Neuf façons de déjouer l’inflation durant vos vacances


Édition de Juin 2022

Neuf façons de déjouer l’inflation durant vos vacances


Édition de Juin 2022

Par Claudine Hébert

(Photo: 123RF)

L'ARGENT ET LES GENS. Ne laissez pas les contrecoups de l’inflation saper vos vacances d’été. Voici quelques conseils qui peuvent vous aider à maximiser le budget de vos escapades estivales.


1. Favorisez le tourisme urbain

Privilégier une grande ville comme destination vacances comporte de multiples avantages financiers ces temps-ci. Non seulement y a-t-il un vaste choix d’hébergement, donc plus de compétition entre les hôteliers friands de retrouver leur clientèle, mais aussi la plupart des attractions urbaines sont accessibles à pied ou en transport en commun. Donc, si vous arrivez en avion ou en train, nul besoin de louer un véhicule dont les coûts ont explosé de plus de 40 % depuis deux ans. Si ce n’est pas plus.

À Montréal — où chaque séjour d’au moins deux nuits, réservé avant le 31 août, est assorti d’un chèque-cadeau de 75 $ dans plus d’une quarantaine de restaurants —, l’usage du vélo (et du Bixi) s’invite au sein de l’expérience. «La métropole québécoise présente désormais plus de pistes cyclables que toute autre ville nord-américaine, tient à souligner Émili Bellefleur, gestionnaire, relations média et marché du voyage à Tourisme Montréal. Nous offrons plus de 800 km de pistes, et d’autres doivent s’ajouter au réseau.»

Autre avantage que présentent les grandes villes:la panoplie de réductions et autres promotions dont foisonne le site web de leur bureau de tourisme respectif. À Québec, par exemple, plus d’une quarantaine de passeports, assortis de réductions de 20 %, 30 % ou 40 % selon le nombre d’activités, sont proposés aux visiteurs. «Y compris aux résidents de la ville», signale Éric Bilodeau, directeur des communications de Québec Destination Cité.

Envie de visiter la Maison-Blanche et ses alentours cet été ? Ça tombe bien, c’est en période estivale que la destination de Washington DC est la plus abordable durant l’année. En plus de vous proposer de multiples promotions hôtelières, la capitale américaine vous donne rendez-vous avec l’histoire au sein d’un des complexes muséaux les plus imposants du continent, soit la Smithsonian Institution. Au menu:17 musées et galeries ainsi qu’un zoo dont l’admission est toujours gratuite.

 

2. Cap sur les plages du Nord-est américain

Le taux de change relativement à la devise américaine — notre dollar vaut actuellement un peu moins de 80 cents améri-cains — peut constituer un obstacle aux yeux des voyageurs qui raffolent des plages de la côte Atlantique. N’empêche que le plein de carburant au pays de l’oncle Sam, taux de change appliqué, demeure encore plus avantageux que de ce côté-ci de la frontière. Une visite à la pompe représente aisément une économie d’au moins 25 % comme le montre le site Globalpetrolprices.com. Pourvu que votre passeport et vos assurances voyages soient en règle et que vous ayez reçu vos vaccins contre la COVID-19, franchir la frontière en direction des plages du Maine, du Massachusetts ou peut-être même plus au sud, à Virginia Beach — où le programme Loonie Saver permet aux voyageurs canadiens d’épargner de 10 % à 20 % dans une vingtaine d’attractions et quelques hôtels —, s’ajoute donc parmi les options voyages.

 

3. Voyager en groupe

Si ce type d’escapade vous intéresse, il existe des dizaines de forfaits vacances en autocar de luxe qui vous entraînent au Québec, dans les Maritimes, en Ontario et même de l’autre côté de la frontière pour des séjours de trois à une douzaine de jours. Ces tournées en autobus incluent le transport, l’hébergement et quelques repas. L’entreprise Tours Amérique suggère notamment une escapade d’une semaine au départ de Montréal, Laval, Brossard, Trois-Rivières ou Québec, en direction des îles Mingan. Le retour propose des escales à Rimouski et à Rivière-du-Loup. Le tout est offert à partir de 3500 $ pour une famille de quatre.

 

4. On suffoque… mais c’est moitié prix !

Si vous supportez bien la chaleur, la Floride tout comme l’Arizona peuvent représenter des destinations intéressantes pour le portefeuille. La plupart des hôteliers de ces deux États, particulièrement à Miami et à Scottsdale, ont l’habitude de réduire de moitié le prix de leurs chambres lors des mois de juin, juillet et août.

 

5. Tout-inclus, croisières et cie

N’en déplaise aux destinations du Québec, ça vaut le coup de magasiner un séjour pour la famille dans les complexes tout-inclus du Sud alors que leurs tarifs peuvent être réduits de 20 % à 30 % comparativement aux forfaits d’hiver. En juillet, des départs de Montréal pour le Sud (notamment pour Cuba) sont offerts. Air Transat offre par exemple des départs à partir de 959 $par personne. «Les croisières constituent également une autre formule à considérer», soutient Michèle Martel, conseillère à l’agence Voyages Gendron.

