Cinq titres à surveiller (22 août)

Publié le 21/08/2009 à 00:00

Cinq titres à surveiller (22 août)

Publié le 21/08/2009 à 00:00

5N Plus

Le raffineur de métaux pour l'industrie solaire 5N Plus est touché par les rumeurs entourant son principal client, First Solar. Le 17 août, l'analyste Satya Kumar, de Credit Suisse, a averti que la concurrence chinoise forcerait First Solar à baisser ses prix. Les marges bénéficiaires de 5N Plus ont déçu à son quatrième trimestre, confirmant aux yeux des analystes que First Solar exerce déjà de la pression pour avoir de meilleurs prix.

Banque Scotia

Historiquement, acheter le titre de la banque ayant affiché le pire rendement boursier de ses semblables au cours des 12 derniers mois s'est avéré rentable, car il a tendance à rebondir. Depuis 12 mois, le titre de la Banque Scotia a perdu 8 %, alors que ceux des autres banques ont gagné de 1 à 13 %. Une variante consiste à acheter la banque dont le rendement de dividende est le plus élevé; actuellement, c'est celui de BMO, à 5,6 %.

Labopharm

Par Pharmaceuticals a obtenu le feu vert pour lancer sa version de l'analgésique Tramadol, qui était contestée par Purdue Pharma, détenteur du brevet et partenaire de Labopharm. Cette dernière est en train de lancer son produit, connu sous le nom de Ryzolt. Douglas Loe, de Versant, a abaissé de 60 % ses prévisions de revenus pour le Ryzolt aux États-Unis en 2009 en raison de cette concurrence. Purdue peut faire appel du jugement.

Shoppers Drug Mart

Grâce à sa taille et à son mode de fonctionnement, le principal pharmacien au pays réussira à s'adapter à la réforme de la gestion des médicaments en Ontario, comme il l'a fait en 2006, croit Patricia Baker, analyste chez Scotia Capitaux. L'incertitude suscitée par la réforme a fait baisser le titre de Shoppers de 14 % depuis sept semaines. Son évaluation de 16 fois le bénéfice prévu en 2009 en fait une aubaine, selon Mme Baker.

Wal-Mart Stores

Les investisseurs pourraient revenir au géant du détail si les dépenses de consommation augmentent moins que prévu, croit Wayne Hood, de BMO Marchés des capitaux. Le titre de Wal-Mart a perdu 8 % depuis le début de l'année et est 10 % moins cher que ses semblables en fonction du bénéfice. M. Hood prévoit une hausse du bénéfice de 6 % en 2009 et de 9 % en 2010. Son cours cible d'un an passe de 55 à 58 $ US.


À DÉCOUVRIR

Seacliff, un constructeur de l'Ouest bien nanti


Avec son encaisse de 100 millions de dollars, soit 4,83 $ par action, Seacliff Construction Corp. (Tor., SDC) a les moyens de braver la récession et de bénéficier de la reprise économique en 2010 et 2011, croit Benoit Caron, analyste à la Financière Banque Nationale.

En Bourse depuis avril 2008, l'entrepreneur de Colombie- Britannique est géré par Bill Crarer, qui compte 30 ans d'expérience. Seacliff devrait bénéficier de l'effet conjugué des dépenses en infrastructures des gouvernements et du rebond de la construction dans le secteur privé.

Au deuxième trimestre clos le 30 juin, ses revenus ont crû de 22 % et son bénéfice d'exploitation, de 49 %, par rapport à la période correspondante de 2008. L'entreprise entend réaliser des acquisitions afin de devenir un constructeur pancanadien.

Potentiel
> Son carnet de commandes, qui lui assure seulement 12 mois de travail, est appelé à augmenter.
> Son titre est bon marché, puisqu'il s'échange à 4,4 fois le bénéfice prévu en 2009, abstraction faite de l'encaisse.

Risques
> Sa valeur boursière est modeste.
> Le secteur de la construction est très tributaire de l'économie.


ZOOM

Manitoba Telecom manque de fonds pour son dividende


Manitoba Telecom Services (Tor., MBT, 31,96 $) devra emprunter 40 millions de dollars pour verser son dividende en 2009, car ses flux de trésorerie excédentaires sont insuffisants, juge Dvai Ghose, analyste chez Genuity Capital.

Les investisseurs ne devraient pas se laisser séduire par son rendement de dividende élevé de 8 %, le principal attrait de son titre pour plusieurs d'entre eux, dit M. Ghose.

Le recul de 4,5 % des revenus et de 7 % du bénéfice d'exploitation de Manitoba Telecom, au deuxième trimestre, donne une nouvelle raison à l'analyste de recommander de vendre le titre. Le dividende apparaît d'autant plus fragile que l'entreprise ne paie pas d'impôts, grâce à ses pertes fiscales reportées.

" Je ne croit pas que la reprise économique redressera les revenus et la rentabilité de sa filiale de téléphonie d'affaires Allstream ", dit M. Ghose. Le bénéfice d'exploitation de cette filiale a fondu de 257 à 172 millions entre 2003 et 2008, en pleine période de croissance économique, rappelle-t-il.

Précisons que Manitoba Telecom dépense plus que de coutume cette année pour moderniser son réseau.


SUR L'ÉCRAN RADAR

Nouveaux sommets1
Ag Growth Int. (Tor., AFN, 32,30 $) : Le fabricant d'équipement pour l'industrie agricole a affiché un bénéfice record au deuxième trimestre.
Canadian Tire (Tor., CTC, 60,75 $) : Le détaillant a dévoilé des résultats satisfaisants au deuxième trimestre, en dépit du contexte difficile.
QLT (Tor., QLT, 4,44 $) : La société pharmaceutique a dévoilé de bons résultats à son deuxième trimestre et a rehaussé ses prévisions pour l'exercice.

Nouveaux bas1
CCL Industries (Tor., CCL.B, 19,20 $) : Le fabricant d'emballages est frappé par la récession : son bénéfice net a fondu de 63 % au deuxième trimestre.
Rosetta Stone (NY, RST, 20 $ US) : Ce développeur de logiciels de formation, dont nous avons parlé dans la rubrique " À découvrir " en mai, a abaissé ses prévisions de bénéfice pour 2009.

1 Sommets et bas des 52 dernières semaines, en date du 14-08-2009.



À la une

Les entreprises ont un rôle à jouer dans la Journée de la vérité et de la réconciliation

26/09/2023 | Me Ken Rock

EXPERT. C’est en le faisant dans la sincérité que votre entreprise a sa place dans cette journée.

Entrepreneuriat: les Autochtones ne luttent pas Ă  armes Ă©gales

ANALYSE. «J'ai l’impression de circuler sur une route où il n’y pas de sorties», dit un entrepreneur autochtone.

Autochtones Inc.: un marché émergent à l'intérieur du Québec

Édition du 25 Août 2018 | François Normand

Partout au Québec, de jeunes Amérindiens se lancent en affaires. Des capital-risqueurs autochtones les accompagnent ...