La méthode radicale pour liquider ses dettes

Publié le 13/07/2015 à 10:10

La méthode radicale pour liquider ses dettes

Publié le 13/07/2015 à 10:10

Couper là où on peut pour dépenser là où on veut. Tel était le mot d'ordre d'Anna Newell, qui a décidé de faire un jeûne de dépenses pour remettre ses finances en ordre : elle traînait des dettes de 24 000 $, accumulées par des années de mauvaises habitudes.

La pratique est radicale, mais efficace : en ne sortant son portefeuille que pour l'essentiel, elle clame qu'on peut rapidement se remettre sur les rails, à condition bien entendu de démontrer une volonté réelle et une discipline à toute épreuve. Voici comment s'y prendre.

1. Réfléchir à ce qu'on fait et à ce qu'on veut

Un régime efficace et facile, ça n'existe pas. Pour parvenir à atteindre ses objectifs, il faut être prêt à faire des sacrifices, et un jeûne de dépenses ne fait pas exception. Avant de se lancer, on doit se poser la question en toute honnêteté : suis-je prêt à mettre la hache dans tout ce qui rend ma vie agréable et confortable? Il faut s'attendre à de gros changements et être prêt à les accepter.

 En se donnant une date butoir raisonnable, par exemple 10 ou 12 mois selon l'importance de nos dettes, on apaise notre conscience en se rappelant que la démarche est seulement temporaire. La clé, en fait, c'est de visualiser ce que serait notre vie libre de dettes, avec toutes les possibilités que cette liberté implique!

2. Des listes, toujours des listes!

On établit d'abord la liste de nos dettes, en les plaçant en ordre décroissant de taux d'intérêt ; ce sera utile au moment des remboursements.

On fait ensuite la liste des choses pour lesquelles on dépense régulièrement et on cible tout ce qui est indispensable à notre existence : loyer, nourriture, transport (essence, paiements de la voiture, passe de bus), téléphone, chauffage/eau chaude, etc. Ce qu'il reste, c'est le superflu : cafés, bouteilles de vin, restos, bars, films, coiffure, cadeaux... En deux colonnes, on obtient ainsi la liste de nos besoins et la liste de nos désirs. On ne dépense désormais que pour la première colonne. Oui, ça semble raide... et ça l'est! Mais on ne fait pas d'omelette sans casser d'oeufs.

3. Réduire encore

On n'a rien à perdre à demander aux prêteurs réduire leur taux d'intérêt : qui sait, elles pourraient accepter! Et on peut encore épargner davantage dans l'essentiel : utiliser moins d'eau chaude, réduire le forfait de téléphonie, couper dans les textos, n'acheter que des légumes en saison, s'en tenir à des listes d'épicerie limitées et utiliser les coupons-rabais. Il s'agit d'être créatif.

4. Passer à l'attaque

Si l'on est réellement dédié à nos objectifs, on sera en mesure de mettre de jolies sommes de côté chaque mois. Ainsi, au bout de chaque mois, on verse un paiement pour la dette ayant le plus haut taux d'intérêt afin de la réduire, puisque c'est celle qui augmente le plus vite. Ce genre de priorisation est efficace et rapide: la réduction progressive des dettes sera flagrante... et motivante!

5. Consolider les acquis

Une fois la dette sous contrôle, on passe du jeûne à la diète: on ajoute une ou deux choses de notre liste des désirs au menu mensuel (enfin, une sortie au cinéma!), mais on maintient le cap tant que les dettes ne sont pas liquidées.

C'est normal d'être affamé à la fin d'un jeûne, mais le rétablissement complet d'une situation financière bancale passe par une saine gestion de ses avoirs... et de ses envies! 

And Then We Saved, le blogue d'Anna Newell

 

 

À la une

Bombardier: la vente de ses usines lui rapportera 275 M$

Il y a 44 minutes | La Presse Canadienne

La cession des actifs est prévue pour vendredi.

Quel avenir pour le 9@5?

BLOGUE. C'est qu'il ne répond plus aux besoins d'une majorité de Québécois, lesquels ont pris goût à la flexibilité...

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi

08:11 | LesAffaires.com et AFP

Les investisseurs ont les yeux rivés vers la propagation du coronavirus en Europe.