La reprise américaine fait grimper les prix à la consommation

Publié le 13/04/2021 à 12:01

La reprise américaine fait grimper les prix à la consommation

Publié le 13/04/2021 à 12:01

Par AFP

(Photo: Atoms pour Unsplash)

La reprise économique amorcée aux États-Unis a fait grimper les prix à la consommation en mars, notamment ceux de l’essence, marquant le début d’un mouvement qui était attendu et devrait durer plusieurs mois.

L’inflation sur un an s’est ainsi fortement accélérée, à 2,6 %, son rythme le plus rapide depuis l’automne 2018, selon les données publiées mardi par le département du Travail.

Le fossé est en effet grand, lorsque l’on compare les prix de mars 2021 à ceux de mars 2020, qui avaient reculé sous l’effet des mesures de confinement.

La demande en carburants, billets d’avion, hébergement de tourisme, ou encore vêtements, avait plongé lorsque la population américaine avait été enjointe à rester à domicile, face à la progression de la pandémie de Covid-19 dans le pays.

Cette hausse des prix est liée à la reprise économique aux États-Unis, où près d’un quart de la population est désormais entièrement vaccinée. De plus, une partie des Américains disposent de plus d’argent grâce aux économies sur les sorties et voyages réalisées l’an passé ou au coup de pouce financier du gouvernement fédéral dans le cadre des différents plans de relance.

Les prix ont également augmenté à cause des perturbations de la chaîne d’approvisionnement mondiale, qui provoque des retards de fabrication et de livraison.

 

Hausse continue pendant plusieurs mois

Par rapport à février, l’inflation s’est accélérée à +0,6 %, son rythme le plus rapide depuis août 2012.

Ce sont notamment les prix de l’essence qui ont bondi, de 9,1 % par rapport à février. 

Certains secteurs particulièrement à la peine depuis un an semblent voir la demande rebondir: les prix ont grimpé pour l’hôtellerie de tourisme (+3,8 %), la location de voitures (+11,7 %), ou encore les assurances automobile (+3,3 %).

Sans tenir compte des prix volatils de l’énergie et de l’alimentation, l’inflation dite sous-jacente s’accélère également, à 0,3 % sur un mois (0,1 % en février) et de 1,6 % sur un an (1,3 % en février).

L’indice mesurant les prix de l’alimentation a augmenté de 3,5 % sur un an, celui mesurant les prix de l’énergie a bondi de 13,2 %.

Le mouvement devrait donc se poursuivre, puisque la reprise économique et les difficultés d’approvisionnement devraient, « dans les mois à venir, (…) continuer à faire monter le rythme de l’inflation à 3,5 % en glissement annuel », a commenté Kathy Bostjancic, cheffe économiste pour Oxford Economics, dans une note.

« La flambée du nombre de passagers aériens et des taux d’occupation des hôtels signale clairement une augmentation des prix, tandis que les coûts de l’assurance automobile augmenteront à mesure que les gens retourneront travailler en voiture », détaille Ian Shepherdson, économiste pour Pantheon Macroeconomics.

 

L’oeil sur la Fed

Ces éléments font craindre aux marchés une inflation trop élevée, mais de très nombreux économistes se veulent rassurants, et estiment que cette hausse ne sera que temporaire.

Les conseillers économiques de la Maison-Blanche anticipent, comme la Banque centrale américaine (Fed) ou le FMI, « une hausse modeste de l’inflation (…) qui ralentira ensuite ».

La balle est désormais dans le camp de la Fed, qui vise un objectif de 2 % d’inflation annuelle - selon l’indice PCE et non CPI. Elle estime toutefois que l’inflation doit dépasser les 2 % pendant un certain temps, pour pouvoir se stabiliser après un quart de siècle d’inflation trop faible.

Elle a d’ores et déjà annoncé qu’elle n’était pas près de relever ses taux d’intérêt, au grand dam des marchés, car cela risquerait de compromettre la réalisation de son autre objectif, le plein emploi.

« Cette idée sera valable pendant un certain temps, mais si la hausse de l’inflation persiste, et surtout si elle s’accompagne d’une croissance plus rapide des salaires, la ligne de la Fed deviendra intenable », estime M.Shepherdson.

 

À la une

L'UPA victime d'une cyberattaque

Il y a 14 minutes | La Presse Canadienne

L’Union des producteurs agricoles est ciblée par une attaque par rançongiciel.

Mes coups de cœur balado d’été!

Il y a 39 minutes | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Voici donc quelques recommandations qui, je l’espère, vous feront passer des heures de plaisir.

TGF: un demi-tour est nécessaire

BLOGUE INVITÉ. Espérons qu’il n’est pas déjà trop tard pour faire demi-tour avant que le train ne frappe un mur.