Certaines entreprises ont d’ailleurs réduit de 50 % à 80 % leurs forfaits réguliers, avance-t-elle. Parmi les aubaines de l’été, elle cite, entre autres, les croisières à bord du Norwegian Getaway, avec départ et arrivée à Orlando-Port Canaveral, incluant des escales aux Bahamas, dans l’île Saint-Thomas, à Porto Rico et en République dominicaine. Une famille de quatre, dit-elle, peut bénéficier d’un séjour d’une semaine, à partir de 6000 $ CA, incluant les vols aller-retour Montréal-Orlando ainsi que les forfaits boisson à bord.

 

6. Ne partez pas sans elle

«En plus d’offrir un service d’assistanceroutière au cas où un ennui mécanique surviendrait sur la route des vacances, la carte CAA permet d’obtenir des rabais instantanés allant de 10 % à 30 % dans plus de 60 000 hôtels et restaurants en Amérique du Nord», signale l’équipe de CAA-Québec. Plusieurs boutiques hors-taxes, y compris des destinations outlets accordent également des réductions aux détenteurs qui présentent leur carte à la caisse.

 

7. Allez-y en train…

Si vous prévoyez faire une virée à Montréal, Québec, Ottawa ou Toronto, allez-y donc en train avec VIA Rail… et réservez vos billets le mardi. L’entreprise ferroviaire invite ses utilisateurs à réserver leurs sièges, peu importe la date du départ, lors de cette journée de la semaine afin de bénéficier de réductions substantielles sur le tarif régulier.

 

8. …allez-y en avion

Les départs offerts à partir des aéroports internationaux de Burlington, au Vermont, et de Plattsburgh, dans l’État de New York — particulièrement si votre destination est américaine —, peuvent coûter de 100 $ à 200 $moins cher par billet. L’outil Skyscanner.com permet justement de comparer rapidement les tarifs d’un aéroport à l’autre.

Autrement, suivre les recommandations de l’équipe de kayak.com peut vous faire épargner des centaines de dollars. À commencer par réserver vos vols domestiques six semaines à l’avance, moment où les prix sont généralement plus abordables. Quatre mois d’avance seront nécessaires toutefois pour les vols transatlantiques. Plus vous êtes flexibles pour l’heure de départ, mieux c’est, avise l’équipe du moteur de recherche consacré aux voyages.

Règle générale, les vols domestiques coûtent moins chers les mardis et mercredis. Et si les vols internationaux affichent de meilleurs prix lors de départs effectués avant 10 h, c’est tout le contraire pour les vols domestiques qui sont habituellement plus abordables en après-midi.

 

9. Munissez-vous d’une carte de crédit généreuse en points

De l’avis de Patrick Sojka, fondateur de Rewardscanada.ca, deux cartes de crédit se révèlent de parfaites alliées pour les voyageurs du Québec. La première ? La carte Cobalt d’American Express. «Aucune autre carte de crédit, soutient-il, n’offre autant de points, de valeur pour les points acquis, de flexibilité en plus d’être assortie d’une bonne assurance voyage.»Pour chaque dollar dépensé, cette carte offre entre 1 % et 5 % de remise à son détenteur selon le type de dépenses. «Des remises, avise-t-il, que l’on peut utiliser dès que la charge de la dépense apparaît sur le compte.»De plus, les nouveaux détenteurs de la carte obtiennent une prime de 2500 points-privilèges par mois (l’équivalent de 25 $) pendant un an, chaque fois qu’ils accumulent 500 $ d’achat sur chacune des périodes de facturation. Des frais mensuels de 12,99 $ s’appliquent.

L’autre option que suggère cet expert en programmes de fidélité est la carte Word Elite MasterCard de la Banque HSBC. «Cet outil propose ces jours-ci une prime de bienvenue fort alléchante aux consommateurs québécois, qui peut représenter jusqu’à 550 $. Outre cette prime, chaque dollar dépensé équivaut à une remise allant de 1,5 % (achats réguliers) à 3 % (achats de voyage-hôtels, forfaits, billets d’avion…). Assortie de frais annuels de 149 $, la carte offre également une assurance voyage à son détenteur et à sa famille, sauf pour les séjours à Cuba. Autre avantage non négligeable, cet outil de la HSBC, contrairement à la plupart des autres cartes de crédit canadiennes, ne facture aucuns frais de transaction de 2,5 % pour vos achats à l’étranger.

Sur le même sujet

Équilibre travail vie personnelle: les «tracances» gagnent en popularité

Les travailleurs recherchent des avantages uniques qui respectent l’équilibre entre le travail et la vie personnelle.

Début des vacances de la construction au Québec

La Sûreté du Québec exerce une surveillance accrue sur les routes jusqu'au 1er août.

À la une

Bourse: Wall Street finit en hausse malgré la torpeur ambiante

Mis à jour à 16:53 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Le secteur énergétique mène la Bourse de Toronto vers le haut.

Bourse: les gagnants et les perdants du jour

16:43 | Refinitiv

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

Faites partie de notre classement des 300 plus grandes PME du Québec

17:00 | Les Affaires

Pour y figurer en bonne place et ainsi profiter d’une belle visibilité, remplissez notre formulaire.