Pleins feux sur les influenceurs immobiliers

Offert par Les affaires plus


Édition de Avril 2019

Pleins feux sur les influenceurs immobiliers

Offert par Les affaires plus


Édition de Avril 2019

Qui sont ces gourous de l'immobilier qui offrent formations et coaching aux apprentis investisseurs immobiliers ? Les Affaires Plus vous les présente.

1. Ghislain Larochelle
44 ans, fondateur d'Immofacile

Lassé du travail de 9 à 5 et passionné de formation et d'immobilier, Ghislain Larochelle lance son propre club immobilier en 2008 pour jumeler ses deux passions. «J'avais aussi le désir de m'établir à mon compte», explique cet ingénieur électrique. Depuis, il multiplie les interventions pour se faire connaître : il est très actif sur les réseaux sociaux et possède une chronique régulière dans le Journal de Montréal. Plus de 22 000 personnes suivent Immofacile sur Facebook.

À (re)lire: La toute-puissance des clubs immobiliers

2. Nikolaï Ray
34 ans, fondateur de MREX

Cofondateur de l'agence immobilière Ray Harvey, Nikolaï Ray a lancé en 2016 MREX (pour Multifamily Real Estate Exchange ou Bourse de l'investissement multilogement), une entreprise qui est à la fois une plateforme pour les investisseurs immobiliers et un centre de formation inspiré de l'École d'entrepreneurship de Beauce. Moins actif sur les réseaux sociaux, l'entrepreneur en série jouit cependant d'une bonne réputation dans le milieu et commence à se faire connaître de plus en plus. Sa communauté Facebook compte 6 600 personnes.

3. Jean-François Tremblay

31 ans, fondateur de Flip Académie

Musicien et promoteur de spectacles alternatifs de Saint-Jean-sur-Richelieu, Jean-François Tremblay devient investisseur immobilier presque par hasard en achetant, sans vraiment y croire, un quadruplex à 18 ans. «Je n'ai rien fait dessus et je l'ai vendu six mois plus tard pour 40 000 dollars de plus», se rappelle-t-il avec joie. La voie est tracée. Il fonce dans le tas, comme il dit, multipliant les «flips», jusqu'à 50 par année. Il accède à la notoriété en 2016 en devenant la vedette, avec sa conjointe Marie-Ève Piché, du docu-réalité trash Chasseur de maisons, sur Casa. Son personnage d'ours mal léché, à la chemise de chasse et au verbe truculent, se veut volontairement provocant. «Je ne m'adresse pas à l'investisseur en veston-cravate, mais au tireur de joints de Rivière-du-Loup», explique-t-il. Sa communauté compte 40 000 membres sur Facebook et 4 000 sur Instagram.

À (re)lire: Unis par l'amour et l'immobilier

4. Jocelyn Grégoire
44 ans, fondateur de Les mordus d'immobilier

De son propre aveu, Jocelyn Grégoire a connu une enfance difficile. Il a quitté l'école tôt et a eu son premier enfant à 24 ans. Pendant la vingtaine, il gagne sa vie comme propriétaire d'un garage de débosselage. À 33 ans survient l'élément déclencheur : il vend sa première maison en encaissant un juteux profit. La passion de l'immobilier le happe. Il suit un cours de courtier hypothécaire, vend son garage et se lance à fond dans l'immobilier. Parallèlement, il fonde Les mordus d'immobilier en 2013 dans le but de réseauter en formule 5 à 7, publie un magazine léché sur les investisseurs dans le domaine du logement et multiplie les événements. Les commanditaires se bousculent au portillon et sa page Facebook compte maintenant 16 000 abonnés. Il pilote également Cedma Finance, un prêteur hypothécaire privé.

5. Stéphanie Milot
47 ans, fondatrice d'ImmoRéussite

Native de Trois-Rivières, Stéphanie Milot se distingue en étant la seule femme propriétaire d'un club immobilier. «N'ayant jamais planté un clou de ma vie, je suis la preuve qu'on n'a pas besoin d'être bricoleur pour réussir dans ce domaine», soutient-elle. Elle a acheté son premier immeuble à 22 ans, avant de se former auprès de Jacques Lépine et d'accumuler les achats et les refinancements. En plus d'être conférencière et d'écrire des livres de croissance personnelle, la femme d'affaires fonde ImmoRéussite en 2016, exploitant la faible présence des autres clubs sur Internet. Avec son programme entièrement virtuel, Stéphanie Milot veut conquérir toute la francophonie. «Déjà 30 % de ma clientèle provient de l'Europe», dit celle qui mise sur la psychologie du succès.

6. Yvan Cournoyer
45 ans, président du Club des investisseurs immobiliers du Québec (CIIQ)

Émule de Jacques Lépine, le fondateur du CIIQ, Yvan Cournoyer, participe aux activités du club depuis les tout débuts, en 2001. «Je n'ai manqué que deux soirées mensuelles depuis 2001», dit-il. En 2008, il quitte son emploi d'ingénieur pour vivre de l'investissement immobilier à temps plein, tout en devenant mentor et formateur pour les élèves du CIIQ. Il prend les rênes de l'entreprise à la retraite de Jacques Lépine. Auteur de deux livres à succès, il signe également une chronique régulière sur le site Lesaffaires.com. Plus de 50 000 personnes suivent la page Facebook du club.

À suivre dans cette section


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet Énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Marketing personnalisé

Mercredi 05 février


image

Forum Contrats publics

Mardi 11 février


image

Expérience

Jeudi 20 février


image

DevOps - Québec

Mercredi 26 février


image

Usine 4.0 - Québec

Mercredi 18 mars

Sur le même sujet

Cominar rêve de retrouver sa «gloire» d'antan

Le fonds immobilier a complété l'équipe de direction qui mènera la relance promise en recrutant un cadre d'Ivanhoe.

À la une: dix entrepreneurs venus d’ailleurs

05/11/2019 | Les Affaires

En manchette cette semaine, découvrez 10 chefs d’entreprise qui ont franchi les frontières pour se lancer en affaires.

À la une

Pixelbook Go: Google invente un portable d'entrée de gamme de luxe

BLOGUE. Pour peu que le budget ne soit pas une barrière à l’achat, ce portable est plutôt séduisant.

L'actu techno en bref

L'actualité technologique ne ralentit pas.

Un groupe français intéressé à acheter des activités de Bombardier

Mis à jour à 13:26 | La Presse Canadienne

Lundi avant-midi, Bombardier n’avait pas commenté.