Banques canadiennes : des prévisions de bon augure

Publié le 21/11/2009 à 00:00

Banques canadiennes : des prévisions de bon augure

Publié le 21/11/2009 à 00:00

Par Marie-Claude Morin

Deux éléments retiendront l'attention des experts au cours du bal des résultats des banques canadiennes, qui est sur le point de débuter : le niveau des provisions pour mauvaises créances et les revenus générés par le marché des capitaux.

Depuis le début de leur exercice 2009, les banques ont dépassé les attentes, profitant de lucratives activités de négociation et de nombreuses émissions d'actions et d'obligations. Cette vigueur du marché des capitaux a compensé la hausse des provisions pour prêts douteux. Les banques parviendront-elles à maintenir la cadence ? " Les banques surprendront encore un peu, comme elles l'ont fait lors des trois trimestres précédents ", estime François Landry, premier vice-président et chef des placements au Fonds des professionnels.

Selon Raquel Castiel, vice-présidente et directrice de la recherche chez Investissements Standard Life, trois facteurs aident encore les banques.

D'abord, elles réalisent de meilleures marges nettes d'intérêt sur les prêts qu'elles accordent, puisqu'elles se financent à des taux plus bas et elles font face à moins de concurrence depuis le départ de plusieurs institutions étrangères. Par ailleurs, elles profitent de la hausse des marchés boursiers dans leur division de gestion des avoirs. Enfin, les émissions d'actions et d'obligations continuent d'être très populaires.

" Ces trois éléments vont plus que compenser la hausse des provisions sur prêts ", dit Mme Castiel.

De son côté, Luc Fournier, portefeuilliste à l'Industrielle Alliance, se dit rassuré par l'absence d'avertissement avant la publication des résultats. " On ne devrait donc pas avoir trop de mauvaises surprises ", prédit-il.

M. Landry apporte cependant un bémol : " Puisque c'est la fin de l'année, les banques ont possiblement limité le niveau de risque de leurs activités de négociation. Elles ont peut-être aussi fini leur ménage et pris toutes les provisions sur prêts qu'elles jugeaient nécessaires. "

Dans tous les cas, les titres des banques profiteront vraisemblablement du rallye boursier de fin d'année, dit M. Fournier. " Les fonds d'investissement voudront diminuer leur encaisse avant d'entreprendre la nouvelle année et les banques en bénéficieront inévitablement. "

À l'affût des tendances

Le marché surveillera surtout le ton des dirigeants des institutions bancaires. " Le marché tentera de déceler des tendances pour l'an prochain ", souligne Marc Dalpé, portefeuilliste au Groupe Dalpé-Milette chez Valeurs mobilières Desjardins.

Les titres des banques s'apprécieront si les provisions pour prêts douteux diminuent plus vite que prévu ou si les dirigeants entrevoient un marché des capitaux aussi vigoureux en 2010 qu'en 2009, croit Mme Castiel.

Toutefois, les banques devront dénicher des sources de revenus plus stables que la négociation ou les émissions en 2010, auxquels les investisseurs accordent une valeur moindre que les activités de prêts et de placements.

De nouvelles règles

Le G20 doit émettre prochainement de nouvelles règles portant sur la proportion de capitaux que les institutions financières doivent avoir en réserve.

Mme Castiel croit que les banques canadiennes attendront d'en connaître les détails avant de hausser leur dividende. " Si les règles ne changent pas radicalement, les banques canadiennes n'en souffriront pas, car elles obéissent déjà à des règles plus strictes qu'ailleurs ", explique-t-elle.


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre


image

Gestion agile

Mercredi 07 octobre

À la une

Le Québec brille à l'international dans les poudres métalliques

Édition du 17 Juin 2020 | Kévin Deniau

MATÉRIAUX AVANCÉS. En matière de fabrication additive, l'un des points forts du Québec les plus souvent évoqués est...

La COVID-19 a stimulé la demande de fabrication additive

Édition du 17 Juin 2020 | Kévin Deniau

MATÉRIAUX AVANCÉS. C'est l'une des belles histoires positives qui apportent un peu de contraste à cette sombre crise.

Le grand défi de l'adoption de la fabrication additive

Édition du 17 Juin 2020 | Kévin Deniau

MATÉRIAUX AVANCÉS. Avec 35 % des ventes mondiales, les États-Unis représentent le premier marché pour la fabrication...