L'immobilier, votre meilleur investissement !

Publié le 01/04/2012 à 15:53, mis à jour le 11/10/2013 à 08:05

L'immobilier, votre meilleur investissement !

Publié le 01/04/2012 à 15:53, mis à jour le 11/10/2013 à 08:05

Un investissement à long terme... mais pas trop

Dans le cas d'un immeuble à logements multiples, la plus-value est plus difficile à évaluer : elle dépend du nombre de logements mis en location, qui procurent des revenus.

André Rodrigue à fait ce genre de calculs. À 50 ans, il vient de prendre une décision importante. Il a vendu sa grande maison de campagne de Bromptonville pour acheter un immeuble de logements dans Sherbrooke-Ouest. Il a emménagé avec sa conjointe et ses deux fils de 16 et 18 ans dans le plus grand appartement de son nouveau quintuplex, un cinq et demi.

Adieu, la vie à la campagne et la grande piscine. «C'est sûr qu'il a fallu s'adapter», dit doucement André Rodrigue, pour ne pas réveiller l'un des ses fils qui dort encore, dans la chambre d'à côté. «Là-bas, les gars étaient gâtés : ils avaient pratiquement leur appartement dans le sous-sol. Maintenant, ils vivent plus en famille !»

Et surtout, André Rodrigue a maintenant quatre logements à louer, qui lui permettent de faire ses paiements d'hypothèque. Électromécanicien chez Imprimeries Transcontinental, il mise sur cet actif pour se bâtir un fonds de retraite. Un investissement à long terme. «J'ai acheté ça pour le garder jusqu'à ce que mort s'ensuive. Aujourd'hui, le marché est devenu trop difficile pour spéculer.»

André Rodrigue a raison de garder son immeuble pendant un certain nombre d'années. Par contre, le modèle d'Yvon Rudolphe montre qu'il n'a pas intérêt à garder son immeuble plus d'une décennie pour maximiser son rendement, car l'avantage de l'effet de levier s'atténue avec le temps. Au fil des ans, en plus des intérêts, le propriétaire rembourse une part de plus en plus importante de son prêt, ce qui amenuise l'effet de levier.

Mais André Rodrigue ne s'en soucie guère. Pour lui, son immeuble est aussi un projet. En quelques mois, il a déjà beaucoup amélioré l'aspect de son quintuplex. Datant d'une cinquantaine d'années, l'immeuble en avait bien besoin. Le nouveau propriétaire a remplacé les vieilles tuiles des années 1960 par des planchers de bois franc. Il a posé de nouvelles moulures, de nouvelles portes. «J'aime ce qui est beau, dit-il. Le jour où je le mettrai en vente, je veux que l'acheteur dise ''Wow !'' et qu'il signe rapidement.»

Comme André Rodrigue, la plupart des acheteurs ont plusieurs raisons très subjectives d'acheter un immeuble. À Sainte-Julie, Marie-Hélène Jutras non plus ne se soucie pas trop de la hausse potentielle de la valeur de la maison. Pour elle et son conjoint, il s'agit moins d'un investissement que d'un toit, plus confortable et plus grand que leur ancien appartement. «On n'entend pas ce que le voisin dit, ni le petit gars qui joue aux quilles en haut... Et si on veut regarder la télé à tue-tête, on peut !»

 

 

 

À la une

Bourse: Wall Street termine en ordre dispersé, sous une pluie de mauvais chiffres

Mis à jour le 24/05/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse malgré les déclins des technos et de la santé.

Snap chute en Bourse après un avertissement sur résultats

24/05/2022 | AFP

Son titre est en baisse de près de 40% à midi.

Ă€ surveiller: Canada Goose, HĂ©roux-Devtek et Apple

24/05/2022 | Denis Lalonde

Que faire avec les titres de Canada Goose, Héroux-Devtek et Apple? Voici quelques recommandations d’analystes.