Vendre sa maison soi-même : 5 bonnes pratiques

Publié le 16/05/2015 à 08:00

Vendre sa maison soi-même : 5 bonnes pratiques

Publié le 16/05/2015 à 08:00

Tout vendeur de propriété grince des dents à l’idée de verser un pourcentage de la vente à un courtier immobilier. Mais ce n’est pas le cas si on la vend soi-même.

C’est ce qu’a fait Simon Gagnon, un résident de Québec qui, en quatre mois, a réussi à vendre son duplex sans l’aide d’un agent. « Ça a été plus facile que je le pensais! » s’émerveille-t-il.

Il faut dire que le phénomène de la vente sans courtier n’est plus marginal. Pour la première fois l’an dernier, la SCHL a été capable de quantifier la proportion de Montréalais qui vendent leur propriété en solo. Ainsi, pas moins de 20 % des propriétaires annoncent eux-mêmes leur résidence à vendre sur les sites DuProprio, LesPacs et Kijiji.

Pour Martin Desfossés, ancien courtier immobilier devenu coach chez DuProprio, ce n’est que la pointe de l’iceberg. « Honnêtement, je crois que ça se rapproche plus du 50 %. Mais une chose est certaine : c’est une tendance en croissance évidente », affirme-t-il.

Ce dernier propose 5 bonnes pratiques pour réussir la vente sans courtier.

1. Préparer le produit

Que ce soit pour la prise de photos ou les visites, il faut s’assurer de rendre le produit attrayant en éliminant les irritants, en effectuant certaines réparations, etc. « Ma copine a été la pro du home staging », avoue d’emblée Simon Gagnon. « On s’est assurés de dégager la maison le plus possible, de garder les fenêtres ouvertes et les lumières allumées, d’installer une musique d’ambiance, etc. On voulait que les gens aient un coup de cœur! », dit-il.

2. Faire une analyse du marché

Il faut évidemment étudier la valeur marchande de la propriété. Pour fixer le bon prix, DuProprio met à la disposition des vendeurs un guide, mais pour Martin Desfossés, la meilleure idée reste d’engager un évaluateur agréé. « Le propriétaire peut le faire lui-même dans un marché où il y a plein de propriétés similaires qui sont vendues dans le même quartier », explique l’expert. Si on ne veut pas se tromper, la meilleure solution reste de faire affaire avec un évaluateur agréé, qui coûtera entre 300 $ et 500 $.

3. Penser à la publicité

La mise en marché est primordiale, et pour ça, Internet est un incontournable. Selon une analyse de la firme Comscore, DuProprio a reçu plus de visiteurs uniques en 2014 que les géants de l’immobilier Centris ou ReMax. « Ça vient confirmer qu’en 2015, les acheteurs magasinent partout », croit Martin Desfossés. Par ailleurs, la traditionnelle pancarte dans la rue n’est pas à négliger : environ 1 transaction sur 5 y est associée!

4. Se trouver des alliés

Vendre seul ne veut pas dire être complètement isolé : il faut s’allier à des gens qui s’y connaissent afin d’obtenir de bons conseils, notamment pour le suivi des visites. Il est déjà assez stressant de vendre sa propriété, le soutien est primordial.

5. Faire affaire avec un notaire

Dans tout processus d’achat d’une propriété, le notaire joue un rôle vers la fin de la transaction… mais il ne faut pas hésiter à recourir à ses conseils tout au long du processus. Ce dernier pourra vous conseiller sur les clauses à vérifier dans une offre d’achat, par exemple.

 

À suivre dans cette section


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février

À la une

Le journal Les Affaires change de propriétaire

Mis à jour à 13:15 | lesaffaires.com

TC Transcontinental vend la majorité de ses actifs de médias spécialisés et activités événementielles.

L'Auberge qui ne voulait pas fermer l'hiver

Édition du 21 Septembre 2019 | Claudine Hébert

PME DE LA SEMAINE. Julie Ménard a fait le pari que l'auberge pouvait rouler tout au long de l'année. Elle avait raison.