Mises en chantier: la chute de décembre de mauvais augure pour 2013

Publié le 09/01/2013 à 09:42, mis à jour le 09/01/2013 à 10:06

Mises en chantier: la chute de décembre de mauvais augure pour 2013

Publié le 09/01/2013 à 09:42, mis à jour le 09/01/2013 à 10:06

Par Stéphane Rolland

La construction ralentit de 11,8% au Québec en décembre. Photo:Bloomberg

Le marché de la construction résidentielle continue à perdre de la vitesse au Québec. Les mises en chantier annualisées ont diminué de 11,8% en décembre par rapport au mois précédent dans la province, selon les données publiées mercredi par la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL).

Il y a eu 36 210 mises en chantier annualisées en décembre. Un mois plus tôt, ce chiffre s’établissait à 41 063. La tendance, soit la moyenne mobile des données des six derniers mois, est de 40 349 mises en chantier.

Le ralentissement de la construction résidentielle n’en est qu’à ses débuts au Québec, selon Kevin Hughes, économiste principal de la SCHL. «Compte tenu des perspectives économiques, du relâchement sur le marché de la revente et de l'offre à venir, le rythme des mises en chantier s'affaiblira davantage, prédit-il. Le bilan des mises en chantier pour l'année 2012 est conforme avec nos prévisions.»

À Montréal, la décélération est plus prononcée avec une baisse de 24% en décembre. Le nombre de mises en chantier annualisées est de 18 238 pour le dernier mois de l’année, contre 24 105 en novembre. La tendance des six derniers mois est de 22 115, toujours en décembre.

À la une

Bourse: records en clôture pour Nasdaq et S&P 500, Nvidia première capitalisation mondiale

Mis à jour à 17:28 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les titres de l’énergie contribuent à faire grimper le TSX.

Stellantis rappelle près de 1,2 million de véhicules aux États-Unis et au Canada

Environ 126 500 véhicules au Canada sont concernés par le rappel.

Le régulateur bancaire fédéral maintient la réserve de stabilité intérieure à 3,5%

L’endettement des ménages reste une préoccupation pour le Bureau du surintendant des institutions financières.