Impôts : étudiants, à vos calculettes!

Publié le 21/04/2011 à 17:12, mis à jour le 25/04/2011 à 16:13

Impôts : étudiants, à vos calculettes!

Publié le 21/04/2011 à 17:12, mis à jour le 25/04/2011 à 16:13

La saison de l’impôt tire à sa fin et bien que l’on puisse omettre de produire une déclaration de revenus lorsqu’il n’y a pas d’impôt à payer, les étudiants ont tout à gagner à se plonger dans la paperasse.

Le simple fait de remplir une déclaration permet aux particuliers à faible revenu d’établir leur droit au crédit pour la TPS et de recevoir un chèque d’environ 125$ à chaque trois mois. De plus, les étudiants qui travaillent peuvent souvent récupérer les montants qui ont été retenus automatiquement à la source. Il s’agit du fameux remboursement d’impôt.

Il existe d’autres raisons importantes de remplir son rapport d’impôt. Selon Jamie Golombek, directeur gestionnaire, Planification fiscale et successorale, Gestion privée de patrimoine CIBC, la plus importante concerne les droits de cotisations au REER.

Les étudiants qui travaillent accumulent des revenus qui peuvent donner droit à une déduction d’impôt relative aux cotisations faites au REER.

« Les revenus accumulés finissent par représenter un bon montant et 18 % de celui-ci pourra être investi dans un REER lorsque l’ancien étudiant se retrouvera sur le marché du travail à temps plein », explique le gestionnaire financier.

Crédits d’impôts pour les étudiants

Pour bénéficier des largesses de l’État, encore faut-il remplir les cases correspondantes sur les formulaires des deux paliers de gouvernement. Pour les frais de scolarité, le provincial accorde un crédit d’impôt de 20 %, alors que le fédéral s’engage à hauteur de 15 %.

Le gouvernement canadien accorde plusieurs crédits d’impôts aux étudiants, notamment un « montant relatif aux études » correspondant à 400 $ par mois lorsque l’étudiant est à l’école à temps plein et 120 $ par mois lorsqu’il est à temps partiel. Un crédit pour les manuels scolaires s’ajoute à ce montant. Il n’est pas basé sur la somme réellement dépensée, mais correspond à un montant forfaitaire de 65 $ par mois pour les étudiants à temps plein et 20 $ par mois pour ceux qui étudient à temps partiel.

Un crédit est également accordé pour ceux qui voyagent en transport en commun. Il s’applique au montant payé pour des laissez-passer mensuels ou pour des laissez-passer hebdomadaires, à condition que ceux-ci aient été achetés pour couvrir au moins 20 jours à l’intérieur d’une période de 28 jours. Il n’est pas nécessaire d’inclure les titres de transport ou les factures à la déclaration d’impôt, mais ceux-ci devraient être conservés au moins six ans et fournis sur demande.

L’ensemble de ces crédits sont non remboursables, ce qui signifie que si leur total est plus élevé que l’impôt à payer, la différence n’est pas remboursée. La partie inutilisée des divers crédits d’impôts aux étudiants peut être transférée aux parents ou encore être reportée à une année future.

Il est à noter que les bourses d’études obtenues dans le cadre d’études postsecondaires sont exonérées d’impôt. Les diplômés peuvent se prévaloir d’un crédit d’impôt correspondant aux intérêts payés sur leur prêt étudiant, mais celui-ci ne peut être transféré à une autre personne et doit être utilisé par l’ancien étudiant dans les cinq ans.

Le crédit d’impôt que les étudiants oublient le plus souvent est celui qui correspond aux frais de déménagement. Lorsqu’un étudiant déménage à plus de 40 km de son ancien lieu de résidence pour se rapprocher de son institution d’enseignement ou qu’il déménage pour un emploi d’été, il peut déduire de son impôt les frais encourus pour son déménagement. Les frais de transport et d’entreposage, de déplacement, de subsistance (repas et logement pour une période maximale de 15 jours), de résiliation du bail de l’ancienne résidence, ainsi que les frais de branchement exigés par les services publics sont déductibles d’impôt.

 

 

À la une

Sondage rapide sur la transformation numérique des entreprises au Québec en 2022

09:00 | Les Affaires

Répondez à ces 5 grandes questions et obtenez un billet gratuit pour assister à Connexion.

Bourse: Wall Street termine mitigée, soucieuse pour la croissance

Mis à jour à 16:53 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse grâce au secteur de l'énergie.

À surveiller: H2O Innovation, Lassonde et Savaria

10:06 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de H2O Innovation, Lassonde et Savaria? Voici quelques recommandations d’analystes.