Comment adapter son portefeuille à la «coflation»

Publié le 01/11/2010 à 00:00, mis à jour le 01/11/2010 à 14:52

Comment adapter son portefeuille à la «coflation»

Publié le 01/11/2010 à 00:00, mis à jour le 01/11/2010 à 14:52

Par Marie-Claude Morin

Profitez de la dichotomie de l'inflation mondiale pour faire le plein d'actions d'entreprises étrangères.


Les pays développés flirtent avec la déflation (une baisse des prix), alors que les marchés émergents doivent contenir les pressions inflationnistes. Le phénomène, qui vient d'être baptisé " coflation " par Yonghao Pu, stratège chez UBS, durera encore un certain temps.


" Ce n'est pas une situation nouvelle, mais la différence [entre les pays développés et émergents] semble plus évidente maintenant que la reprise économique s'est installée et que la guerre des devises fait rage ", explique Sébastien Lavoie, économiste en chef adjoint à la Banque Laurentienne.


Une entente entre les principales puissances économiques sur la gestion des devises rééquilibrerait en partie les choses, mais il est impossible de prévoir quand un tel accord sera conclu ni quels en seraient les termes.


Il est normal que les pays à plus forte croissance affichent un taux d'inflation plus élevé, souligne Pierre Lapointe, stratège macro- mondial chez Brockhouse Cooper. La situation actuelle ne l'inquiète pas, car les autorités monétaires disposent d'une grande marge de manoeuvre. De plus, elles commencent à prendre des mesures pour contenir l'inflation, comme la Chine et le Brésil.


M. Lapointe est toutefois plus tiède à l'égard de l'Inde, parce que les autorités devront adopter des mesures d'austérité pour réduire le déficit.


Dans un contexte d'inflation liée à une forte croissance, les actions sortent gagnantes et les obligations, perdantes, souligne M. Lapointe. " Il y a également un gain de change potentiel intéressant pour les investisseurs canadiens, puisque les pays émergents augmenteront leurs taux d'intérêt pour contenir l'inflation, ce qui fera s'apprécier leur devise par rapport au dollar canadien. "


Ses secteurs favoris à l'échelle mondiale sont les ressources naturelles et les sociétés financières. " Leur valorisation et la croissance prévue des bénéfices en font des placements attrayants. "



À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Bourse: que penser du nouveau signal de récession?

BLOGUE. Le risque de récession augmente, mais le signal de l'inversion des taux divise encore les financiers.

À surveiller: les titres qui ont attiré votre attention

23/03/2019 | lesaffaires.com

(Re)voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement.

À la une

Nous sommes vulnérables à une nouvelle crise financière

23/03/2019 | François Normand

ANALYSE - «Sommes-nous plus en sécurité qu'en 2008? Oui, mais nous ne le sommes pas assez.» - Christine Lagarde du FMI.

Bourse: les gagnants et perdants de la semaine

22/03/2019 | Martin Jolicoeur

BILAN. Quels sont les titres qui ont le plus marqué l'actualité boursière de la dernière semaine?

Bourse: que penser du nouveau signal de récession?

BLOGUE. Le risque de récession augmente, mais le signal de l'inversion des taux divise encore les financiers.