Le coût des petits champions

Offert par Les affaires plus


Édition de Mars 2015

Le coût des petits champions

Offert par Les affaires plus


Édition de Mars 2015

Il n'y a que de bonnes raisons d'encourager son enfant à pratiquer une activité sportive ou artistique. Mais s'il est bourré de talent, la facture peut monter vite. Êtes-vous prêt ?

Quand Katy Tremblay a inscrit sa petite Justine âgée d'à peine cinq ans à un cours d'initiation au tennis, elle était loin de se douter que cette activité allait bientôt lui coûter près de 15 000 dollars par an. «Comme tous les parents, nous cherchions les intérêts de notre enfant. Nous l'avons inscrite à quelques cours : multisport, danse, pour finalement découvrir que c'était le tennis qui l'allumait», se souvient-elle.

Après deux saisons, Justine a l'occasion de participer à un programme qui vise à détecter les talents en bas âge. À la suite d'un long processus d'écrémage, c'est confirmé : Justine a l'étoffe d'une championne. «C'est là qu'on a mis la main dans l'engrenage !» estime sa mère.

Rapidement, la petite joueuse atteint le niveau de l'équipe québécoise et ses parents découvrent le coût associé au tennis de compétition. L'adhésion à l'équipe coûte 400 dollars par an, mais ce sont surtout les frais de déplacement qui rendent la facture salée pour cette famille de Chicoutimi, qui doit se rendre à six camps d'entraînement par an à Montréal. Coût de l'aller-retour : 130 dollars d'essence.

Heureusement, Justine a de la famille dans la métropole. Les frais d'hébergement s'ajoutent lorsqu'elle participe à des tournois à l'extérieur, au moins une fois par mois. Entre 500 et 600 dollars par fin de semaine estime sa mère, qui s'assure chaque fois que les hôtels fournissent l'accès à un réfrigérateur, pour épargner au moins sur les repas en faisant des lunchs.

Ses week-ends libres, Justine les passe à Québec, où un entraîneur plus avancé la prend sous son aile. Encore des frais. L'an dernier, le total des dépenses était de 10 000 dollars, et ce chiffre continuera d'augmenter jusqu'à ce que Justine entre dans l'équipe du Canada, vers 13 ou 14 ans. Une fois ce niveau atteint, des frais annuels de 5 000 dollars couvrent l'ensemble des dépenses des joueurs, ce qui permettra aux parents de Justine de souffler un peu.

En attendant, Katy Tremblay, une enseignante, et son conjoint, un ambulancier, font les sacrifices nécessaires pour permettre à leur fille de poursuivre ses rêves. Les voyages dans le sud sont chose du passé, et le père de Justine comble le manque à gagner en donnant des formations la fin de semaine. «Nous n'en sommes pas au point d'encaisser des REER ou de prendre une nouvelle hypothèque sur la maison, mais quand nous avons renégocié notre hypothèque, nous avons pris une marge de crédit hypothécaire, au cas où !» raconte la mère.


image

DevOps

Mercredi 11 septembre


image

Gestion du changement

Mardi 17 septembre


image

Gestion de l’innovation

Mercredi 18 septembre


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Marché du cannabis

Mercredi 23 octobre


image

Service à la clientèle

Mercredi 23 octobre


image

Communication interne

Mardi 26 novembre


image

Gestion de la formation

Mardi 03 décembre


image

Marché de l'habitation

Mercredi 04 décembre


image

Sommet énergie

Mardi 21 janvier


image

Santé psychologique

Mercredi 22 janvier


image

Contrats publics

Mardi 28 janvier

Sur le même sujet

À la une

Climat : attention aux certitudes et aux peurs irrationnelles

24/08/2019 | François Normand

ANALYSE - Les certitudes des climatosceptiques et la panique de la «collapsologie» minent la lutte pour le climat.

10 choses à savoir cette fin de semaine

24/08/2019 | Alain McKenna

Voici 10 nouvelles parues cette semaine à (re)découvrir.

À surveiller: les titres qui ont retenu votre attention

24/08/2019 | lesaffaires.com

Que faire avec les titres de Stella-Jones, BRP et Bombardier? (Re)voici quelques recommandations d'analystes.