François Lambert,le goût du luxe


Édition de Février 2014

François Lambert,le goût du luxe


Édition de Février 2014

Par Claudine Hébert

François Lambert [Photo : Martin Flammand]

Connu depuis deux ans comme l'un des cinq dragons de l'émission Dans l'oeil du dragon, l'investisseur François Lambert nous dit comment il dépense et gère son argent.

Votre meilleur investissement ?

Les entreprises Aheeva et Atelka que j'ai cofondées avec mon partenaire Georges Karam en 2000 et 2003. Ces deux entreprises liées au secteur des centres d'appels m'ont mis sur la carte. Sans elles, jamais je ne serais devenu le François Dragon.

Dépensier ?

Oui, même un peu trop ! J'engloutis de très grosses sommes dans les restos, les vêtements, les voitures et surtout dans les montres. Chaque année, je m'en offre une nouvelle. La dernière en lice : la montre Romain Jérôme Steampunk Chrono. Cette montre comprend des pièces qui proviennent du Titanic. J'ai dû l'acheter sur Internet, elle ne se vend pas ici.

Vous magasinez beaucoup sur Internet ?

J'achète principalement des biens et des gadgets électroniques qu'on ne trouve pas sur le marché canadien. Quoique je me sois laissé tenter récemment par une paire de bottes annoncées sur le site montréalais de magasinage Beyond the Rack. Depuis le temps qu'il m'inonde de publicités, je suis passé à l'action.

Quelle carte de crédit comble le mieux vos besoins de consommation ?

J'ai une carte Centurion d'American Express. Une carte de crédit, je l'avoue, qui impressionne à 400 milles à l'heure. Noire, en titane, sans montant limite, cette carte n'est offerte que sur invitation. Elle est tellement rare que les commerçants sont surpris chaque fois que je l'utilise. En général, ils la voient pour la première fois.

Existe-t-il une version François Lambert économe ?

À l'épicerie ! Je déteste le gaspillage de nourriture. Je n'ai aucun problème à m'approvisionner de légumes avec des imperfections. Avec ces légumes vendus au rabais à la fruiterie de mon quartier, je fais d'excellents potages. Mes recettes carottes-betteraves et poivrons-bouillon de poulet font un malheur.

Votre titre favori en Bourse ?

Depuis des années, je possède des actions de Coca-Cola. Ce titre n'a jamais suivi les modes, ni les vagues. En fait, il n'est pas excitant du tout. En revanche, il est régulièrement divisé (10 fois depuis son entrée en Bourse, en 1919) et il donne un très bon dividende. Ceci dit, je n'aime pas la Bourse. Il y a trop de choses que je ne peux pas contrôler.

Conseil de la fin ?

J'ai appris au fil des ans qu'il y a un moment pour investir... et un moment pour vendre. J'adore bâtir des entreprises, mais je n'aime pas les opérer. Or, lorsque que quelqu'un veut acheter mes parts, qu'il reconnaît les fruits de mon travail à un juste prix, c'est une sacrée belle récompense ! En fait, cet acheteur démontre encore plus d'enthousiasme et d'optimisme que moi. J'ai donc intérêt à considérer son offre d'achat. Quand je pense que Snapchat a refusé l'offre de 3 milliards de dollars de Facebook. Je suis convaincu que cette société de messagerie a fait une grosse erreur.

À la une

Les nouvelles du marché

Mis à jour il y a 8 minutes | Refinitiv

Quelle sera l’issue du vote sur le rachat de Turquoise Hill par Rio Tinto?

Après les États-Unis, cette PME veut imposer ses standards en Europe

Il y a 41 minutes | François Normand

Aux États-Unis, son Safety Arm System (SAS), le bras jaune installé sur les civières, est devenu la norme.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

Mis à jour il y a 22 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les Bourses mondiales dans l'attente de chiffres sur l'inflation américaine