Se lancer à son compte: astuces pour éviter de frapper le mur

Publié le 01/06/2015 à 10:07

Se lancer à son compte: astuces pour éviter de frapper le mur

Publié le 01/06/2015 à 10:07

Abandonner son emploi pour devenir travailleur autonome demande du courage, mais aussi beaucoup de préparation pour éviter que le saut de l’ange se transforme en descente aux enfers. Des stratégies pleines de bon sens pour ceux qui se demandent comment y parvenir.

1. Se lancer corps et âme

Pour réussir à son compte, il faut y consacrer tout son temps et son énergie. Pas question de garder un emploi salarié plus longtemps qu'il ne le faut, selon Judith Lussier, coauteure du Petit manuel du travail autonome. « Si on veut que la portion pige de notre travail augmente, on doit plonger, sinon on ne s'investit à 100 % dans aucune activité », conseille-t-elle.

La maquilleuse indépendante Léa Bégin, qui compte déjà neuf années de carrière solo, va plus loin. « Il faut construire sa confiance en soi. Si tu ne l'as pas, tu ne peux pas partir à ton compte, car les clients ne sauront pas comment se fier à toi », croit-elle.

2. Se constituer des réserves

C'est un conseil évident, mais le montant desdites réserves peut varier grandement d'une personne à l'autre, selon sa tolérance devant l'incertitude financière. Judith Lussier conseille de placer de côté un minimum de trois mois de salaire, mais il faut être prêt à diminuer ses dépenses jusqu'à ce que les contrats soient suffisamment au rendez-vous.

« On dit généralement qu'une entreprise devient rentable après deux ans. C'est la même chose pour un travailleur autonome », dit l'auteure, elle-même pigiste depuis plusieurs années. Un conjoint qui nous soutient et le fait de garder un petit emploi au début seulement peuvent pallier ce passage à vide financier.

3. Apprendre à dire non

Le téléphone ne dérougit plus? Excellente nouvelle, mais il ne faut pas s'épuiser! Dire non à de juteux contrats peut être extrêmement difficile, tant pour le plombier que le comptable indépendant. C'est cependant primordial afin d'assurer la qualité de son travail, le seul gage de sa compétence... et d'obtenir de futurs contrats.

4. Prévoir les impôts

N'attendez pas que le fisc vous envoie une facture de 10 000 $. Déposez tout de suite les montants nécessaires pour payer l'impôt dans un compte épargne différent. Comptez les montants de la TVQ et de la TPS à facturer à vos clients, les REER ainsi que les dépenses engendrées par votre travail. « Sur chaque 100 $ gagnés, on devrait mettre environ 40 $ de côté », conseille Judith Lussier.

5. Ne pas s'asseoir sur ses lauriers

Même lorsqu'on obtient plus de succès, il faut continuer à prospecter. Consacrer au moins 10 % de son temps à la recherche de nouveaux clients dans les deux premières années est essentiel pour assurer sa stabilité financière. Réseautage intensif, dîners d'affaires et colloques sont fortement recommandés.

6. Tirer parti des réseaux sociaux

Annoncer qu'on se lance en affaires est une excellente idée, afin de faire connaître ses intentions à des clients potentiels. « Au début, j'ai envoyé ma liste de prix à environ 500 filles sur Facebook, toutes celles qui pourraient vouloir mes services », se rappelle Léa Bégin. Celle-ci publie des photos de son travail artistique sur les réseaux sociaux, un « investissement » gratuit en publicité. Attention toutefois de ne pas avoir l'air « trop » disponible, au risque de passer pour incompétent et non désiré!

 

À la une

Commerce: Biden maintiendra la pression sur la Chine

23/10/2020 | François Normand

Les républicains ont une perception plus négative à l'égard de la Chine, mais elle progresse aussi chez les démocrates.

Une bulle technologique dans le S&P500? (la suite)

23/10/2020 | Ian Gascon

BLOGUE INTIVÉ. Les titres technologiques méritent-ils des évaluations aussi élevées?

Si ça semble trop beau pour être vrai…

23/10/2020 | Philippe Leblanc

BLOGUE INVITÉ. Les rendements élevés viennent obligatoirement avec des risques élevés.