Tenez un budget pour soulever vos problèmes financiers plus tôt

Publié le 28/01/2020 à 14:32

Tenez un budget pour soulever vos problèmes financiers plus tôt

Publié le 28/01/2020 à 14:32

Par La Presse Canadienne

(Photo: 123RF)

Au cours de ses 11 années dans le secteur des services financiers, Scott Terrio a entendu la même chose à plusieurs reprises : « J’aurais dû venir vous voir il y a 12 ou 24 mois. »

Ce refrain venait de ses clients — dont certains qui ont dû déménager ou déposer un dossier d’insolvabilité — pour surmonter les montagnes de dettes qu’ils avaient accumulées.

Les gros problèmes sont évidents lorsque les agents de recouvrement appellent constamment ou que les factures sont impayées depuis plusieurs mois. Cependant, le moment idéal pour décider d’avoir recours à une aide financière précède largement ces situations, explique M. Terrio, directeur de l’insolvabilité des consommateurs chez Hoyes, Michalos and Associates, syndic autorisé en insolvabilité à Toronto.

Mais déterminer ce qui devrait constituer un signal d’avertissement est difficile, car la plupart des experts conviennent qu’il n’y a pas de ratio magique des revenus à la dette, ni même un nombre précis de mois consécutifs pendant lesquels les dépenses surpassent les revenus, ce qui devrait être un avertissement de difficultés financières à venir. La situation financière de chacun est différente, de sorte que les signes avant-coureurs et la rapidité à laquelle une personne peut s’ajuster varient, selon les professionnels.

M. Terrio recommande de surveiller les flux de trésorerie mensuels, car cela peut être un signe révélateur du moment où on doit être plus prudent.

Au Canada, plusieurs personnes pourraient bénéficier d’une attention particulière.

L’Association canadienne des professionnels de l’insolvabilité et de la réorganisation s’attend à ce que les insolvabilités personnelles augmentent en 2020. Le nombre de Canadiens devenus insolvables a grimpé de 8,9 % pendant la période de 12 mois terminée en novembre 2019.

Lors de l’examen des flux de trésorerie, il faut faire attention aux soldes d’endettement à taux d’intérêt élevé, car ils peuvent être de bons indicateurs d’une situation financière, explique M. Terrio.

« Si on reporte des soldes pendant 6 à 12 mois ou 24 mois, il faudrait probablement parler à quelqu’un à ce moment-là », souligne-t-il.

Pour Kim Inglis, conseillère financière et gestionnaire de portefeuille associée chez Raymond James, le premier signe de difficulté à détecter est le moment où les dépenses deviennent supérieures aux revenus.

« Lorsqu’on voit des gens qui essaient de suivre la cadence de leurs voisins et qui n’économisent pas du tout parce que tout ce qu’ils obtiennent en un mois est dépensé, et plus encore, c’est un signe évident qu’ils n’établissent pas de bonnes habitudes », estime Mme Inglis.

Le conseiller financier Kyle Westhaver, de la firme Nicola Wealth, est d’accord.

Il dit rencontrer beaucoup de gens qui ont des ennuis parce qu’ils n’ont aucune idée de ce qu’ils dépensent chaque mois, ce qui les empêche de repérer rapidement un problème.

« Si quelqu’un crée un plan pour l’année et se dit : “Je vais dépenser 5000 $ par mois” et qu’il est en retard, cela lui permettrait de faire plus attention et de savoir quand il a des problèmes », explique-t-il.

Les signaux d’avertissement devraient être encore plus importants lorsqu’on envisage de rembourser un passif avec un autre passif, ajoute-t-il.

« Lorsque quelqu’un paye sa carte de crédit avec sa marge de crédit, c’est un moment où il devrait lui être facile de réaliser qu’il n’a pas une bonne maîtrise de la situation », dit-il.

La plupart des conseillers conviennent qu’un budget est un bon point de départ, car il aide à fixer des objectifs et peut lancer une alerte lorsque les dépenses sont trop élevées.

Selon le degré de préoccupation variable de chaque personne face à sa situation financière, de nombreux conseillers recommandent de se tourner vers des professionnels pour obtenir de l’aide.

Mais il y a certaines choses que les gens peuvent faire s’ils découvrent leur situation assez tôt ou s’ils veulent s’aider à redresser leurs finances.

« Ils peuvent voyager hors saison au lieu de la haute saison et ils peuvent apporter leur lunch au travail au lieu de sortir en acheter un tous les jours », suggère Mme Inglis. « Il existe des moyens infinis de réduire les coûts, et de petits changements font une grande différence. »

 


image

Expérience citoyen

Mercredi 26 août


image

Gestion de l'innovation 2020

Mercredi 09 septembre


image

Expérience client

Mercredi 16 septembre

À la une

Le déficit commercial du Canada rétrécit en mai

Les exportations et les prix du pétrole ont augmenté tandis que les importations ont diminué.

À surveiller: BCE, Mediagrif et InterRent

Que faire avec les titres de BCE, Mediagrif et InterRent?

COVID-19: quel avenir pour les espaces à bureaux?

CHRONIQUE. Le travail au bureau de demain matin ne ressemblera pas à ce qu'il était hier, selon des études...