Le taux directeur et vos dettes


Édition du 15 Juin 2022

Le taux directeur et vos dettes


Édition du 15 Juin 2022

Par Charles Poulin

(Photo: 123RF)

IL ÉTAIT UNE FOIS... VOS FINANCES. Les dernières hausses du taux directeur peuvent faire peur. Après tout, des augmentations d’un demi-point de pourcentage ne s’étaient pas vues depuis le début des années 1990. Mais même si la Banque du Canada risque fortement de faire grimper son taux de nouveau en 2022, les répercussions sur vos dettes personnelles devraient demeurer gérables.

Commençons tout d’abord par le taux directeur lui-même. Les experts interrogés par Les Affaires croient que la Banque du Canada le portera à 2,5 % (Banque Nationale) ou 3 % (Placements Mackenzie) d’ici la fin de l’année.

Quelles répercussions cela aura-t-il sur vos dettes ? La Banque Nationale a fait le calcul de la part du revenu qui devra servir à couvrir les intérêts supplémentaires générés par les prochaines hausses de taux.

Le chef économiste adjoint de la Banque Nationale, Matthieu Arseneau, explique qu’avec un taux directeur à 2,5 % à la fin de 2022, l’augmentation des intérêts payés sur les prêts à taux variables représenterait 0,4 % du revenu disponible d’une personne.

«C’est important, mais c’est gérable, estime-t-il. Évidemment, toutes les personnes ne seraient pas affectées de la même manière.»Les personnes qui ont un prêt hypothécaire à taux fixe et qui ne doivent pas le renouveler rapidement seront moins affectées. Celles qui ont une marge de crédit élevée et un taux hypothécaire variable le seront beaucoup plus.

 

Vent contraire en immobilier

Une des conséquences de la hausse des taux d’intérêt qui se fera sentir de plus en plus au cours des prochains mois sera le ralentissement du marché immobilier. Les ventes ont baissé de 13% en avril, rappelle Matthieu Arseneau, et le marché devra affronter «un vent – Jules Boudreau, économiste, Placements Mackenzie contraire»d’ici la fin de l’année.

Le vice-président senior aux relations courtiers, chez Multi-Prêts Hypothèques, John Fucale, remarque que le taux fixe 5 ans était à 3 % en janvier et à 4,14 % le jour de la dernière annonce de hausse de taux de la Banque du Canada. «Il pourrait être à 4,79 % dans quatre mois, prévoit-il. Les acheteurs doivent absolument s’informer des meilleurs taux sur le marché et s’en faire réserver un.»Les acheteurs devraient-ils renoncer aux taux variables dans la prochaine année ? John Fucale affirme qu’il n’y a pas de réponse unique à la question.

«Chaque client a une situation différente, soutient-il. Il faut faire l’analyse des besoins à court, moyen et long terme. Le taux variable demeure un produit fort pour nous, mais ce n’est pas pour tout le monde. Le taux fixe offre une sécurité budgétaire aux gens.» Inflation L’inflation guette également votre portefeuille. Malheureusement, elle continuera probablement de grimper un peu avant de redescendre en fin d’année.

«Habituellement, ça prend environ six mois pour voir des effets concrets d’une hausse du taux directeur sur l’économie, sauf pour l’immobilier, où c’est plus rapide, explique Jules Boudreau, économiste chez Placements Mackenzie. Cet automne, nous devrions commencer à voir les effets tangibles des premières hausses.»L’économiste prévoit que l’inflation, qui s’est chiffrée à 6,8 % en avril, diminuera autour de 4,15 % à la fin de l’année. La consommation restera solide pour quelques mois, car les Canadiens ont encore beaucoup d’économies qu’ils ont accumulées pendant la pandémie.

La meilleure façon de se protéger de l’inflation entretemps ? Pour ceux qui le peuvent, laisser sa voiture dans l’entrée. Le prix de l’essence compte pour environ le tiers de l’augmentation totale de l’inflation.

À la une

Et si François Legault s'inspirait de l'autre modèle allemand?

ANALYSE. L'Allemagne a non seulement un secteur manufacturier très dynamique, mais aussi un mode de scrutin exemplaire.

Le PQ fait peu de cas de la perte de l’appui éditorial du journal «Le Devoir»

Mis à jour à 12:08 | La Presse Canadienne

S’il a perdu le soutien du quotidien, Paul St-Pierre Plamondon espère convaincre les indécis.

Nadeau-Dubois invite à «une grande jase politique» pour convaincre les indécis

Mis à jour à 12:04 | La Presse Canadienne

«Là c'est important de parler à vos parents, grands-parents, de leur dire ce qui vous inquiète pour l'avenir.»