Immobilier: les ventes de maisons chutent de 17%, le marché est en mode correction

Publié le 15/01/2013 à 11:41, mis à jour le 15/01/2013 à 16:29

Immobilier: les ventes de maisons chutent de 17%, le marché est en mode correction

Publié le 15/01/2013 à 11:41, mis à jour le 15/01/2013 à 16:29

Par Yannick Clérouin

Certains économistes croient que le marché immobilier canadien a amorcé sa phase de correction. [Photo : Bloomberg]

Le marché immobilier canadien continue de montrer d’importants signes de ralentissement, ce qui fait dire à certains analystes que le secteur a amorcé une phase de correction.

Les ventes de maisons existantes ont chuté de 17,4% à l’échelle nationale en décembre par rapport à l’an dernier, selon les données compilées par l’Association canadienne de l’immeuble (ACI). D'après Sherry Cooper, économiste pour BMO, il s'agit de la plus forte baisse depuis octobre 2010.

À lire: Dossier: coup de froid dans l'immobilier

D’une année à l’autre, les ventes de résidences ont fléchi dans quatre marchés locaux sur cinq au cours du dernier mois de 2012, à l’exception de Calgary, où l’activité a augmenté. Vancouver a été la plus grande victime: les ventes de maisons s'y sont effondrées de 31 %. Les données pour la région métropolitaine seront diffusées par la Chambre immobilière du Grand Montréal le 22 janvier.

Sur une base de comparaison mensuelle, les ventes de maisons réalisées par l’entremise du système MLS ont reculé de 0,5 % entre novembre et décembre au pays. Il s'agit du septième repli en huit mois.

De leur côté, les nouvelles inscriptions de maisons à vendre ont reculé de 1,3 % en décembre par rapport au mois précédent. Ainsi, le stock de maisons à vendre nouvellement inscrites se trouve à son plus bas depuis mars 2011.

«Les ventes réalisées à l'échelle nationale continuent à se maintenir à de bas niveaux depuis que les règlements hypothécaires ont été modifiés en 2012. Il reste toutefois des écarts importants dans les tendances notées entre les marchés locaux et à l'intérieur de ces marchés », a dit Wayne Moen, président de l'ACI, dans un communiqué.

L’ACI attribue la faiblesse de décembre au fait qu’il y avait cinq fins de semaine en décembre 2012. Or, il s’effectue moins de transactions au cours des week-ends.

Par ailleurs, les prix ont continué d'augmenter, mais à un rythme plus faible. L'indice des prix de l'ACI a progressé de 3,3 % en décembre par rapport à l'an dernier, soit le plus petit gain depuis avril 2011. Sur 12 mois, les prix ont augmenté de 3,3 % dans le Grand Montréal, signale l'ACI.

Effet domino sur l’économie

À suivre dans cette section

À la une

À la une: ces PME qui sont loin de reposer en paix

Édition du 28 Octobre 2020 | Les Affaires

Des PME de notre classement des 300 nous partagent leurs meilleures stratégies d'adaptation.

Retour vers le futur

Édition du 28 Octobre 2020 | Marie-Pier Frappier

BILLET. «Je crois que vous n'êtes pas encore prêt pour ce genre de chose... par contre vos gosses vont adorer ça!»

La mise de côté d'une réforme de l'assurance-emploi dérange

La pandémie a dévoilé au grand jour les lacunes de l'assurance-emploi.