Vente immobilière : Instagram, le nouvel allié

Publié le 01/04/2016 à 09:15

Vente immobilière : Instagram, le nouvel allié

Publié le 01/04/2016 à 09:15

Instagram ne sert pas qu’à publier des photos de brunchs alléchants ou de vacances passées dans le Sud. C’est aussi un outil qui permet de promouvoir la vente de sa maison et de dénicher sa future demeure.

En immobilier, les photos sont toujours plus vendeuses qu’une description même bien formulée et accrocheuse. D’ailleurs, conscients du puissant pouvoir de l’image, les courtiers font de plus en plus appel à des photographes professionnels pour bien présenter les biens mis en marché. Et logiquement, ils sont de plus en plus présents sur Instagram : le réseau social exclusivement dédié au partage de photos (et depuis peu de vidéos).

Efficace

Samia Ouertani, courtier en immobilier à Montréal depuis 2001, a rejoint Instagram en novembre dernier. « C’est un outil parfait pour mettre en valeur des photos de qualité et on a une belle réponse des gens qui me suivent », explique celle qui a été convaincue par l’engagement plus fort généré par Instagram comparé à Facebook. Si ce dernier comporte plus de membres que Facebook, Instagram voit son nombre d’abonnés croitre plus vite que son concurrent et son taux d’engagement dépasser celui de Facebook. Concrètement, une photo publiée sur Instagram suscite en moyenne plus de mentions J’aime, de partages et de commentaires que sur Facebook.

Martin Rouleau, courtier en immobilier spécialisé dans les biens de luxe, a lui aussi compris l’intérêt d’Instagram. Créé en 2012, son compte est suivi par près de 15 000 personnes, soit trois fois plus que sa page Facebook. « On arrive ainsi à toucher les gens entre deux avions ou quand ils sont au resto, se félicite celui dont la photo* la plus populaire a récolté presque 350 J’aime. J’ai déjà reçu des demandes de rendez-vous directement par Instagram. »

Pour les particuliers

Tous les courtiers immobiliers n’ont pas encore investi Instagram alors Samia Ouertani conseille aux vendeurs, dont le courtier serait absent de ce réseau, d’utiliser leur propre compte Instagram pour mettre en avant leur propriété. « Cela augmente la visibilité, souligne-t-elle. Et, la visibilité est importante aujourd’hui en immobilier. »

Pour les acheteurs, Instagram permet d’affiner sa recherche en utilisant les hashtags de noms de quartiers ou faisant référence à une caractéristique désirée du logement. Par exemple, Samia Ouertani se sert du mot-clic #Design lorsque la résidence pourrait particulièrement plaire à des amateurs de maisons design. « Je recommande de suivre les courtiers travaillant dans le secteur visé ou proposant des biens dans la gamme de prix voulue, ajoute Martin Rouleau. Instagram est également un bon moyen de se tenir au courant de l’état du marché. »

L’attrait d’Instagram ne réside pas seulement dans la publication de photos de maisons à vendre. C’est aussi une façon de mieux connaître un courtier et de pouvoir sélectionner un professionnel plus à même de répondre à ses attentes. « La relation avec un courtier est très personnelle, il faut que les clients nous fassent confiance, avance Martin Rouleau, qui alterne publication de photos de propriétés et de clichés plus personnels montrant sa famille ou encore des cocktails dégustés dans des bars. Avec Instagram, ils peuvent voir s’ils s’identifient à nous. »

Comparez les taux hypothécaires

 

À la une

Gaz naturel: comment le Canada a échappé au chantage de Poutine

ANALYSE. Sans l'exploitation des gaz de schiste, le Canada serait dépendant du gaz russe et à la merci de Moscou.

Bourse: hyper volatile, Wall Street conclut proche de l'équilibre mais perd sur la semaine

Mis à jour le 20/05/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto enregistre un gain hebdomadaire pour la première fois en 2 mois.

À surveiller: Lightspeed, Canopy Growth et Alimentation Couche-Tard

20/05/2022 | Catherine Charron

Que faire avec les titres de Lightspeed, Canopy Growth et Couche-Tard? Voici quelques recommandations d’analystes.