Rencontres amoureuses : un budget à prévoir

Publié le 10/02/2016 à 10:11

Rencontres amoureuses : un budget à prévoir

Publié le 10/02/2016 à 10:11

L’amour ne s’achète pas mais le trouver a un prix. Entre les verres pris dans des bars, les repas au restaurant, les taxis et les abonnements à des sites de rencontres, dénicher sa moitié représente un vrai budget pour certains.

En théorie, faire des rencontres n’a jamais été aussi facile avec la multiplication des applications spécialisées comme Tinder venues s’ajouter aux sites déjà existants, tels que Réseau-Contact ou PlentyOfFish. Mais, dans la réalité, l’heure est au casual dating parmi la génération Y et les célibataires doivent parfois s’armer de patience pour croiser le chemin de l’homme ou de la femme de leur vie.

Des montants qui s’additionnent vite

Jean-Philippe et Catherine, tous les deux trentenaires, cherchent en vain l’amour depuis un an et demi. Pour ces professionnels montréalais, cette quête demande du temps mais occasionne également des frais. « Au départ, je n’avais pas imaginé l’aspect financier », admet Catherine, qui a parfois le sentiment de gaspiller son argent quand le prétendant s’avère décevant.

Un premier rendez-vous dans un bar peut rapidement revenir à 30 dollars. « Et si je prends un taxi, il faut compter 20 dollars de plus », précise celle qui dépense jusqu’à 200 dollars par mois lorsqu’elle a un rendez-vous toutes les semaines.

Selon le site Ratesupermarket.ca, une soirée au cinéma pour deux coûte 47,58$, si on inclut le maïs soufflé et les boissons, et un souper romantique suivi d’une pièce de théâtre s’élève à 277,54$, en moyenne au Canada.

La note peut même grimper beaucoup plus haut si l’on suit les conseils des experts autoproclamés des rencontres amoureuses, qui préconisent de maximiser ses chances en courtisant plusieurs personnes à la fois.

Des sites pas forcément gratuits

À ces frais, s’ajoutent ceux facturés par les sites de rencontres, fréquentés par 36 % des 18-34 ans selon un sondage de Léger Marketing datant de 2011. « Je me suis inscrit à la version payante de OkCupid pendant quelques mois, explique Jean-Philippe. Pour 25$ par mois, cela m’a permis d’affiner des critères de recherche de candidates. »

Certains sites comme eHarmony affichent même des tarifs de 60$ par mois. Le prix baisse lorsqu’on s’abonne pour plusieurs mois d’affilée mais gare aux mauvaises surprises! « Je me suis inscrite à ce site mais j’ai oublié de décocher la case de renouvellement automatique et six mois m’ont de nouveau été débités d’un coup sur ma carte de crédit », raconte Catherine, qui a également payé pour devenir membre de Réseau-Contact, Ok Cupid et PlentyOfFish. Depuis 2010, l’industrie de la rencontre au Canada, estimée à 153 millions de dollars, enregistre une moyenne de 6% de croissance par année.

Rester raisonnable

Pour s’attirer les faveurs de Cupidon, certains célibataires vont même encore plus loin dans les dépenses. Selon Anne-Marie Dupras, auteure du blogue Ma vie amoureuse de marde, il n’est pas rare de voir des personnes se rendre dans des restaurants trop chers pour elles par volonté de plaire à tout prix.

Avant de rencontrer celui qui est devenu son mari, cette humoriste a longtemps cherché son prince charmant. « Cela m’arrivait de devoir faire attention à mon budget car je savais que j’allais enchainer quatre rendez-vous dans la semaine, se rappelle-t-elle. Je me suis même achetée des vêtements juste pour dater. » Certaines femmes dépensent également en coiffure, en maquillage ou en chaussures pour séduire la gente masculine.

Pour trouver son âme sœur sans trop débourser, Anne-Marie Dupras conseille de miser sur les cafés ou sur les pique-niques plutôt que sur les restaurants. Mais, aussi, de faire preuve d’honnêteté en choisissant un endroit à la hauteur de ses moyens ou en refusant de se rendre dans un restaurant trop cher pour ses finances. « Il vaut mieux être soi-même dès le départ pour éviter des déceptions par la suite », indique-t-elle.

Que les célibataires se rassurent, la chasse à l’amour est un investissement rentable. Une fois en couple, vivre à deux leur coûtera moins cher!

 

 

À la une

Bourse: Toronto clôture en hausse de près de 200 points

Mis à jour à 19:05 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street termine en baisse, l'élan s'essouffle après une semaine faste.

À surveiller: Uni-Sélect, Neighbourly Pharmacy et AGF

09:48 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Uni-Sélect, Neighbourly Pharmacy et AGF? Voici quelques recommandations d’analystes.

Ukraine: la situation sur le terrain au 124e jour

Mis à jour à 17:11 | AFP

L’armée russe tentait lundi de pousser son avantage dans l'est de l'Ukraine.