La PUGE, baume sur une dure semaine pour l'économie canadienne

Publié le 24/07/2015 à 14:32

La PUGE, baume sur une dure semaine pour l'économie canadienne

Publié le 24/07/2015 à 14:32

Par Yannick Clérouin

Cette semaine, les matières nous font certainement sentir comme si c’était retour vers le futur, écrit l’économiste en chef Douglas Porter, de BMO Banque de Montréal.


Le prix du pétrole de référence WTI a rechuté sous la barre des 50$US pour la première fois depuis avril, le cours de l’or a reculé de plus de 50$US à son plus bas depuis le début de 2010, à 1080$US l’once, et le prix du cuivre a fléchi à un creux de six ans. L’indice de Bloomberg qui regroupe les principales matières premières est de son côté tombé à son plus bas en 13 ans. Dans la foulée, le dollar canadien, très lié à la santé des ressources, a poursuivi son déclin, finissant la semaine sous la barre des 77 cents américains, ayant touché son plus bas en 11 ans (76,40 cents US) au cours des derniers jours.


À ne pas en douter, ce fut une semaine sombre pour l’économie du pays. La nouvelle tourmente qui frappe les matières premières est un autre dur coup pour l’économie chancelante du Canada, souligne M. Porter.


Les optimistes pourront toujours mettre en relief le fait que les chèques de la prestation universelle pour enfant (PUGE) bonifiée expédiés cette semaine aux familles par le gouvernement fédéral donneront un coup de pouce à la consommation au troisième trimestre.


Lisez aussi: Attention, une bonne partie de votre PUGE sera imposée


Or, M. Porter et son homologue Avery Shenfeld, de CIBC, expriment des doutes quant à l’effet placebo que pourrait avoir la somme de près de 3 milliards de dollars que Ottawa a remise entre les mains des parents du pays sur l’économie.


Si les Canadiens dépensaient la totalité des chèques reçus d’Ottawa, cela gonflerait le PIB du troisième trimestre d’environ 0,8%, ou à un rythme annualisé de 3,2%, selon M. Shenfeld. Ce qui semble à première vue «impressionnant», dit-il.


Lisez aussi: Bonification de la PUGE, de la poudre aux yeux


Dans le contexte actuel, cependant, les consommateurs pourraient user de prudence. Surtout dans les régions dépendantes des ressources, où la dégringolade des prix risque d’entraîner de nouvelles réductions de production et d’emplois, note M. Porter.


La bonification de la PUGE aidera sans doute à soutenir la croissance dans les prochains mois, mais, comme le conclut l’économiste de la CIBC, il faudra plus qu’un «chèque alléchant» pour inciter des consommateurs déjà bien endettés à dépenser.


Un sondage maison que nous avons réalisé cette semaine sur LesAffaires.com montre qu’une personne sur cinq (sur 584 répondants) prévoit rembourser des dettes avec le chèque qu’elle recevra. Notre coup de sonde montre aussi que 22% des répondants prévoient déposer la somme dans un REEE et 18% dans un REER. Enfin, 36% songent à l’encaisser comme un autre revenu, donc probablement de le dépenser. Notre échantillon, bien que petit, permet de constater que ce ne sont pas tous les consommateurs qui emploieront le montant reçu à des fins de consommation.


Cela dit, on ne pourra pas non plus compter sur l’effet d’enrichissement que peut procurer la Bourse pour soutenir l’économie. Le S&P/TSX de la Bourse de Toronto a décliné au cours des cinq dernières séances. Il se retrouve à un creux en six mois...et au même niveau qu’en 2011, observe Douglas Porter.

À suivre dans cette section


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Pouvez-vous vraiment vous fier aux gourous de la finance?

25/03/2019 | Olivier Schmouker

CHRONIQUE. Une intelligence artificielle (IA) vient de découvrir qu'il faut être fou pour écouter leurs prédictions!

Bourse: que penser du nouveau signal de récession?

BLOGUE. Le risque de récession augmente, mais le signal de l'inversion des taux divise encore les financiers.

À la une

À surveiller : Loblaw, BRP et Blackberry

Que faire avec les titres de Loblaw, BRP et Blackberry? Voici quelques recommandations d’analystes.

Manufacturier 4.0: le retard du Québec menace les exportations

Deloitte propose diverses stratégies pour accélérer la transformation des entreprises en manufacturiers intelligents.

Que faut-il savoir sur Huawei?

Les consommateurs apprécient ses appareils, mais les États s'inquiètent de la proximité entre l'entreprise et la Chine.