Vie de château

Publié le 01/05/2009 à 00:00

Vie de château

Publié le 01/05/2009 à 00:00

Oubliez les salles communes avec chaises berceuses et les petites chambres mal éclairées. Pensez plutôt golf virtuel, spa et cellier privé... Petite visite dans le monde merveilleux des résidences de luxe pour retraités.

Avec ses pavillons, ses terrasses entourées de rampes vitrées et ses portes patio, le grand bâtiment en L ressemble plus à un de ces hôtels cinq étoiles qu'on voit pousser près des plages de Cuba ou du Mexique. Les derniers froids de mars nous ramènent toutefois à la réalité : nous sommes à Laval.

Mais il n'y a pas de quoi se plaindre. À l'intérieur, on trouve de tout pour oublier les derniers soubresauts de l'hiver : simulateur de golf, hammam, piscine, bain tourbillon, spa, salle de dégustation de vin, gym... même un circuit de marche chauffé sur le toit. À l'entrée, un majordome vous accueille et vous salue, prêt à déposer vos vêtements chez le nettoyeur ou à amener votre voiture au lave-auto. Non, il ne s'agit pas du pied-à-terre de Céline. Nous sommes au Sélection, un de ces complexes luxueux pour retraités, un concept qui gagne en popularité.

C'est ici que Roland Forget, 68 ans, a élu domicile. L'ancien chef de division des arts graphiques à La Presse y a emménagé il y a deux ans. " Je vivais dans une maison unifamiliale, et j'avais l'impression d'être le concierge ! " dit-il en riant. Las d'entretenir sa propriété, il a été séduit par l'endroit, malgré sa " peur des résidences "... " Je ne me sentais pas prêt pour ça. J'avais la hantise des cafétérias qui offraient du "manger mou" pour personnes âgées, ajoute-t-il. Ici, le restaurant est hors pair et on côtoie des gens qui travaillent encore. L'ambiance n'est pas démoralisante, bien au contraire. "

Le créneau des résidences de luxe pour retraités a le vent dans les voiles. " Au cours des dernières années, ce secteur s'est beaucoup développé ", dit Bertrand Recher, analyste principal de marché à la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL). En 2000, on comptait dans la région de Montréal 65 résidences privées de 20 unités et plus considérées comme bas de gamme, 44 de moyenne gamme et 15 de haut de gamme. En 2007, les proportions se sont inversées : on dénombrait 30 résidences bas de gamme, 87 de moyenne gamme et 80 de haut de gamme. Le secteur haut de gamme englobe lui-même plusieurs catégories, puisqu'on y trouve des appartements à une chambre à coucher qui coûtent de 1 500 à 7 000 dollars par mois !

Adieu, Vieillesse !

Pas étonnant qu'on retrouve des gens actifs parmi les résidents de ces complexes. Au Sélection, plus du quart des résidents travaillent encore, affirme le directeur général de l'endroit, Luc Pomerleau. Lorsqu'on explore l'univers des résidences de luxe, il est frappant de constater à quel point on s'efforce de faire oublier qu'on s'adresse à une clientèle âgée. Certains promoteurs annoncent qu'ils ciblent les préretraités et les jeunes retraités, c'est-à-dire la fourchette des 55 à 68 ans environ. On parle alors de complexe hôtelier locatif et non pas de résidence, un terme dont les connotations évoquent le centre d'accueil... " Depuis les dernières années, le design des résidences a beaucoup évolué. Nous sommes loin de l'image traditionnelle des institutions, nous voulons que les gens aient l'impression de vivre à l'hôtel ou dans une copropriété ", dit Jean-François Gilbert, évaluateur agréé et directeur du Groupe Altus, un groupe-conseil en immobilier.

Prenez, par exemple, le Masterpiece de Symphonia, Résidence et Spa de l'Île-des-Soeurs, dont le nom évoque plus un centre de villégiature qu'un foyer pour personnes âgées. Le service est à l'avenant : salon de lecture meublé de fauteuils en cuir et foyer, vaste salle à manger où sont servis des plats concoctés par l'ancien chef du Club Saint-James, piscine aménagée d'une petite cascade d'eau qui se déverse sur une hauteur de deux étages... Et c'est sans parler des salles de traitements thérapeutiques, de l'entraîneur sportif personnel, du service de conciergerie 24 heures sur 24, de la salle de cinéma et de spectacle, du pub, du bar à jus, etc.

Ici, tout est compris dans le prix - sauf le salon de coiffure et les massages - même les repas, l'entretien ménager hebdomadaire, le service de buanderie, la câblodistribution, l'air climatisé, le chauffage et l'électricité. Les appartements, qui vont de la suite avec une ou deux chambres à coucher au penthouse, ont tous des configurations différentes selon leur situation dans l'immeuble. Ils sont livrés notamment avec un foyer électrique, un téléviseur à écran plat et un système d'appels d'urgence.

