Logo - Les Affaires
Logo - Les Affaires

Les pièges à éviter pendant cette saison des impôts

La Presse Canadienne|Mis à jour le 16 avril 2024

Les pièges à éviter pendant cette saison des impôts

(Photo: La Presse Canadienne)

La date butoir pour produire vos déclarations de revenus peut sembler lointaine, mais des experts préviennent que de ne pas s’y prendre assez tôt est l’une des plus grosses erreurs que commettent les Canadiens pendant la saison des impôts.

En s’y prenant à la dernière minute, disent-ils, il est plus facile de commettre des erreurs, comme oublier des crédits d’impôt ou passer outre des exigences importantes.

Voici quelques-uns des pièges auxquels vous devriez faire attention, selon des experts, à l’approche de la date limite du 30 avril.

 

Ne pas être assez organisé

La plus grande erreur pendant la saison des impôts est de ne pas être assez organisé, selon Alim Dhanji, qui est planificateur financier principal chez Gestion financière Assante.

«Beaucoup de gens attendent à la dernière minute pour faire leurs déclarations de revenus, puis sont pressés pour trouver des informations qui ne sont peut-être pas disponibles à portée de main. Cela peut entraîner beaucoup de stress», a-t-il mentionné.

La date butoir du 30 avril arrive rapidement, a souligné Alim Dhanji. Il est donc important d’obtenir à l’avance tous les documents dont vous avez besoin, comme les feuillets fiscaux, les relevés bancaires ou les reçus médicaux.

Alim Dhanji recommande d’utiliser une liste pour ne rien oublier et suggère d’aller vérifier si de nouveaux crédits ou déductions nécessitent des documents supplémentaires. Ce conseil s’applique tant si vous faites vos impôts vous-mêmes que si vous confiez à un professionnel le soin de les faire pour vous, a-t-il précisé.

«La dernière chose que vous voulez faire est de leur donner une boîte pleine d’informations mélangées, car ils vont devoir tout trier pour vérifier quels documents vous avez et quels documents vous n’avez pas. Et plus ils passent de temps à faire cela, plus votre facture sera salée.»

Les travailleurs indépendants doivent être encore plus organisés tout au long de l’année, a rappelé Alim Dhanji, notant que la date limite pour déposer leur déclaration de revenus est légèrement plus tardive, soit le 15 juin, mais que la date limite pour payer tout solde impayé est toujours le 30 avril.

 

Ne pas respecter les échéanciers

Parlant de ces échéanciers, beaucoup de gens les comprennent mal, de l’avis de Stefanie Ricchio, qui est comptable et porte-parole de TurboImpôt Canada.

Étant donné que la date limite pour produire sa déclaration de revenus est la même que celle pour payer un solde dû, du moins pour la plupart des gens, les personnes qui attendent à la dernière minute pour produire leur déclaration peuvent être pénalisées si elles ne sont pas en mesure de payer leur solde le même jour, a-t-elle expliqué.

«Cette année, l’Agence du revenu a augmenté le taux d’intérêt à 10%. Et donc cela commence à s’accumuler dès 1er mai», a-t-elle prévenu.

La date limite pour cotiser à un REER, qui arrive plus tôt que la date limite pour produire sa déclaration de revenus, surprend certaines personnes, a-t-elle ajouté.

 

Négliger les crédits d’impôt

De nombreux particuliers ne profitent pas de crédits d’impôt qui pourraient les aider à épargner, ou ne réalisent pas que leur conjoint pourrait réclamer certains crédits à leur place, a observé Alim Dhanji.

Par exemple, les frais médicaux non couverts par l’assurance devraient être réclamés par le conjoint ayant le revenu le plus faible afin de maximiser les prestations, a-t-il affirmé.

«Il pourrait y avoir d’autres crédits d’impôt, lorsque vous déposez une déclaration ensemble, qui peuvent être demandés à l’un des conjoints plutôt qu’à l’autre, ce qui peut vraiment vous être avantageux d’un point de vue fiscal», a réitéré Alim Dhanji.

Les étudiants ayant des crédits d’impôt pour frais de scolarité qu’ils ne peuvent pas réclamer immédiatement devraient envisager de transférer jusqu’à 5000 $ de ces crédits à un conjoint, un parent ou un grand-parent afin qu’ils puissent obtenir l’avantage plus tôt, a-t-il ajouté.

En plus des crédits manquants, de nombreux déclarants ne réalisent pas qu’ils doivent rapporter les investissements étrangers évalués à plus de 100 000 $, a soulevé Alim Dhanji.

Ils ne réalisent pas non plus qu’ils doivent conserver leurs documents fiscaux plusieurs années après leur déclaration. Sur son site internet, le gouvernement fédéral indique qu’il faut les conserver pendant six ans.

 

Ne pas embaucher un professionnel, au besoin

Si vos impôts sont plus complexes, par exemple si vous êtes travailleur indépendant, ou si vous avez des crédits et des déductions à partager, l’embauche d’un professionnel peut être le meilleur moyen de maximiser votre rendement et de vous assurer de ne rien manquer, selon Alim Dhanji.

«Il y a un coût pour travailler avec un professionnel, mais le montant des économies devrait pouvoir dépasser ce que vous payez pour ses services», a-t-il déclaré.

Cependant, ne pensez pas qu’un fiscaliste peut effacer comme par magie une grosse facture fiscale, a nuancé Stefanie Ricchio.

 

Sous-estimer l’impact fiscal des grands changements dans sa vie

Un autre élément que beaucoup de gens sous-estiment est l’impact qu’un grand changement de vie peut avoir sur leur déclaration de revenus, a relevé Stefanie Ricchio. Il peut s’agir d’un mariage, d’un déménagement ou de l’ajout d’un emploi indépendant secondaire.

Ces changements majeurs peuvent affecter les crédits et les déductions, a-t-elle rappelé, et certains d’entre eux doivent être signalés rapidement à l’Agence du revenu.

Une erreur que font beaucoup de gens lorsqu’ils commencent à gagner un revenu de travail indépendant est de penser que s’ils n’ont pas fait de profits, comme au cours de leur première année d’activité, ils n’ont pas besoin de le déclarer. Mais ce n’est pas le cas, et en fait, cette situation pourrait en fait réduire leurs impôts, a dit Stefanie Ricchio.

Si vous faites votre déclaration de revenus après un grand changement dans votre vie, il s’agit d’un bon moment pour embaucher un professionnel pour vous assurer de ne rien manquer, selon Stefanie Ricchio.

«Vous devez savoir quelles sont vos limites et quand il peut être judicieux d’avoir recours à l’aide d’un professionnel.»