Les perspectives financières des Canadiens s’assombrissent

Publié le 06/07/2022 à 13:55, mis à jour le 06/07/2022 à 16:37

Les perspectives financières des Canadiens s’assombrissent

Publié le 06/07/2022 à 13:55, mis à jour le 06/07/2022 à 16:37

Par La Presse Canadienne

Les salaires moyens devraient connaître des gains solides jusqu’en 2023, à mesure que la croissance des prix s’estompera, ce qui devrait minimiser les retards de paiement sur les prêts et l’insolvabilité. (Photo: La Presse Canadienne)

Les perspectives financières des ménages canadiens s'assombrissent, alors que l'inflation grignote les salaires réels et que la hausse des taux d'intérêt freine la croissance économique, souligne une nouvelle étude de Desjardins.

Les mois à venir pourraient être cahoteux pour les budgets des ménages, alors que des fissures commencent à apparaître dans la reprise pandémique, a noté l'étude publiée mercredi.

La valeur de nombreux actifs sera à risque, tandis que les passifs resteront, ce qui réduira la valeur nette des ménages, ce qui pourrait nuire à l'évolution de leur richesse nette, ajoute le document.

«À la fin de ce cycle économique et financier exceptionnel, la richesse massive accumulée par les ménages canadiens aura vraisemblablement diminué, du moins en termes réels», indique l'étude.

Malgré tout, l'ampleur de cette réduction demeure incertaine et «dépendra largement du succès avec lequel la Banque du Canada assurera un atterrissage en douceur de l’économie», a estimé Desjardins.

Entre-temps, la suppression progressive des programmes d'aide gouvernementale pourrait nuire au budget de certains ménages, tandis que le taux d'épargne devrait progressivement diminuer à mesure que les coûts augmentent, poursuit le document.

Selon Desjardins, les Canadiens ayant des revenus plus faibles et des passifs plus importants souffriront de cette situation avant les autres. Les niveaux d'endettement élevés et les hausses de taux d'intérêt devraient amener un plus grand nombre de cas d’insolvabilité des consommateurs.

Cependant, l'étude indique que les Canadiens devraient toujours pouvoir compter sur une croissance de l'emploi et que la progression des revenus devrait rester robuste.

«Heureusement, la croissance des revenus devrait demeurer saine malgré le ralentissement de l’inflation», indique l'étude.

Des salaires plus élevés et un retour à des niveaux d'inflation plus normaux contribueront à réduire les défauts de paiement et l'insolvabilité des consommateurs, selon la recherche.

Les dépenses de consommation et la croissance de la consommation devraient pour leur part ralentir au cours des prochains mois, après avoir connu un bon début de 2022.

Le ralentissement est attribuable à la fois à une stabilisation des dépenses de services après la réouverture de l'économie ainsi qu'à l'effet des hausses de prix sur la consommation de biens.

En outre, le coût du service de la dette — qui a diminué pendant la pandémie — devrait augmenter progressivement à mesure que les taux d'intérêt augmentent, prévient l'étude.

Sur le même sujet

La croissance de l'économie canadienne a été plus lente que prévu

Mis à jour le 31/05/2024 | La Presse Canadienne

La croissance au premier trimestre a été alimentée par la hausse des dépenses des ménages, qui ont augmenté de 0,7%.

Décroissance: une quête qui ne peut être que planétaire

15/05/2024 | Louis J. Duhamel

EXPERT INVITÉ. Appliquée uniquement dans un pays ou une entreprise, la décroissance serait une catastrophe économique.

À la une

Nos exportations à risque en France malgré l'AECG

14/06/2024 | François Normand

ANALYSE. Les droites radicale et populiste minent l’économie et le niveau de vie des pays, selon des études empiriques.

Banque du Canada: jusqu'à cinq baisses de taux d'ici juin 2025

14/06/2024 | Denis Lalonde

BALADO. Les données américaines sur l’inflation pourraient conforter la Banque du Canada dans ses baisses de taux.

Bourse: Wall Street termine en ordre dispersé, mais le Nasdaq enchaîne un 5ème record d'affilée

Mis à jour le 14/06/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto a terminé dans le rouge.