les émotions finissent souvent par prendre le dessus. »

Le piège émotionnel, cependant, n’est pas réservé aux périodes de fortes variations des marchés. Ce piège est tenu quand l’investisseur regarde trop les performances passées, en croyant qu’elles sont garantes des rendements futurs, prévient Pierre Caron, le président de Conseil Phialex, qui compte 42 années d’expérience en consultation de régimes de retraite et d’investissement. On devrait faire davantage attention au style des gestionnaires de fonds, affirme-t-il, ce qui suppose une connaissance approfondie du domaine. 

Accumuler de l’expérience

« On devrait apprendre à maîtriser nos émotions en commençant par investir de petits montants si on investit par soi-même », suggère Sandy Lachapelle. Il est important que l’investisseur individuel vive des expériences de hausses, mais aussi de fortes baisses des marchés, explique-t-elle. Cette expérience acquise lui permet de gérer davantage ses émotions et de mieux percevoir sa réelle tolérance au risque. Il peut alors vérifier dans les faits à quel point il est affecté par les variations de valeur de ses actifs. « On ne connaît pas sa tolérance au risque tant qu’on n’a pas connu une forte baisse », juge Denis Preston.

Avec cette expérience, l’investisseur individuel peut prendre du recul sur son propre comportement. Il apprend les bons réflexes. « On doit acheter quand la valeur est basse, et vendre quand elle est haute, pas l’inverse », rappelle Pierre Caron, alors qu’on voit les investisseurs vendre leurs actifs durant les paniques boursières, une fois que ceux-ci ont perdu une bonne part de leur valeur. Ils enregistrent des pertes, et ils préservent leurs liquidités restantes pour acheter quand le marché aura commencé à remonter. Non seulement ils auront fait des pertes, mais ils achèteront d’autres titres, plus chers.

Des outils en ligne peuvent aider l’investisseur individuel à déterminer sa tolérance au risque (voir encadré). Encore faut-il être suffisamment honnête avec soi-même lorsqu’on remplit ces questionnaires. De plus, ces outils ont leurs limites. Au moins 80 % de ceux qui les remplissent obtiennent le même résultat, à savoir une tolérance moyenne au risque, fait remarquer Sandy Lachapelle. « Ils me servent comme base de discussion avec les clients », relativise-t-elle.

S’en tenir à sa stratégie

L’investisseur doit donc aller plus loin que de seulement remplir ces questionnaires pour évaluer sa tolérance aux pertes. Il doit avoir défini une stratégie de placement adaptée à son cas personnel. Il faut aussi savoir respecter sa ligne de conduite quand les marchés vont bien, comme lorsqu’ils sont au plus mal. « C’est ce que font les caisses de retraite et les compagnies d’assurance vie », note Denis Preston.

Cela ne signifie pas qu’il faut forcément rester passif. Si la partie du portefeuille investie en actions a connu de forts rendements, la répartition entre actions et obligations est probablement déséquilibrée par rapport à la stratégie initiale. « On devrait donc réajuster le portefeuille pour le garder aligné avec sa tolérance au risque », recommande Pierre Caron, tout en soulignant l’importance d’avoir un portefeuille diversifié, quelle que soit la tolérance au risque de l’investisseur.

Respecter sa ligne de conduite, c’est aussi se satisfaire des objectifs atteints. « Si on a besoin de 4,25 % de rendement annuel et que ça fonctionne, pourquoi aller chercher davantage en haussant notre niveau de risque », interroge Sandy Lachapelle. 

Consulter au besoin

Il faut aussi savoir reconnaître quand on s’écarte de notre tolérance au risque. Si la baisse des marchés nous empêche de dormir, ou même si on regarde les cours de la Bourse chaque jour, c’est probablement que notre goût pour le risque n’est pas aussi élevé qu’on aimerait le croire. Dans cette situation, il peut être pertinent de consulter un conseiller financier qui nous aidera à tenir les émotions à l’écart et à être honnêtes avec nous-mêmes tout en tenant compte de notre situation personnelle. Encore faut-il s’assurer que le conseiller est lui-même capable de garder une distance, nuance Denis Preston. « De nombreux conseillers accentuent les propensions de leurs clients plutôt que de les amoindrir, constate-t-il. Ne vous fiez pas à quelqu’un qui veut battre le marché : il risque de faire preuve d’excès de confiance. »

Le conseiller financier a l’obligation d’établir le profil de l’investisseur et de déterminer sa tolérance au risque. Il devra aussi réaliser une analyse détaillée de ses besoins financiers. L’investisseur doit accepter de prendre du temps pour ce travail, qu’il soit seul ou accompagné par un conseiller. « On prend souvent plus de temps pour magasiner une automobile que pour préparer son plan financier à long terme », regrette Denis Preston. 

*** 

Des outils en ligne 

– L’Institut québécois de la planification financière (IQPF) propose un « questionnaire pour mesurer sa tolérance au risque », simple à remplir, à télécharger à l’adresse suivante : https://bit.ly/3dlRw11

Le questionnaire se situe à l’annexe F (page 53 du formulaire).

– L’Autorité des marchés financiers offre un outil en ligne pour déterminer le profil d’investisseur, dont  la tolérance au risque, avec des explications détaillées des résultats :  https://bit.ly/2UbCqE0

– Trouver un conseiller financier habilité à exercer : https://bit.ly/2xczyxr 

 

À la une

Gaz naturel: comment le Canada a échappé au chantage de Poutine

21/05/2022 | François Normand

ANALYSE. Sans l'exploitation des gaz de schiste, le Canada serait dépendant du gaz russe et à la merci de Moscou.

Bourse: hyper volatile, Wall Street conclut proche de l'équilibre mais perd sur la semaine

Mis à jour le 20/05/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto enregistre un gain hebdomadaire pour la première fois en 2 mois.

À surveiller: Lightspeed, Canopy Growth et Alimentation Couche-Tard

20/05/2022 | Catherine Charron

Que faire avec les titres de Lightspeed, Canopy Growth et Couche-Tard? Voici quelques recommandations d’analystes.