Bush fait un geste pour les chômeurs

Publié le 21/11/2008 à 00:00

Bush fait un geste pour les chômeurs

Publié le 21/11/2008 à 00:00

Par La Presse Canadienne
Le Sénat a approuvé jeudi soir le texte, déjà voté à la Chambre des représentants, qui prolongera jusqu'à 13 semaines le versement des indemnités aux chômeurs arrivés en fin de droit. Le coût de la mesure est estimé à 5,7 milliards de dollars (4,6 milliards d'euros).

Sans cette loi, environ 1,2 million de chômeurs américains seraient arrivés au terme de leurs droits d'ici à la fin de l'année. Des mesures similaires ont déjà été prises par le Congrès à sept reprises au cours des 50 dernières années, en période de crise économique: 1958, 1961, 1972, 1975, 1982, 1991 et 2002.

Le nombre de chômeurs atteint 10 millions aux Etats-Unis, soit 6,5% de la population active, le taux le plus élevé depuis 14 ans, selon les chiffres publiés jeudi par le ministère américain du Travail.

Les nouvelles demandes d'indemnisation chômage aux Etats-Unis ont atteint la semaine dernière leur plus haut niveau depuis 16 ans, avec 542.000 recensées, montrent les chiffres publiés jeudi par le département américain du Travail.

image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Gestion de la formation

Jeudi 05 décembre

À la une

Bombardier: «c'est la fin d'une époque et c’est extrêmement malheureux»

25/06/2019 | Martin Jolicoeur

Tandis que les marchés accueillent favorablement la vente à Mitsubishi, les employés cachent mal leur déception.

Bombardier vend son programme d'avions régionaux à Mitsubishi

Mis à jour le 25/06/2019 | Julien Arsenault, PC

Ce serait la dernière étape de la transformation de Bombardier dans le secteur aéronautique selon Alain Bellemare.

La Fed réfléchit à une éventuelle baisse des taux d'intérêt

25/06/2019 | AFP

Depuis mai dernier, « le tableau a changé », explique le président de la Banque centrale.