Les boomers et leurs enfants : jumeaux financiers?

Publié le 16/12/2015 à 09:52

Les boomers et leurs enfants : jumeaux financiers?

Publié le 16/12/2015 à 09:52

Lorsqu’il est question de comparer les générations, les unes clament toujours haut et fort combien elles sont différentes des autres. Le magazine américain Fortune a récemment publié des données tirées d’un sondage sur les dépenses des consommateurs du Bureau of Labor Statistics qui déboulonnent certains mythes. Fait intéressant, ils ont comparé les dépenses des baby-boomers avec celles des milléniaux, mais lorsqu’ils avaient le même âge que ceux-ci, soit entre 25 et 34 ans.


Biens de consommation


Contrairement à ce qu’on pourrait penser, la jeunesse d’aujourd’hui consomme de manière semblable à celle de l’époque de Material Girl de Madonna en 1985 en ce qui concerne certains secteurs de dépenses. En effet, les dépenses totales des boomers représentaient 101 % du salaire moyen par rapport à la moyenne nationale américaine établie à 103 %, alors que pour la génération Y, elles correspondaient à 91 % de leur salaire moyen, comparativement à 93 % pour la moyenne nationale.


Ils allouent dans les deux cas sensiblement la même proportion de leurs dépenses totales à l’achat d’une voiture (9 % pour les boomers, 7 % pour les milléniaux) et au paiement du loyer. En ce qui a trait aux vêtements, les Y sont plus coquets que leurs parents et sont prêts à débourser davantage pour être à la mode. Ils consacrent également une moins grande part de leur budget à l’achat de livres, soit 27 % de moins que n’importe qui d’autre.


Même si de telles données comparatives n’existent pas au Québec ou au Canada, certains chercheurs ont aussi constaté des ressemblances.


« En matière de consommation responsable, les clivages entre les deux groupes sont beaucoup moins importants qu’avant, particulièrement en ce qui concerne les nouvelles tendances comme les produits collaboratifs de type Airbnb et les produits de seconde main », observe Fabien Durif, professeur agrégé à l’UQAM et directeur de l’Observatoire de la consommation responsable.


Dépenses similaires, comportements similaires?


Soit, les Y et leurs parents attribuaient globalement les mêmes proportions de leur budget aux mêmes types de dépenses. Mais du côté de leur vision, on ne peut en dire autant.


« Les parents des milléniaux se procuraient des produits davantage pour longtemps, par exemple, une maison pour une période de 40 ans afin de finir par rembourser l’hypothèque un jour, explique Yan Charbonneau, directeur général d’AFL Groupe financier. Leurs enfants, eux, souhaitent avant tout conserver leur pouvoir d’achat actuel et privilégient des produits pour satisfaire leurs besoins à court terme, même pour les assurances. »


Cela teinte également leurs comportements de consommation. « Lorsque les boomers désiraient auparavant s’acheter une voiture, ils mettaient de l’argent de côté pour la payer. Les Y n’attendront pas et se serviront davantage du crédit pour combler leurs besoins », ajoute Martin Pépin, conseiller en placement et planificateur financier à la Banque TD.


Une chose toutefois qui ne change jamais d’une génération à l’autre, c’est la gestion des dépenses. Peu importe l’époque, on a d’autres choix que d’équilibrer ses dépenses en fonction de ses revenus si on ne veut pas finir criblé de dettes.


 


image

Objectif Nord

Mardi 09 avril


image

Femmes Leaders

Mercredi 24 avril


image

Gestion agile

Mercredi 08 mai


image

Usine 4.0

Mardi 24 septembre


image

Impartition TI

Mercredi 09 octobre

Sur le même sujet

Les retraités, gagnants du budget fédéral

BUDGET FÉDÉRAL. SRG bonifié, rentes différées et rentes variables, nouveaux outils des retraités...

L'accès à la propriété: la quadrature du cercle

19/03/2019 | Daniel Germain

BUDGET FÉDÉRAL. Ottawa introduit un nouveau programme d’aide pour les premiers acheteurs et améliore le RAP.

À la une

Immobilier: les Chinois supplantent les Français et les Américains

En forte croissance, les investisseurs chinois dépassent maintenant les Francais et les Américains à Montréal.

À la une: Montréal est «hot» en immobilier. Trop?

Édition du 23 Mars 2019 | Les Affaires

En manchette cette semaine, Montréal est «hot» en immobilier. Trop?

Les ventes de maisons de luxe ont grimpé à Montréal, selon Sotheby's

À Calgary, Vancouver et dans le grand Toronto, le nombre de vente a plutôt chuté.