" C'est un concept qui n'existe pas encore au Québec, alors qu'aux États-Unis, on voit de plus en plus de communautés de préretraités ou de personnes récemment retraitées. En général, quand les gens à la retraite vendent leur maison, ils achètent un appartement en copropriété. Ce que nous leur proposons, c'est de sauter cette étape et de venir vivre au Masterpiece ", explique Stéphane Chartrand, le directeur général.

Au LUX Résidences Gouverneur, sur la rue Sherbrooke à Montréal, on vise aussi la clientèle des préretraités et des personnes récemment retraitées. " Mais cela n'exclut pas la clientèle plus âgée qui recherche un mode de vie actif ", indique André Casaubon, vice-président de l'exploitation. Ici encore, tout est luxueux : hauts plafonds, lustres en cristal, matériaux nobles, salle de spectacle d'une capacité de 300 personnes, vaste gamme d'activités, simulateur de golf, salle de billard, centre sportif, piscine, sauna, hammam, massothérapie, bistro-bar avec piano, cellier, salle de dégustation de vin, repas gastronomiques qui peuvent être aussi bien servis en salle que livrés à l'appartement, deux places de stationnement par appartement si nécessaire, etc.

Ici, la formule n'est pas le forfait tout compris : les divers services sont payants, même si plusieurs options sont gratuites, l'accès aux jeux par exemple. " Nous tirons notre inspiration de concepts comme celui des Classic Residence pour personnes retraitées, développé par la chaîne hôtelière Hyatt des États-Unis ", souligne André Casaubon.

Au LUX comme dans plusieurs autres résidences, on vise la clientèle des baby-boomers. " Ce sont des gens plus aisés, qui ont voyagé et qui sont habitués à certains standards. Ils sont actifs, ils aiment bien manger, et ils recherchent un style de vie identique pour leurs vieux jours ", note François Théorêt, directeur général de Visavie, un service gratuit d'aide au choix de résidence.

" Actuellement, les promoteurs pensent le design de leurs résidences en fonction des baby-boomers. Certains ont même ajouté une composante copropriété pour les attirer ", ajoute Jean-François Gilbert, du Groupe Altus.

C'est le cas, par exemple, du Villagia à l'île Paton, une résidence en construction dont les premières unités seront livrables dès juillet 2009. Le projet comprend deux tours : la première, de 11 étages, compte 116 appartements avec service compris en location, et la seconde, de neuf étages, 123 copropriétés avec service compris à vendre. Là encore, les normes sont très élevées pour attirer des clients aisés qui ne veulent pas avoir l'impression de vieil-lir. Des clients comme Robert Forget, heureux de côtoyer des gens actifs sur le marché du travail. Mieux, il peut aussi y rencontrer des étudiants. Le complexe Sélection où il vit compte en effet une salle de cours et sert d'antenne de l'Univer-sité de Sherbrooke à Laval. Nous sommes vraiment loin du centre d'accueil.

CRÉDIT D'IMPÔT

On peut avoir droit à un crédit d'impôt remboursable pour maintien à domicile d'une personne âgée. Celui-ci équivaut à 30 % des dépenses liées à certains services de soutien à domicile. La limite des dépenses admissibles est de 15 600 dollars par an pour une personne autonome, et de 21 600 dollars pour une personne non autonome. Dans le premier cas, le crédit maximum admissible est de 4 680 dollars, et de 6 480 dollars pour le second. Renseignez-vous !

www.revenu.gouv.qc.ca/fr/ particulier/impots/impot/ credit_remb/maintien_domicile/index.asp

Les Publications du Québec proposent le guide Vivre en résidence privée pour personnes âgées, Comment faire un choix éclairé et judicieux (Isabelle Déry et Gilles Savard, 1997). Cet ouvrage est un incontournable pour faire les bons choix, évaluer ses besoins, calculer son budget, comparer les résidences et savoir quelles sont les bonnes questions à poser. On y trouve même des conseils sur la signature du bail et sur les prépa-ratifs du déménagement.

aplus@transcontinental.ca

À suivre dans cette section


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

À la une

Immobilier: les ventes résidentielles ont fléchi en mars

12:30 | Les Affaires - JLR

Bulletin JLR-Les Affaires. Le marché de l’unifamiliale a légèrement ralenti dans la province en mars dernier au Québec.

L'expérience de vente d'une maison sans agent

BLOGUE INVITÉ. Mes expériences passées m'avaient incité à ne plus vouloir leur verser de commissions. Le bonheur!

Samsung repousse le lancement de son smartphone Galaxy Fold

Mis à jour à 15:56 | AFP

Des utilisateurs « nous ont fait part du fait que l’appareil avait besoin d’améliorations», explique la compagnie.