Décaisser le REEE


Édition de Septembre 2015

Décaisser le REEE


Édition de Septembre 2015

Maximiser vos contributions au Régime enregistré d’épargne-études (REEE), c’est un premier pas pour vous aider à payer les études postsecondaires de vos enfants. Investir cet argent de manière judicieuse et décaisser habilement les fonds vous permettront de gonfler la cagnotte.

On aime le CELI et le REER, mais on ne le dira jamais assez, le Régime enregistré d’épargne- études (REEE) est plus avantageux encore. Non seulement il permet de faire fructifier votre argent à l’abri de l’impôt pour payer les études postsecondaires de vos enfants, mais il donne droit à des subventions généreuses.

Le souscripteur, le plus souvent le parent, cotise à un REEE selon ses moyens. Les gouvernements bonifient ces cotisations avec des subventions de 20 % par an au fédéral (soit 500 $ par an, 7 200 $ à vie) et de 10 % au provincial (250 $ par an, 3 600 $ à vie). Les familles peu fortunées peuvent réclamer le Bon d’études canadien (BEC). Il s’agit d’une somme de 500 dollars, auxquels pourraient s’ajouter 100 dollars par an pendant 15 ans, pour un total de 2 000 dollars. Ces subventions sont versées jusqu’à ce que le béné- ficiaire atteigne ses 17 ans.

Les cotisations et les subventions fructifient à l’abri de l’impôt dans le placement de votre choix. Vous pouvez cotiser jusqu’à la 31e année d’ouverture du REEE, jusqu’à un maximum à vie de 50 000 dollars. Le REEE a une durée totale de 35 ans, et il peut être ouvert dès la naissance d’un enfant.

Lorsque l’enfant atteint 16 ans, il devient admissible aux paiements d’aide aux études (PAE). Le REEE est alors divisé ainsi : les cotisations du parent, qui appartiennent à celui-ci, puis les PAE, composés des subventions et des revenus accumulés, qui seront versés à l’étudiant et qui sont imposables. Mais comme un jeune aux études a généralement de faibles revenus, il paiera peu ou pas d’impôt.

Trois régimes

Régime individuel : celui-ci peut être ouvert par n’importe qui, sans limite d’âge. Les cotisations et les retraits sont flexibles.

Régime familial : les bénéficiaires d’un régime familial doivent être liés au souscripteur par les liens du sang ou de l’adoption, avoir moins de 21 ans et être résidents canadiens. Les cotisations et les retraits sont également flexibles.

Régime collectif : un régime collectif, par exemple le Fonds Universitas, regroupe des jeunes du même âge. Un calendrier fixe de cotisations est établi, et le souscripteur ne peut en déroger. Le montant des PAE dépend de la cohorte. Si le souscripteur met fin au contrat avant que l’enfant atteigne l’âge des études postsecondaires, il reprend ses cotisations, mais pas les frais d’inscription ni les rendements sur ses contributions. Ces derniers sont redistribués aux autres jeunes de la cohorte, ce qui bonifie leurs PAE.

Seuls les régimes individuels et familiaux permettent de gérer librement la composition du portefeuille et le montant des cotisations. Le REEE collectif est un placement clé en main administré de manière prudente par des gestionnaires mandatés par le fonds.

À la une

Ce projet de loi affectera toutes les entreprises

24/05/2024 | François Normand

ANALYSE. Le projet de loi sur l’énergie que Pierre Fitzgibbon déposera d’ici le 7 juin sera structurant pour le Québec.

Électricité: un manufacturier sur trois en manque

23/05/2024 | François Normand

Près de 75% des entreprises des secteurs manufacturier et industriel retardent des projets ou des investissements.

Bourse: les résultats des 7 magnifiques au 1T

24/05/2024 | lesaffaires.com

D'Apple à Nvidia, qui a dépassé les attentes ou déçu les marchés.