Plus de la moitié des Québécois sont intéressés à acheter un véhicule électrique

Publié le 30/04/2021 à 08:31

Plus de la moitié des Québécois sont intéressés à acheter un véhicule électrique

Publié le 30/04/2021 à 08:31

Par La Presse Canadienne

(Photo: 123RF)

L’intérêt pour les véhicules électriques ou hybrides ne cesse de croître au Québec. Selon un sondage du site autoHEBDO.net, 55% des répondants seraient ouverts à l’idée d’acheter un véhicule écologique. Mais entre les intentions d’achat et le passage à l’acte, il y a tout un pas à franchir.

D’abord, la majorité des acheteurs potentiels sont motivés par les incitations gouvernementales, et ce, dans 80% des cas.

C’est donc moins d’un quart de la population qui serait prête à se procurer un véhicule vert au plein prix.

D’ailleurs parmi ceux qui sont motivés par l’achat d’un véhicule électrique en raison des aides gouvernementales, 44% disent que le montant minimal de la subvention devrait être d’au moins 10 000$; et 19% estiment que le montant devrait osciller entre 4 000$ et 6 000$.

 

Incitatifs et rabais

Souvent critiqué pour ses pratiques, Uber suit la tendance et prend un virage écologique. Il a lancé la semaine dernière le service Uber Vert à Montréal et Québec sur le marché québécois.

Son intention est de verdir sa flotte de voitures pour atteindre zéro émission en Europe, aux États-Unis et au Canada d’ici 2030, puis dans le reste du monde en 2040.

Le géant mondial veut inciter les chauffeurs à troquer leurs véhicules à essence pour des véhicules électriques ou hybrides et il promet de les accompagner dans cette transition avec un coup de pouce financier.

Ainsi il a conclu une entente avec des constructeurs automobiles afin d’offrir un rabais à ses chauffeurs à l’achat d’un véhicule vert.

Mais a-t-on nécessairement besoin de rabais ou de subventions pour encourager les gens à adopter des voitures électriques?

De l’avis du chargé de cours en urbanisme et en planification de transport à l’Université de Montréal et à l’UQAM, Pierre Barrieau: oui. Du moins pour le moment.

«Pour amorcer cette transition-là, il faut la subventionner massivement», dit-il.

L’expert explique que même si pour le moment l’auto électrique demeure plus coûteuse, chaque fois que l’État la subventionne, il subventionne en fait une industrie qui vise à moyen terme à être concurrentielle aux autos à essence.

«Sans subvention, on ne pourrait pas parvenir à des technologies qui seraient réellement souhaitables, poursuit-il. Ça coûterait tellement cher en recherche et développement, qu’aucune compagnie ne pourrait absorber ces frais-là.»

Alors pour que la voiture électrique devienne le modèle de choix, il faut selon lui stimuler l’industrie automobile à poursuivre ses innovations dans la voiture verte.

Comme Tesla a su le faire, cite-t-il en exemple.

«Elle a été capable, en levant de l’argent à la bourse et à travers différents fonds, à démontrer la viabilité économique de la voiture électrique sur le marché.»

Pourtant Tesla est toujours déficitaire, rappelle-t-il. Ce qui veut dire que même pour les véhicules haut de gamme qui jouissent d’une réputation enviable, la rentabilité est un travail de longue haleine.

 

Leaders du marché

Il explique aussi qu’historiquement au Canada, les trois provinces qui ont toujours su se démarquer dans le marché de la voiture écologique sont le Québec, l’Ontario et la Colombie-Britannique.

Depuis l’arrivée du gouvernement de Doug Ford qui a coupé massivement dans les subventions de l’automobile verte, la demande pour ces véhicules a chuté en Ontario, affirme M. Barrieau.

Si bien que Volkswagen qui a récemment lancé son modèle ID.4, un véhicule utilitaire sport (VUS) 100% électrique, a choisi de concentrer ses efforts au Québec et en Colombie-Britannique, fait remarquer le chargé de cours.

Il ajoute que le Québec est l’un des marchés nord-américains les plus importants dans le secteur des véhicules électriques.

D’autant plus qu’au «Québec, c’est réellement un choix vert» puisque la grande majorité de l’électricité produite dans la province provient soit de l’énergie éolienne, solaire ou hydro-électrique.

 

Raisons qui freinent l’achat

Mené en ligne auprès de 700 personnes, entre le 29 mars et le 15 avril, le coup de sonde d’autoHEBDO.net conclut également que le coût de la voiture électrique qui est plus élevé (51%), la distance de voyage limitée (45%) et le manque d’accessibilité aux bornes de recharge (37%) font partie des trois raisons pour lesquelles 45% des Québécois sondés ne comptent pas s’en procurer une dans un proche avenir.

Par ailleurs, moins d’une personne sur 10 (9%) possède actuellement un véhicule électrique au Québec.

Certes, les gens se renseignent de plus en plus au sujet de ces véhicules, en témoignent la hausse des recherches qui ont augmenté de 29% à la fin de l’année 2020 par rapport à l’exercice précédent selon les chiffres communiqués par le site web.

Toutefois, les raisons de songer à une voiture hybride ou électrique n’ont pas toujours à voir avec l’environnement.

Ainsi l’économie d’essence arrive au premier rang (76%) des raisons principales qui incitent les gens à allonger quelques billets pour rouler vert.

La protection de l’environnement (60%) arrive en deuxième place suivie du peu de maintenance (54%) que requiert un tel engin.

 

Sur le même sujet

Les ventes d'auto ont bondi de 254% en avril par rapport à 2020

Rappelons qu'avril 2020 avait marqué le point le plus bas des ventes d’automobiles au pays l’an dernier.

Uber s'allie avec Arrival pour fabriquer des voitures électriques

04/05/2021 | AFP

Le premier modèle issu de leur collaboration sera présenté d'ici la fin de l'année.

À la une

Inscrivez-vous au Défi Start-Up!

30/04/2021 | lesaffaires.com

Les Affaires est à la recherche de la start-up qui va révolutionner le futur. Ça pourrait être la vôtre!

Défi Start-up: les éléments d'un bon «elevator pitch»

06/05/2021 | Denis Lalonde

BALADO. Comment faire bonne impression auprès d'investisseurs potentiels en moins de 2 minutes? Anne Marcotte explique.

Voici le jury de la 6e édition du Défi Start-up Les Affaires

06/05/2021 | lesaffaires.com

DÉFI START-UP. Serge Beauchemin, Anne Marcotte, Éric Labelle et Marine Thomas sont les membres du jury cette année.